LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Mali : la clé est en Algérie

4 min
À retrouver dans l'émission

Il est difficile de parler après Hubert Védrine sans se ridiculiser. Abritons-nous derrière l'autorité d'un autre spécialiste des questions internationales... Sur le site Project Syndicate, le Français Dominique Moïs i écrit : « Au Mali, la France est redevenue un gendarme régional par défaut et cela pour trois raisons. » Je résume. Primo, parce que les Américains, traumatisés par leur échec en Somalie, il y a vingt ans, sont devenus extrêmement réticents à intervenir sur le continent africain. Deuxio, parce que l’intérêt des Européens pour les actions militaires extérieures est au plus bas. Tertio, parce que les forces militaires locales – on pense tant à l’armée malienne elle-même, qu’à celles de la CEDEAO – ne sont pas à même de faire face à des bandes de djihadistes, déterminés et bien équipés.

Certains ont commencé à critiquer la décision de François Hollande, en pleine période de rigueur budgétaire, d’envoyer nos soldats barrer la route de Bamako aux milices djihadistes qui se sont emparées de tout le Nord du Mali. Mais qu’aurait-on entendu si la capitale malienne elle-même était tombée à son tour ?

Le président de la République a déclaré, lors de ses vœux à la presse, mercredi, « La France n’a aucun intérêt au Mali. Elle ne défend aucun calcul économique ou politique. » Il est vrai que ce pays est l’un des plus pauvres du monde et que les intérêts économiques de la France ne seraient en rien affectés s’il tombait tout entier aux mains de gangs se réclamant du djihad. Sur le plan stratégique, par contre, le pays est placé au cœur d’un nœud de communications très important. Et l’Europe entière aurait tout à redouter de la présence d’un Etat djihadiste et mafieux au Nord-ouest de l’Afrique. Mais la clé de la région tout entière, c’est l’Algérie qui la détient. Et c’est bien pourquoi c’est dans ce pays que nos adversaires ont décidé prioritairement d’exporter leur guerre. Avec les résultats qu’on découvre ce matin…

Pauvreté du Mali : le pays est classé 170° sur 192 par la Banque mondiale quant au PIB par habitant. Il vit de l’agriculture vivrière, exploite un peu de coton et exporte de l’or. Nos échanges commerciaux avec ce pays sont négligeables : nos exportations en direction du Mali représentent 280 millions d’euros, soit moins de 1 % du total et nos importations en provenance de ce pays sont encore plus insignifiantes (0,002 % du total). Certes, il y a quelques 5 000 Français installés au Mali . Ils y travaillent essentiellement dans les services. Mais les investissements français au Mali sont, eux aussi, très faibles.

Par contre, la stabilité du Mali est d’une importance capitale pour toute la région, parce que le pays se trouve placé au cœur de plusieurs axes commerciaux et humains. Si nous n’avons pas d’intérêts économiques au Mali, nous en avons assurément au Niger voisin, où Areva tire un tiers de sa production d’uranium. Le pays est aussi voisin de la Mauritanie où Total exploite des puis de pétrole.

Mais c’est en Algérie que se trouve la clef. Pendant longtemps, le gouvernement algérien a, semble-t-il, fermé les yeux sur les colonnes de 4X4 équipées de mitrailleuses qui, venues de Libye, descendaient vers le Mali. Une sorte de modus vivendi s’était établi : tant que les intérêts algériens n’étaient pas menacés, les djihadistes pouvaient bien se livrer à leurs petits trafics. En choisissant son camp, en nous laissant survoler son espace aérien, Alger nous rend un grand service . Pas étonnant que les islamo-gangsters le lui fassent payer très cher aujourd’hui.

Mais lorsque les soldats français seront partis – car ils ne sauraient rester indéfiniment sans exposer notre pays à l’accusation de néo-colonialisme, l’Algérie, dont l’armée, bien entraînée et équipée , est autrement plus sérieuse que celle du Mali, sera amenée à jouer un rôle décisif dans le contrôle de la région.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......