LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les prescriptions du docteur Rocard

4 min
À retrouver dans l'émission

Je recommande la lecture de l’essai que Michel Rocard vient de publier sous le titre « Mes points sur les i » (Editions Odile Jacob). Il s’agit d’une série de mises en garde destinées au candidat de son parti, le PS, aux élections présidentielles. François Hollande lui répond d’ailleurs en préface, acceptant certaines analyses et refusant certains conseils. Mais elle devrait être méditée par les candidats de tous les partis…

Michel Rocard met des mots sur un malaise que nous sommes nombreux à ressentir face à la campagne électorale en cours. L’ancien premier ministre dit redouter « une campagne caractérisée par une profonde vacuité intellectuelle ». Trop d’effets de tribune, de petites phrases, de promesses inconséquentes et surtout inadaptées à la situation. Les médias, avec leur rythme précipité, leur manque de sérieux et de compétence, n’aident pas à la perception claire des enjeux . Et Michel Rocard de lancer cet avertissement : « il y aura une prime électorale à celui qui expliquera clairement ce qui se passe. »

Et pour commencer, les électeurs sont-ils bien conscients de la profondeur de la crise que traversent leur pays et l’Europe ? Comment peut-on encore parler de « modèle » dans une Europe qui exclut du marché du travail normal un tiers environ de sa population active ? Les uns ont renoncé à chercher un emploi, les autres sont au chômage, de plus en plus nombreux sont ceux qui tournent entre travail précaire et périodes de chômage. D’où vient, interroge Michel Rocard, que les Français, dont l’humeur ne divergeait pas de celle du reste du monde depuis l’invention des sondages dans les années 30, soient devenus beaucoup plus pessimistes sur l’avenir de leur pays que le reste des vieux pays anciennement industrialisés ?

Michel Rocard pointe les trois indices qui montrent que notre pays est en crise : le déficit commercial ne cesse de s’aggraver la croissance ne cesse de faiblir et tend vers la stagnation le déficit public s’envole, « suivant une loi d’augmentation rapide et inquiétante ». Aussi, avertit Rocard, le prochain gouvernement quel qu’il soit, sera mis au défi de « devoir réformer sans dépenser ». Redoutable défi !

La France, d’après Michel Rocard, « est entravé par quatre blocages décisifs : La quasi-absence de dialogue social, l’ankylose de l’appareil d’Etat, l’indifférence au monde extérieur et la tendance à l’auto-dénigrement. » (116)

Michel Rocard s’est acquis une réputation d’homme politique capable non seulement de désigner les problèmes, mais aussi de proposer des solutions. Après le diagnostic, les remèdes. Quelle sont donc les prescriptions du docteur Rocard ?

Commencer par informer objectivement sur l’état de la situation, afin de parvenir à un diagnostic partagé s’interdire les réformes à la hussarde, imposées d’en haut par la loi et le règlement, privilégier plutôt la négociation entre partenaires sociaux sous le regard de l’opinion : ce sont les réformes imposées de manière autoritaire qui coûtent cher, parce qu’on doit « acheter » les secteurs concernés, réticents déconcentrer les services de l’Etat en les confiant autant que possible aux régions : exemple les Agences de santé régionales, premier pas dans la bonne direction prévoir une procédure d’évaluation dans toute réforme, destinée à en mesurer les effets au bout d’un certain laps de temps et à en modifier le cours en fonction des résultats : la France n’a pas la « culture du résultat » créer des cercles de qualité : les fonctionnaires de base sont mieux à même de proposer des simplifications à leur propre travail que les grands corps de contrôle, que Rocard, lui-même inspecteur des finances, ne semble pas porter dans son cœur.

Cette méthodologie de la réforme vous paraît-elle convaincante ? Trouvez-vous, comme son auteur, que la campagne n’est pas à la hauteur des enjeux ? Quels conseils nous donneriez-vous, à nous autres, journalistes, afin d’améliorer la qualité de notre travail dans cette campagne ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......