LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La Grèce, anti-modèle

3 min
À retrouver dans l'émission

Il est un peu facile de rendre l’Union européenne responsable de la tragédie grecque. Il est franchement démagogique de caricaturer la chancelière allemande en Dame de Fer, imposant, par pure malice, une épouvantable cure d’austérité à une Grèce qui n’en peut mais. Car ce sont bien les dirigeants grecs et eux seul qui, par leur laxisme financier , ont précipité leur peuple dans une situation catastrophique.

Contrairement aux promesses des démagogues, un Etat ne saurait vivre éternellement avec un déficit primaire (hors paiement des intérêts de la dette supérieur à 5 % de son PIB). La Grèce a longtemps profité des taux bas, autorisés par la monnaie unique, pour s’endetter. Mais ces emprunts ont permis de construire plus de piscines chez les particuliers que d’usines où produire et trouver des emplois. La valeur ajoutée par l’industrie représente à peine 8 % du PIB. Au cours de la décennie écoulée, la balance commerciale grecque s’est effondrée, démontrant une absence de compétitivité .

Pourtant, aucune réforme n’a été entreprise. Chaque gouvernement a continué à gonfler la masse salariale du secteur public , devenu pléthorique avec 20 % de la population active . Les fonctionnaires grecs bénéficiant de salaires supérieurs de 60 % en moyenne à ceux du secteur privé. Les députés grecs, primes comprises, gagnent plus du double de leurs collègues allemands.

La troïka, installée au chevet de la Grèce, est en train de piloter une restructuration en douceur de l’énorme dette publique grecque (160 % du PIB). 100 milliards d’euros de créance ont été rayés d’un trait de plume des comptes des banques européennes. Et l’Europe continue d’assurer la survie de l’Etat grec, en lui octroyant un nouveau prêt de 130 milliards d’euros. Sans l’aide de ses partenaires européens, Athènes serait aujourd’hui en cessation de paiement les déposants auraient perdu l’essentiel de leurs économies dans la faillite générale du secteur bancaire du pays ne pouvant plus emprunter davantage, l’Etat grec aurait cessé de payer les salaires de ses fonctionnaires et les pensions des retraités. Le retour à une monnaie nationale fortement dévaluée se serait traduite par un renchérissement insupportable, pour le consommateur des produits importés – c’est-à-dire de presque tout…

Comme l’a dit le Premier ministre Papadimos , « une banqueroute désordonnée plongerait le pays dans le chaos économique et provoquerait une explosion sociale incontrôlable. »

Pour l’instant, la coalition gouvernementale entre socialistes du Pasok et conservateurs de la Nouvelle Démocratie tient. Le programme d’austérité et de réformes a reçu le soutien de 199 députés contre 74. Le parti d’extrême droite, orthodoxe, Laos , a, lui, quitté la coalition en clamant que « la Grèce ne se rendrait pas », ce qui est évidemment démagogique.

Je ne sais pas s’il y a un modèle allemand . Après tout, il est d’autres pays en Europe qui, soumis aux mêmes contraintes que nous – mondialisation, concurrence des émergents, hausse des coûts de l’énergie, vieillissement démographique -, réussissent très bien, exportant et équilibrant leurs budgets : la Suède, les Pays-Bas, la Finlande. Ils ont su renouveler leurs industries, moderniser leurs administrations, adapter leurs Etats-providences.

Mais il y a, maintenant en Europe un anti-modèle , c’est celui qui échoue tragiquement sous nos yeux et c’est le modèle grec.

Les programmes basés sur la consommation à crédit, sur une stimulation de la demande qui ne bénéficie qu’aux importations, démontrent leur inefficacité. Il est temps de faire le choix d’une économie de l’offre compétitive . Comme disait ce pragmatiste méconnu, Mao Tsé Toung : « en général, les idées justes, ce sont celles qui réussissent. » Les candidats à la présidentielle devraient raisonner comme le Grand Timonnier…

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......