LE DIRECT

Le moment Bayrou est-il passé ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Depuis une douzaine d’années, vous nous prophétisez, François Bayrou, les dix plaies d’Egypte.

Après 2002, selon vous, la France était non pas au bord de la crise de régime , mais elle y était tout à fait : la présence de Jean-Marie Le Pen au premier tour d’une présidentielle vous semblait le signe d’une crise de confiance mortelle entre le peuple français et la classe politique, censé le représenter.

Après la crise de 2008 et les budgets en fort déséquilibre de Nicolas Sarkozy, vous nous annonciez un emballement de la dette que les marchés ne manqueraient pas de sanctionner avec, en fin de course, une prise de contrôle de nos finances par l’UE et le FMI.

De François Hollande, vous avez dit l’an dernier qu’il n’achèverait pas son mandat pour cause de majorité en inadéquation avec son programme. Bref, vous vous êtes fait une réputation de prophète en nous annonçant de prochaines calamités.

Dans le jeu politique, ce rôle de Cassandre est ordinairement destiné à celui qui se présente comme un recours . Et en effet, votre espace politique est celui qu’ouvrirait une crise gravissime – état de guerre, ébranlement social majeur, défaut de paiement de l’Etat, refus de l’Assemblée de voter la confiance au gouvernement. Une telle crise rendrait nécessaire la formation d’un gouvernement de coalition , allant des réformistes de droite aux réalistes de gauche, sous la houlette d’un centre fédérateur, dont vous êtes l’incarnation.

Mais vos sombres prédictions n’ont pas l’air de se réaliser. Le président de la République peut bien battre des records d’impopularité : les institutions de la V° République lui garantissent une autorité presque sans faille : quels que soient les désaccords d’un certain nombre d’entre eux avec la ligne sociale-libérale que prétend incarner le gouvernement, les députés de la majorité ne sont pas assez fous pour provoquer des élections anticipées qui les renverraient dans l’opposition.

Notre pays bat sans doute des records de chômage, mais la situation sociale reste étrangement calme . Les Français sont sans illusions sur la capacité des gouvernants à faire redémarre la machine économique et ne comptent plus que sur eux-mêmes et accessoirement sur les possibilités de débrouille et d’entraide offertes par la révolution numérique.

Certes, notre pouvoir d’achat recule, mais il le fait avec une lenteur qui fait qu’on s’y habitue. En termes de PIB par habitant, nous sommes encore le 10° pays le plus riche d’Europe , derrière le Luxembourg, le Danemark, la Suède, l’Autriche, les Pays-Bas, l’Irlande, la Finlande, la Belgique et l’Allemagne – mais devant le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. Certes, notre dette publique approche les 100 % de PIB, mais c’est aussi le cas de plusieurs pays européens, comme la Grande-Bretagne, sans parler des cas du Japon, de la Grèce, ou de l’Italie.

En outre, les perspectives pour 2015 sont assez favorables . Emmanuel Macron n’a pas tort de le prétendre dans son interview de ce matin aux Echos. La baisse significative de l’euro, passé au–dessous des 1,20 dollars, va doper nos exportations, sans que cela se traduise par un renchérissement de notre facture énergétique, puisque le prix du baril de pétrole est en chute libre. La forte baisse de la bourse attire vers les obligations d’Etat l’énorme masse des capitaux flottants, ce qui fait qu’on ne s’est jamais endetté à si bon compte. La Loi Macron va permettre aux entreprise de retrouver un peu de marges et de recommencer à investir.

Hollande reprend langue avec Merkel et si nos deux gouvernements n’ont pas le même agenda – réformes de structure et compétitivité, pour Berlin, relance de la croissance par l’investissement -, ils peuvent converger . Hollande fait un bout de chemin vers l’économie de l’offre, avec la Loi Macron, Merkel appuie l’initiative de Juncker en faveur d’une relance de la demande au niveau européen.

Bref, les orages désirés semblent s’éloigner. Et on peut dès lors se poser la question : le moment Bayrou est-il passé ?

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......