LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Internet court plus vite

3 min
À retrouver dans l'émission

La principale qualité d’un bon second , c’est le sens de la diplomatie, l’art du compromis. Il en faut, pour faire le lien entre un vrai patron et son équipe, réussir le grand écart entre les visions du grand homme, accroché à ses projets mirifiques et les réalités quotidiennes d’une équipe lasse d’être considérée comme de la piétaille, de l’intendance. Pierre Lescure, vous avez longtemps joué les seconds – derrière Pierre Desgraupes, à France 2, André Rousselet, puis Jean-Marie Meissier, à Canal , François Pinault, qui vous a donné le théâtre Marigny.

Vos talents de négociateur et votre réputation de bon second vous ont servi auprès de la ministre de la Culture. C’est François Hollande qui vous a choisi, mais elle vous juge « loyal » « il ne rêve pas de prendre ma place », assure-t-elle, ce qui en dit long sur l’idée qu’elle se fait de la plupart des autres talents et personnalités du monde de la culture qui gravitent autour du président de la République…

Votre mission, soyons clair, consistait essentiellement à tenter de rabibocher la gauche avec le milieu des créateurs et les industries culturelles . Car si le milieu a le cœur à gauche, il veille sur ses droits d’auteur. Et il se méfie de la culture de la gratuité, qui a rencontré des échos favorables jusqu’au sein du Parti socialiste. Durant sa campagne, François Hollande avait très soigneusement évité de se prononcer sur ce sujet, ménageant la chèvre – les internautes, qui acceptent d’autant moins d’avoir à payer pour les contenus qu’ils sont plus jeunes – et le chou – les artistes et professionnels de la profession, qui ne veulent pas être les dindons de la révolution numérique.

Solution imaginée par la commission : on renonce à Hadopi, mais pas à la riposte graduée . Le piratage, sous la gauche, reste du piratage et les droits d’auteur, des droits d’auteur. On supprime Hadopi, odieux symbole sarkozyste, mais on transfère ses responsabilités au CSA. La coupure d’accès – sans doute inapplicable, puisque l’Hadopi n’en a jamais décidé aucune est remplacée par des amendes administratives en cas de récidive. Le CSA est certainement compétent pour la vidéo à la demande, mais l’est-il en ce qui concerne la musique ? Dans la mesure où il s’est souvent comporté de manière frileuse envers le basculement numérique, on peut se demander si les internautes ne vont pas bien vite regretter l’Hadopi…

Mais bien sûr, la préconisation la plus spectaculaire et la plus commentée, c’est ce compte de soutien à la transition numérique des industries culturelles, financé en partie par une taxe sur les opérateurs télécoms et sur les acheteurs d’appareils connectés . On dira : une taxe de plus, après celle frappant déjà les supports de copie privée, comme les clés USB et disques durs externes. Mais le système actuel est paradoxal, puisque les gagnants sont les plates-formes et autres sites agrégateurs qui se contentent de mettre à disposition des contenus dont ils ne sont pas les créateurs.

En réalité, le secteur est en train de trouver, lentement, son modèle économique. Il n’y a qu’à regarder ce qui se passe en Suède, où les hivers et les modes nouvelles arrivent généralement en avance sur les nôtres : 20 % de la population est désormais abonnée à un service de vidéo à la demande.

Vous souhaitez également accélérer la chronologie des médias : HBO Nordic diffuse les séries américaines en version sous-titrées en suédois, cinq heures après leur diffusion aux Etats-Unis.

Vouloir réglementer est une passion toute française. Jean-François Fogel et Bruno Patino, dans La condition numérique , écrivent : « Dans l’univers numérique, la législation n’a pu suivre le train d’enfer imposé par les géants du réseau. » Ne risquez-vous pas de voir votre réforme très vite bousculée par une net-réalité qui court plus vite ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......