LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le Pt'it Quinquin d'Arte versus Marseille de Netflix

4 min
À retrouver dans l'émission

Les codes du cinéma et ceux de la télévision ne sont pas les mêmes. La série repose sur l’apparition récurrente de personnages qui évoluent dans un environnement marqué et relativement immuable – un milieu, une époque. Au départ, elle avait pour fonction de fidéliser un public à jour et heure fixes, afin de disposer d’heures de cerveau disponible et d’y intercaler les écrans publicitaires dont vivaient les chaînes. On avait son rendez-vous avec le Dr. House, on retrouvait les copines de Desperate Housewives... Ce n’est plus le cas depuis qu’on peut en visionner plusieurs épisodes à la suite en ligne.

La série est devenue l’un des contenus créatifs les plus en prise sur notre époque, l’un des miroirs où elle se contemple. L’un des rares genres créatifs où l’on peut entendre parler les gens comme ils le font dans la vraie vie. C’est peut-être parce que la télévision, ça s’écoute. C’est « de la radio filmée », disait Orson Welles. C’est pourquoi la série est bavarde, quand le film peut se passer de dialogue : tout est à l’image. The Artist. Du cinéma, on attend, au contraire, qu’il nous plonge dans un univers créé pour le moment, par la magie de la salle obscure et qui ne survivra, la séance achevée, que dans nos mémoires.

Et pourtant, il semble que la frontière entre le genre du film de cinéma et de la série télé ne soit plus aussi nette que par le passé.

D’abord parce que de nombreux réalisateurs cotés sont passés du cinéma à la série . David Lynch, l’homme qui sent les vents tourner avant tout le monde (comme David Bowie dans la musique), avait surpris en participant à Twin Peaks, qui porte sa marque, même quand il n’a pas réalisé pas l’épisode. Steven Soderbergh s’est impliqué pour K Street pour HBO en 2003 et nous pourrons bientôt voir The Knick, une série médicale située au début du XX° siècle dont il est le réalisateur. Quentin Tarantino en personne a tourné un épisode de la série Urgence en 1995. Quant à Michael Mann, sa carrière alterne cinéma et télévision, adaptant parfois au format du film les séries qui l’ont rendu célèbre, comme Deux flics à Miami, qu’il avait d’abord produit pour NBC.

Pendant longtemps, on a reproché aux Français de ne pas savoir faire de séries télé . Vincent Colonna a signé là-dessus un très bon livre sous forme de manuel en 2010 : « L’art des séries télé ou comment surpasser les Américains ». Alors que les Britanniques (Sherlock, Vickings, Downton Abbey), les Danois (Borgen), les Israéliens (Hostages), les Suédois (Real Humans) parviennent à exporter leurs séries ou à en vendre le concept aux Américains, notre système de production télévisuelle, basé sur l’obligation faite aux chaînes de produire et de diffuser, en créant un marché protégé, ne comportait pas d’incitation particulière à exporter. Même si certaines ont été récompensées aux Emmy Awards, comme Les Revenants.

L’arrivé de Netflix va nous obliger à revoir radicalement ce système complexe. Mais il nous contraint aussi à une sérieuse mise à niveau créatif. Or, des talents, nous n’en manquons pas. Au cinéma, ils abondent.

Or, certains réalisateurs venus du cinéma sont déjà venus poser des jalons dans les séries. Sans remonter à Mathusalem, je veux dire La Maison des bois de Maurice Pialat (1971), le genre a été illustré par des gens du niveau d’Olivier Assayas , avec son Carlos. Pourtant, comme l’écrit Vincent Colonna, « notre cinéphilie hypertrophiée a empêché le développement d’une tradition télévisuelle autonome. »

Bruno Dumont « dynamite le format de série » , écrit Thomas Mahler dans Le Point. C’est généralement de cette manière qu’on réussit à passionner les gens. Aux Inrocks, vous avez déclaré vouloir porter au petit écran « les naufragés de la société française, en délitement, mais emportés et soufflés par la poésie, l’humour et la farce ». Dans L’Obs, vous dites : « Le cinéma est un vieux truc. Aujourd’hui, tout le monde peut faire de la série… C’est l’annonce d’une révolution. »

Votre Pt’it Quinquin débarque sur Arte cette semaine. Vos cht’is contre le "Marseille" de Netflix , tout un programme… C’est souvent en montrant ce que nos régions ont de plus spécifique qu’on parle mieux de la France. Mais la synecdoque a ses limites : le Nord, victime de la crise des industries vieillissantes est-il représentatif de la France entière ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......