LE DIRECT

Romantisme djihadiste et brutalisation

4 min
À retrouver dans l'émission

L’International Centre for the Study of Radicalisation, basé au Kings’College de Londres, estime à environ 9 000 les djihadistes étrangers, venus combattre le régime, déclaré “impie” de Bachar Al-Assad, en Syrie. La grande majorité d’entre eux arrive des pays arabes proches, en particulier de Jordanie, du Liban mais aussi d’Arabie Saoudite. Mais plusieurs centaines proviendraient aussi d’Europe et leur nombre ne cesse d’augmenter. Nous avons donc à faire à des espèces de « brigades internationales » , comme lors de la Guerre d’Espagne.

Signe des temps, ces combattants, venus de tous les coins, ne se réclament pas d’une grande idéologie émancipatrice, comme au XX° siècle, mais d’une version très particulière d’une religion, l’islam. Il s’agit bien, cependant, comme lors de la guerre, d’Espagne, d’un mouvement inspiré par l’indignation et la solidarité. Indignation , face aux moyens disproportionnés utilisés, dès le départ par le régime face à la contestation. Solidarité , car ces jeunes, comme les combattants d’Espagne, veulent témoigner d’une communauté de croyance.

Les autorités, en Europe, se sont rapidement inquiétées de la participation de certains de leurs nationaux, à une guerre civile qui a déjà causé » 150 000 morts dans la Syrie martyre. Ainsi Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, a déclaré : « Le djihadisme représente, pour moi, le plus grand danger auquel nous devrons faire face dans les prochaines années . »

La malheureuse Syrie est prise en otage par les deux grandes puissances religieuses et ennemies de l’islam - l’Iran chiite, qui est derrière le régime, et l’Arabie salafiste, qui soutient la rébellion. Mais la violence, sur place, s’est déchaînée avec une telle intensité et sur une si grande échelle qu’on redoute le retour en Europe de combattants bien entraînés et surtout, « brutalisés », pour employer le mot forgé par l’historien George Mosse à propos des anciens combattants de 14-18 (De la grande guerre au totalitarisme).

Par « brutalisation », Mosse entendait décrire l’expérience inouïe faite par les combattants de la Grande Guerre. La banalisation de la mort en masse avait provoqué chez nombre d’entre eux une accoutumance à la violence extrême elle avait émoussé les sentiments humains fondamentaux de sympathie, de pitié, et jusqu’au simple souci de soi. Elle avait développé un style de vie – Mosse parlait de « fureur d’une vie frénétique » et « d’aspiration à vivre des expériences situées au-delà des limites de habituelles de la civilisation ». Style de vie qu’on devait retrouver ensuite dans la manière des mouvements totalitaires de considérer la politique : une lutte à mort contre l’adversaire dans un climat de profonde camaraderie, de fraternité virile, de développement à la cause, allant jusqu’au sacrifice de sa propre vi e.

Ce sont autant les effets psychologiques de cette guerre, menée avec des moyens effrayant, où les combattants se filment en train de torturer , ou en train de jouer avec les têtes de leurs ennemis découpées, que la familiarisation avec les techniques de combat urbain qu’on peut redouter chez ces djihadistes quand, vaincus comme il est probable, ils retourneront d’où ils sont venus.

L’anthropologue Dounia Bouzar a récemment consacré un livre, Désamorcer l’islam radical, au cas des jeunes qui s’engagent dans l’islamisme. Elle y montre ce que les techniques de radicalisation utilisées, sur internet en particulier, par les recruteurs du djihad, doivent à celles des sectes. L’identité individuelle est niée, pour être remplacée par une identité de groupe proprement totalitaire. L’esprit critique et la simple raison sont combattus. En échange, on fournit à des jeunes souvent en perte de repères, le sentiment exaltant d’appartenir à une élite, désignée pour régénérer un monde corrompu et décadent . Le parallèle avec les mouvements fascistes est évident.

Le gouvernement va annoncer, cet après-midi, un ensemble de mesures destinées à lutter contre la radicalisation des jeunes musulmans, et à les empêcher d’aller combattre en Syrie. Mais la prévention ne devrait-elle pas passer par une meilleure intégration de jeunes déboussolés ? Les familles décomposées, l’échec scolaire, l’omniprésence de la drogue dans certains quartiers, le chômage de masse ne sont-ils pas les meilleurs agents recruteurs du djihad , cette fuite dans une violence exotique ?

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......