LE DIRECT

Anti-terrorisme : avec quels moyens ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Depuis deux semaines, il se passe, dans ce pays, des choses étonnantes. Des vérités interdites de parole publique, comme l’émigration de nos compatriotes juifs, menacés , font soudain la une des journaux réputés les plus prudents. Le rapport Obin sur les signes et manifestations d'appartenance religieuse dans les établissements scolaires, enterré lors de sa remise au ministre commanditaire en 2004, est soudain redécouvert au 20 h de France 2. Si ça continue comme ça, vous allez voir que l’on va se mettre à rééditer et peut-être même à lire les rapports Pébereau, Attali, Gallois, Pisani-Ferry.

Le pays semble pressé de sortir tout le linge sale accumulé au fond des placards. Dieu sait où s’arrêtera l’opération Vérité ? La France ne se réforme qu’à l’occasion des révolutions , disait de Gaulle. Il est possible que nous traversions une telle période.

Car nous venons de prendre conscience de la présence, sous nos pas, d’un certain nombre de bombes à retardement, dont le discours ambiant niait la réalité.

La politique d’intégration est un échec. L’utopie multiculturaliste a débouché, en vérité, sur la juxtaposition de ghettos dont les populations s’évitent mutuellement. L’école de la République, loin d’offrir des chances égales de promotion, aggrave les inégalités sociales de départ. Notre sécurité est menacée par un peu plus de mille djihadistes qui sont partis combattre dans une guerre d’une extrême sauvagerie, avec leur passeport français . Parmi eux des militaires français, aguerris…Nos prisons sont devenues des centres de formation au djihad. Nos policiers et gendarmes sont équipés de matériel destiné à arrêter des petits malfaiteurs. Ils doivent faire face à des combattants équipés de lance-roquettes.

Il faut faire vite, déminer dans l’urgence. Le premier ministre a annoncé, hier, un budget de 736 millions d’euros sur trois ans, pour lutter contre la menace terroriste. Il estime à 3 000, le nombre de personnes « à surveiller » et s’est engagé à créer 2 680 postes, pour le ministère de l’Intérieur, prioritairement. Des quartiers isolés vont être créés dans les prisons, afin d’empêcher les sergents-recruteurs du djihad d’y faire des recrues.

On découvre que, de budget en budget, les Armées ont été "dégraissée=s" jusqu’à l’os . Nicolas Sarkozy avait décidé, en 2008, une baisse des effectifs de 54 000 postes en 8 ans. A l’affût d’économies budgétaires, François Hollande avait accéléré le mouvement, annonçant la suppression de 33 500 postes supplémentaires d’ici 2019. Devant la gravité de la situation, il vient d’annoncer que 7 500 de ces emplois ne seront pas supprimés. Cette seule mesure est estimée par les experts à 300 millions par an. Il faut y ajouter les coûts de nos opérations extérieurs, au Mali et en Irak, notamment, qui mobilisent 9 000 militaires. La mobilisation de personnels des armées sur le territoire national, dans le cadre de Vigipirate en requiert 10 500.

Les mesures nouvelles annoncées par Manuel Valls en faveur de la lutte anti-terroriste ne doivent pas se traduire, assure l’exécutif, la main sur le cœur, par de nouveaux impôts. Rappelons que sur le podium des pays européens les plus imposés, nous occupons la 2° place, derrière le Danemark….

Notre Etat, dont la dette a dépassé cette année les 2 000 milliards d’euros et qui s'achemine vite vers les 100 % de PIB, a-t-il vraiment les moyens d’ouvrir ces nouveaux chantiers ? Certains experts estiment le coût de ce qui a été annoncé entre deux et trois milliards, auxquels il faudra ajouter d’urgence des dépenses en faveur des prisons.

Certes, les auspices pour cette année sont relativement favorables , avec une croissance, faible, mais retrouvée – elle est estimée à 0,9 %. Mais ce ne sera pas suffisant pour financer ces mesures nouvelles. Notre pays prétend monter en première ligne dans le combat contre le djihadisme, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. En avons-nous les moyens ? Les experts prévoient une croissance modeste, de 0,9 %, cette année. La loi Macron est-elle de nature à en accélérer rapidement le rythme ou pas ?

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......