LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La social-démocratie, encore d'actualité ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Dans « le socialisme à l’épreuve du capitalisme », Alain Bergougnioux (Fayard / Fondation Jean Jaurès) observe qu’à l’origine, le mouvement socialiste se donnait pour objectif non pas l’aménagement du capitalisme, mais bien sa destruction. Le remplacement d’un système, régulé par le marché, par un autre, fondé sur l’appropriation collective des moyens de production et d’échange. Ce n’est qu’entre les deux guerres, avec l’apparition du planisme qu’est apparue l’idée que des socialistes, portés au pouvoir par des élections et exerçant le pouvoir politique, pouvaient entreprendre de réformer le capitalisme, au lieu de le liquider purement et simplement.

Durant les trente années qui suivirent la Seconde Guerre Mondiale, un compromis social-démocrate s’est progressivement imposé dans toute l’Europe - Congrès de Bad Godesberg ou pas : là où ils étaient aux affaires, les socialistes ont organisé un face à face entre le pouvoir politique et le pouvoir économique, le marché et l’Etat, de manière à faire œuvrer les forces économiques du capitalisme au service d’un Etat-providence de plus en plus perfectionné. Les partis de droite eux-mêmes acceptèrent partout ce compromis.

Or, écrit Bergougnoux, ce modèle, celui de nos « Trente Glorieuses » est entré en crise dès le milieu des années 70, à l’occasion de la crise du pétrole.

Des mutations technologiques – la révolution informatique, de nouvelles formes d’organisation du travail – le travail en réseau, l’écrasement des hiérarchies, la prise du pouvoir par l’actionnaire et le client au détriment du producteur et de l’entrepreneur, la mondialisation des échanges, tous ces phénomènes se sont conjugués pour remettre en cause la social-démocratie traditionnelle. Les puissants syndicats d’autrefois ont vu leurs adhérents disparaître. Les partis socialistes peuvent de moins en moins prétendre être ceux de la classe ouvrière ou même du salariat. Bref, l’identité social-démocrate est en crise .

Les réponses fournies ici ou là par les tentatives de « troisième voie », consistant à accepter sans regimber la loi du marché, tout en misant sur l’équipement des individus des « capacités » nécessaires à s’y frayer leur chemin, ont été prises en défaut par la crise.

Le tournant pris par François Mitterrand en 1983, devant l’échec d’une stratégie de « relance par la consommation » qui ne profitait qu’aux importations et dégradaient dangereusement notre balance extérieure, malgré trois dévaluations consécutives de la monnaie, même ce tournant n’a pas été assumé par le Parti socialiste à l’époque.

Aujourd’hui, François Hollande, le candidat du Parti socialiste et de l’ensemble de la gauche, se proclame social-démocrate. Il est l’un des rares dirigeants socialistes à avoir assumé constamment ce positionnement et c’est peut-être l’une des causes de sa victoire lors des primaires.

Mais que peut signifier la social-démocratie dans le monde du XXI° siècle ? Dans le livre qu’il a publié peu de temps avant sa disparition, « *Contre le vide moral, restaurons la social-démocratie* », le regretté Tony Judt** attribuait le déclin intellectuel de la social-démocratie à deux facteurs principaux : l’individualisme narcissique des baby-boomers, suivi d’un abandon des politiques d’action collective au profit des politiques de « l’identité », d’une part, l’effet-retard des idéologues libéraux émigrés d’Autriche dans les pays anglo-saxons dans les années 30 sur les politiciens des années 80 : le préjugé selon lequel le privé est meilleur gestionnaire.

La redistribution des revenus et l’investissement dans les biens publics exigent des niveaux élevés de prélèvements. Or, ceux-ci ne sont acceptés, écrivait Tony Judt, que lorsqu’existe, au sein des nations, la confiance mutuelle et la confiance des populations envers leurs dirigeants. Aujourd’hui règnent la méfiance réciproque et le scepticisme ironique envers la classe politique. Croyez-vous faire revivre la social-démocratie ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......