LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les vrais coûts du nucléaire

3 min
À retrouver dans l'émission

C’est dès l’après-guerre, que les dirigeants politiques de notre pays ont décidé de recourir à l’énergie nucléaire. Aujourd’hui, nous lui devons 75 % de l’électricité que nous produisons. Les débats sur les avantages et les inconvénients d’un tel mix énergétique sont de nature passionnels. L’idéologie, productiviste, d’un côté, écologiste, de l’autre, a longtemps rendu difficile l’évaluation précise et objective des coûts économiques entraînés par ce choix initial. EDF met en avant le caractère relativement bon marché de l’électricité produite en France, grâce au choix du nucléaire ; mais les écologistes estiment que ces évaluations ont eu tendance à sous-estimer ou à dissimuler certains coûts.

D’où le recours à la Cour des comptes , qui s’est acquis une réputation de compétence et d’impartialité, encore renforcée depuis que le président Sarkozy a décidé d’en confier la présidence à un élu de l’opposition socialiste. Mais sur le plan politique, l’exercice s’apparentait à une danse sur une corde raide. La Cour n’était consultée que sur les coûts réels du nucléaire, la décision de modifier significativement le mix énergétique relève, elle, du politique. Aussi, le Rapport ne se prononce pas sur les options qu’elle évoque : soit prolonger la durée de vie des centrales existantes, soit s’orienter prioritairement vers les nouvelles sources d’énergie renouvelables .

Première observation : le rapport rendu public hier par la Cour des comptes intègre bien, cette fois, tous les coûts : investissements de départ, dépenses courantes et dépenses futures à prévoir (même si ce sont les plus difficiles à estimer). Résultat des courses : même revus à la hausse, les coûts de production de la filière nucléaire restent avantageux . A 49,50 Euros le MWh, ils s’avèrent toutefois supérieurs à ceux calculés par EDF, qui les estimait à 46 Euros.

Mais la facture est destinée à augmenter. Pourquoi ? Pour l’instant, nous bénéficions des investissements réalisés, à grands frais, il y a plusieurs décennies. Mais demain ?

EDF exploite aujourd’hui 58 réacteurs. Ils vont vieillir. Dans les dix ans qui viennent, 22 d’entre eux auront atteint le 40° anniversaire. Pour les remplacer, il faudrait construire 11 EPR. C’est trop cher - plus de 60 milliards, et c’est déjà trop tard. Prolonger la durée de vie des centrales existantes en les modernisant ? Il en coûterait 3,7 milliards par an pour faire tourner nos centrales jusqu’en 2025. A comparer avec les 65 milliards que nous avons payé, l’an dernier, nos importations de pétrole, gaz et autres énergies fossiles. Le coût du nucléaire pourrait atteindre ou dépasser les 57 Euros du MWh . Cela rendra l’éolien terrestre presque compétitif, avec ses 69 Euros le MWh.

Un autre rapport, commandé par le ministre de l’énergie Eric Besson, à une commission présidée par l’économiste Jacques Percebois , doit être rendu public le 13 février. Il devrait préconiser le maintien du nucléaire à son niveau actuel. En effet, selon une autre source, l’Union française d’électricité, réduire la part du nucléaire à 50 % dans notre mix énergétique coûterait 382 milliards d’euros – contre 322 milliards si l’on continue d’exploiter les centrales actuelles. Soit une perte de PIB estimée à 0,6 %.

Dans tous les cas et quels que soient les choix effectués par les dirigeants politiques, les prix pour le consommateur vont s’envoler . C’est une mauvaise nouvelle pour notre pouvoir d’achat. Et on fera observer que dans le domaine, si crucial pour la compétitivité économique du pays, nous sommes restés tributaires de décisions et d’investissements qui datent d’un demi-siècle. On réclame un Etat-stratège, aussi clairvoyant et et ambitieux qu’à l’époque.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......