LE DIRECT

L'Ancien régime et la Révolution (chinoise)

4 min
À retrouver dans l'émission

Savez-vous, Marc, quel est, d’après le professeur Minxin Pei, le livre de chevet des nouveaux dirigeants du Parti communiste chinois ? Hé bien, il s’agit du classique de notre Tocqueville national, « L’Ancien régime et la Révolution ». « Selon toute vraisemblance, ces dirigeants », poursuit cet intellectuel enseignant dans les universités américaines et publiant sur le site Project Syndicate, « ces dirigeants pressentent aujourd’hui, soit par instinct, soit de manière plus rationnelle, l’existence d’une crise imminente qui pourrait mettre en péril la survie du PCC, de la même manière que la Révolution française a mis fin à la domination des Bourbons sur la France . »

Ils ont bien raison, les dirigeants communistes chinois. Ce qu’a trouvé Tocqueville aux termes de son enquête, c’est que lorsqu’est survenu l’évènement révolutionnaire lui-même, la féodalité avait depuis longtemps disparu en France : les paysans étaient souvent propriétaires de leurs terres, les vieux impôts féodaux étaient presque partout tombés en désuétude.Par contre, l’Etat, qui s’était constitué en surplomb de la société, l’écrasait. La politique retardait sur la société. Bref, la secousse révolutionnaire accompagne très généralement une mutation sociale déjà largement aboutie , mais dont l’inachèvement même rend plus insupportables encore les résidus de l’ordre ancien.

On peut dire la même chose de la Chine actuelle. Les nouvelles élites sociales se sont emparées du net, en particulier du réseau social Sina Weibo , qui compte 300 millions d’inscrits. Et un certain nombre de personnalités, issues des sciences sociales, comme Yu Jianrong , de l’économie, comme Wu Jinglian , ou du monde des affaires privées, comme Pan Shiyi , sont devenues des leaders d’opinion, en dénonçant les injustices et les scandales.

Du coup, un profond scepticisme , une grande méfiance caractérisent les relations entre la société et le pouvoir. Celui-ci se targue d’avoir mis en place un commencement de système d’assurance-maladie, qui couvrirait 95 % des Chinois (contre 15 % seulement en 2000). Certes, le succès économique de la Chine, depuis la libéralisation de l’économie par Deng Xiaoping en 1992, est phénoménal . La Chine, ruinée par le maoïsme, s’est hissée au rang de deuxième puissance économique et de premier exportateur mondial. Le pays a accumulé des réserves de devises qui s’élèvent aujourd’hui à 3 300 milliards de dollars – record du monde – et qui vont lui permettre de s’offrir quelques uns des fleurons de l’économie mondiale.

Mais l’avenir est moins reluisant. Selon une des têtes pensantes de la China Society of Economic Reform, Yuan Xucheng , le pays doit entreprendre d’urgence des réformes importantes s’il veut éviter une stagnation prolongée , auquel il ne saurait faire face sur le plan social.

Comme l’explique Françoise Lemoine dans L’Economie Politique N° 56, qui vient de paraître, l’atout principal de la Chine – ses énormes réserves de main d’œuvre vont se tarir. Pour des raisons démographiques (le vieillissement, comme en Europe). En outre, le développement chinois est « insoutenable », d’après l’actuel Premier ministre sur le départ, Wen Jiabao . Pour des raisons écologiques – le pays est le plus grand pollueur de la planète.

Les grèves et les émeutes sont quotidiennes . La légitimité politique du parti communiste au pouvoir s’affaiblit. Or, explique aussi Tocqueville, si le pouvoir a intérêt à diviser la société en autant de classes et de corporations que possible, aux intérêts divergents, afin de paraître arbitrer entre elles, ce morcellement du corps social lui devient funeste en cas de poussée révolutionnaire. « L’édifice entier » risque alors de « s’écrouler tout ensemble et en un moment ». Car dépourvu de cohésion interne, le corps social, miné, n’oppose aucune résistance aux ferments d’anarchie introduits par les émeutiers .

On comprend pourquoi les nouveaux dirigeants chinois lisent Tocqueville…

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......