LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La république des lettres, démocratie humaniste

4 min
À retrouver dans l'émission

Au début du XV° siècle, en Italie, un petit groupe de lettrés se lance à la chasse aux manuscrits de l’Antiquité, grecque et romaine, pieusement conservés dans les monastères. Ces textes ont ainsi échappé aux destructions, causées, quelques mille ans plus tôt, par les invasions barbares. Mais mal recopiés, victimes d’ajouts intéressés, ils ont néanmoins besoin d'être restitués dans leur version originale. Ce sera le travail des philologues. L’invention de l’imprimerie arrive juste à temps pour répandre ces trésors bien au-delà des richissimes collectionneurs de manuscrits. Tout un réseau de bibliothèques savantes se crée alors à travers l’Europe, dans le cadre desquelles surgissent parfois des « académies ».

Ce mouvement d’idées et ces réseaux de personnes vont permettre l’éclosion d’une société d’esprits libres, recrutés par cooptation, entretenant entre eux un dialogue par lettres, qui se donne pour but de refaire l’unité spirituelle de l’Europe . Cette Respublica litteraria, dont Erasme est le grand patron, après Alde Manuce à Venise, et l’Aixois Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, entretient, à ses débuts, les meilleurs rapports avec la Respublica christiana . Les deux « républiques » se complètent, dans la tâche commune d’unifier les Européens, par-delà les identités nationales naissantes.

Pourtant, en s’ancrant au Nord de l’Europe, du côté protestant, en subissant l’influence du gallicanisme français, la concurrence entre les deux Eglises ne pouvait manquer de tourner au conflit ouvert. Ce sera la « crise de la conscience européenne », étudiée par Paul Hazard, dans un ouvrage fameux des années 30. Il y est question des Nouvelles de la République des Lettres, publiées en 1684, par Pierre Bayle, mais non de ce réseau humaniste et lettré qui vous passionne, Marc Fumaroli.

La République des lettres vous séduit, parce qu’elle fut une aristocratie de lettrés , ou bien une démocratie censitaire mais humaniste. Entre ses membres, règnent l’égalité et la tolérance. Elle pratique la liberté de parole, mais ses membres s’astreignent, dans leurs échanges, au bon ton, à la correction. Elle n’a qu’un adversaire déclaré : la barbarie, l’ignorance, le mauvais latin. Elle est sera de plus en plus militante.

Au XVII° siècle, Bacon et Descartes publient dans leurs langues nationales respectives. Le latin perd sa prééminence et les Français opèrent alors une sorte de nationalisation de la République des lettres , qui prépare nos Lumières.

Au XVIII°, elle se vante, avec Voltaire qui en est devenu le pape, d’incarner l’unité intellectuelle et morale de l’intelligence en Europe, par-dessus la tête des souverains sans cesse en guerre les uns contre les autres.

Publier un livre consacré à un tel sujet aujourd’hui ne peut manquer d’être interprété comme une critique implicite de notre époque. L’abandon de l’enseignement des langues anciennes dans le secondaire est une affaire récente. La génération actuellement au pouvoir est la première depuis le Moyen Age à ne pas pouvoir trouver ses modèles dans les Vies parallèles de Plutarque, qu’on a cessé de lire depuis Mai 68…

La grande invention médiologique de notre génération, c’est internet. De même que le livre imprimé a entraîné une révolution dans la manière de concevoir la culture, de même que de la transmettre, il est inévitable que le basculement numérique ait des conséquences sur le contenu même de notre culture. Certains sont pessimistes, qui voient se développer un pseudo-savoir, fait de clichés et de potins concernant des personnages sans intérêt. D’autres font observer qu’il est loisible, depuis son ordinateur de consulter nombre de ces ouvrages rares, autrefois réservés aux chercheurs.

Avez-vous le sentiment d’assister à l’agonie de la culture humaniste, ou à sa métamorphose ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......