LE DIRECT
Intelligence artificielle : une menace ?

L’intelligence artificielle va-t-elle détruire des emplois ?

9 min
À retrouver dans l'émission

Les Idées Claires |Les questions liées au développement de l'intelligence artificielle sont au cœur des Idées claires, notre programme hebdomadaire proposé par France Culture et France Info et destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

Intelligence artificielle : une menace ?
Intelligence artificielle : une menace ? Crédits : Radio France

Avec le développement et la démocratisation de l'intelligence artificielle, à quels bouleversements devons-nous nous attendre ? Est-ce que demain les robots travailleront à notre place ? D'après une étude du cabinet d'audit PwC, l'intelligence artificielle pourrait créer autant d'emplois qu'elle en supprimera.

Mais alors de quels emplois parle-t-on ? Doit-on s'attendre à une suppression des emplois manuels comme lors de la révolution industrielle ou sont-ce, au contraire, les emplois les plus qualifiés les premiers concernés ? 

Autant de questions que nous avons posées à Raja Chatila, professeur à Sorbonne université à Paris et directeur de l'Institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR).

L’intelligence artificielle va-t-elle détruire des emplois ?

L’intelligence artificielle va probablement détruire des emplois, elle va en créer. La difficulté, c’est de savoir combien elle va en détruire, combien elle va en créer et sur quelle durée. Toutes les études qui sont faites ne sont pas convergentes, ça va du simple au double et on parle de centaines de millions d’emplois.

Comme pendant la révolution industrielle, les métiers manuels seront-ils les premiers touchés ?

La révolution industrielle, c’était surtout l’automatisation des mécanismes matériels qui ont remplacé le travail à la chaîne. Aujourd’hui, ce sont des systèmes qui sont plus performants en termes cognitifs, en termes d’intelligence artificielle, ce ne sont pas exactement les mêmes emplois qui risquent d’être transformés, supprimés, ce sont des tâches qui sont traditionnellement plus effectuées par des personnes qui ont un certain niveau d’éducation.

Donc les emplois très qualifiés sont menacés ?

Ce n’est pas nécessairement une question de perte d’emploi, c’est une question de transformation de tâches, donc parfois si l’emploi est exclusivement sur une tâche automatisable, il risque d’il y avoir une perte d’emploi.  Mais prenons un exemple : l’interprétation de l’imagerie médicale qui est faite par des radiologues ou médecins, cette partie-là risque d’être automatisée parce que l’analyse d’images est une tâche que les systèmes d’intelligence savent très bien faire. Mais ensuite c’est évidemment le médecin humain qui va poser le diagnostic, analyser les conditions du patient et décider de ce qu’il devra faire. 

L’automatisation fait-elle baisser les salaires ?

L’introduction de la technologie peut avoir comme conséquence de baisser les salaires et même de détériorer les conditions de travail parce que la partie de l’automatisation effectuée par les machines va réduire la qualification du travail, et donc amener à une déqualification des personnes, et probablement à une baisse des salaires et, en même temps, le fait de mettre en place des systèmes automatisés risque de réduire les conditions de travail de la personne humaine, qui deviendrait guidée, esclave de la machine.

Peut-on imaginer les emplois créés par l’IA ?

Il est plus facile d’identifier la nature des emplois qui vont être transformés ou détruits parce qu'on voit bien quelles sont les capacités des systèmes. Un emploi qui demande beaucoup d’agilité, beaucoup d’adresse va être difficile à robotiser. Un plombier n’a pas d’inquiétude à se faire. Mais prévoir ce qui va en découler en termes de création d’emplois, ça c’est beaucoup plus difficile parce que l'automatisation va peut-être ouvrir de nouveaux marchés. Par exemple, on n’imaginait pas quand les premières voitures ont été introduites quel serait le marché et la structuration de l’économie qui en a résulté pendant le XXe siècle, on n’imaginait pas quand les premiers avions ont volé quelle économie l’aéronautique allait engendrer et c’est pour ça je pense que les études divergent.

Comment s’y préparer ?

C’est un problème politique. Il y a plusieurs pistes, une des pistes c’est la taxe robot. Je ne suis pas convaincu de l’applicabilité de cette idée parce qu’il faudra définir ce qu’est un robot, si c’est un logiciel par exemple qui fait l’automatisation et qui se trouve à l’autre bout du monde comment le taxer ? Si c’est un vrai robot physique matériel c’est une machine qui est dépliée dans les usines, ça revient à taxer une partie du capital je ne suis pas certain que ça puisse être mis en place simplement.

"Les Idées claires", un programme hebdomadaire vidéo et audio

Parce que la vérité est plus lente que le mensonge, parce que la  désinformation est plus séduisante que l’information vérifiée, Les Idées claires démêle le vrai du faux. Chaque semaine, dans une vidéo et en podcast, un.e expert.e et Nicolas Martin (producteur de La Méthode scientifique sur France Culture) remettent de l’ordre autour d’une idée reçue. Retrouvez l'intégralité des épisodes dans le dossier "Les Idées claires"

Ecoutez et abonnez-vous au podcast

Les Idées claires, c'est aussi une version à écouter d'une dizaine de minutes. A découvrir ici même ou en vous abonnant pour ne pas rater un  épisode.

Intervenants
  • roboticien, professeur en robotique et éthique des intelligences artificielles à la Sorbonne et directeur de l’Institut des systèmes intelligents et de robotique (Isir)
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......