LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Quand Obama regarde à l'Est

3 min
À retrouver dans l'émission

Ce n’est décidément plus en Europe que les choses sérieuses se passent. Non seulement, le Vieux Continent a perdu la position d’enjeu capital qu’il jouait dans la Guerre froide, mais le spectacle affligeant que donnent ses dirigeants, empêtrés dans la crise des dettes souveraines est en train d’achever de ruiner ce qui nous restait de prestige à travers le monde. Terrible symbole : au moment où les Américains retirent deux brigades de combat d’Europe, Obama annonce le déploiement permanent de GIs en Australie... Aux yeux du président américain, né à Hawaï et qui a passé une partie de son enfance en Indonésie, c’est en Asie orientale et dans le Pacifique que va s’écrire l’histoire du XXI° siècle. Les Chinois ne sont-ils pas, comme l’écrit François Heisbourg, « les vainqueurs de la crise » ? Selon Richard Haass , président du Council on Foreign Relations, « des arguments solides se présentent pour une plus grande implication américaine dans la région Asie-Pacifique. »

Pas au Moyen-Orient ? Hé bien, moins que par le passé, en tous cas. Aux oreilles des Américains, l’écho des attentats du 11 septembre faiblit de jour en jour. La lutte contre le terrorisme a perdu de son importance. Les déploiements en Afghanistan et en Irak ont coûté 1 000 milliards de dollars. Ces aventures ruineuses n’ont atteint que très partiellement leurs objectifs. L’époque est venue de faire un bilan de la période.

Bien sûr, Obama a promis à Netanyahu de tout faire pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire . Mais le président américain veut par-dessus tout empêcher une frappe israélienne prématurée elle aurait des conséquences incalculables dans la région et mobiliserait la population autour du régime des mollahs. En période électorale, le président sortant n’a pas besoin de ce genre de problèmes. Plusieurs commentateurs avisés estiment aujourd’hui, à Washington, que l’Iran est d’ailleurs un problème secondaire, « une distraction » va même jusqu’à écrire David Rothkopf , dans Foreign Policy. Et le célèbre politologue de relever que l’on s’est bien accoutumé à voir un pays aussi instable et inquiétant que le Pakistan posséder l’arme de dissuasion absolue.

Pour lui, grâce aux réserves de gaz de schistes découverts en Amérique du Nord, les Etats-Unis vont dépendre de moins en moins du pétrole du Moyen Orient . L’Inde et la Chine, par contre, énormes consommateurs d’énergie, sont de plus en plus présents dans la région. Et Israël devrait se méfier : car ces puissances nouvelles n’ont pas les mêmes alliances que Washington, poursuit-il.

La « look East politcy » d’Obama consiste à bloquer toute tentation impériale de la part d’une Chine dont la montée en puissance inquiète ses voisins. De nouveaux accords ont redéfini les liens entre Washington et les pays de l’ASEAN. Hilary Clinton a obtenu des pas décisifs vers une libéralisation du pays de la part du pouvoir birman. Bref, les Etats-Unis dont on oublie parfois qu’ils ont toujours été tournés vers l’Asie (annexion d’Hawaï et conquête des Philippines, dès la fin du XIX° siècle guerre du Pacifique contre le Japon guerre de Coré guerre du Vietnam) font à nouveau de la région leur priorité. Significativement, Mitt Romney fait campagne pour un effort accru de constructions navales, afin de renforcer la présence américaine dans le Pacifique. Elle y est déjà considérable.

Ceux qui criaient « US go home ! » dans les rues de Paris, Londres et Rome, vont-ils devoir transformer le vieux slogan en « US, come back ! » ? De quels succès Barack Obama peut-il se prévaloir lors de la campagne électorale ? De quel poids pèsent les préoccupations de politique étrangère dans cette campagne ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......