LE DIRECT

Flexibles, mais sécurisés

4 min
À retrouver dans l'émission

Ca y est, nous y sommes : la barre symbolique des trois millions de chômeurs a été franchie ce mois-ci. Ceci pour les chômeurs à plein temps, dits de catégorie A. Si on y ajoute les personnes vivotant aux lisières de l’emploi véritable et inscrites à Pôle Emploi en catégorie B et C, ce sont 4 millions et demi de nos compatriotes qui se trouvent de fait exclus du marché du travail . Au-delà du constat, du « stock », ce sont les évolutions (les « flux ») qui sont le plus inquiétants. Car la détérioration, depuis quinze mois est continuelle et les perspectives, pour l’an prochain, sont franchement désastreuses. En outre, l’une des spécificités du chômage à la française, c’est qu’il est terriblement difficile d’en sortir. 38 % des inscrits sont des chômeurs de longue durée , inscrits depuis plus d’un an.

Certes, les scores de notre pays s’inscrivent dans la piteuse moyenne des pays de la zone euro. C’est toute l’Europe qui est en panne de croissance, et donc d’emploi. Il y a même des cas extrêmes, comme celui de l’Espagne où le quart de la population active a été refoulé de l’emploi. Mais regardons plutôt ceux qui, avec la même monnaie, dans le cadre de la même concurrence internationale réussissent là où nous échouons depuis tant d’années.

L’Autriche, par exemple, qui connaît le plein-emploi (3,9% de chômeurs), les Pays-Bas (autour de 5%), et bien sûr, l’Allemagne, qui jouit du plus bas niveau de chômage depuis 20 ans (à 5,4%). Et qu’on ne vienne pas nous dire que c’est parce que la population vieillit et que la main d’œuvre diminue. Au contraire, grâce aux incitations à travailler mises en place par les gouvernements successifs, la population active en Allemagne a continué à croître au cours des 10 dernières années.

Comme toujours lorsque la situation est mauvaise, que l’hiver est trop froid, ou l’été trop chaud, notre réflexe est de nous tourner vers l’Etat. Que fait le gouvernement ? Qu’attend Hollande pour décréter la croissance ? Pourquoi Ayrault n’embauche pas quelques centaines de milliers de fonctionnaires supplémentaires ? Oh certes, le gouvernement peut – et il le fait – augmenter le nombre des emplois aidés : ils seront près d’un demi-million l’an prochain. Mais, comme le rappelle régulièrement la CGT, ces mesures d’urgence débouchent rarement sur des emplois durables. Non, ceux qui détiennent la clef du problème, parce qu’ils décident des embauches, ce sont les chefs d’entreprises, que vous représentez, Laurence Parisot.

Vous nous dites : notre compétitivité a été érodée par une augmentation des coûts pesant sur le travail les charges sociales que subissent nos entreprises sont supérieures à celles que connaissent nos concurrents et c’est pourquoi nous perdons des parts de marché et n’embauchons pas.

Mais pendant que les experts se battent sur les chiffres, nos voisins espagnols et italiens viennent de lancer des réformes du marché du travail sur lesquelles nous sommes peu informés - et c’est dommage. Car ces deux pays connaissaient les mêmes problèmes que les nôtres – un marché du travail dual, avec des CDIs très protégés et des CDDs servant de variable d’ajustement. Et ils sont en train de mettre en place des systèmes qui s’inspirent manifestement de la flexisécurité des pays nordiques. En Espagne, un droit à la formation tout au long de la vie vient d’être institué, avec la remise de « chèques formation » qui vont bénéficier d’abord aux chômeurs. En Italie, les licenciements ont été facilités afin de cesser de dissuader l’embauche, en échange d’une protection sociale renforcée pour les chômeurs.

Certains syndicats, la CFDT par exemple, demandent que « au-delà des mesures d’urgence, on aille vers les mesures de fond », comme l’amélioration de la compétitivité des entreprises et la sécurisation des parcours professionnels. Le temps n’est-il pas venu pour le patronat d’accepter une négociation de fond sur ces questions, afin que cesse la honteuse « préférence française pour le chômage » ? La flexibilité, bien sur, vous êtes pour. Mais jusqu'où êtes-vous prête à aller sur le versant de la sécurisation des parcours professionnels ?

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......