LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des oranges

Le repas de Noël idéal de Jacky Durand

6 min
À retrouver dans l'émission

Tous les ans, en décembre, on a droit à la même corvée : que va-t-on bien tortorer pour le réveillon de Noël : huîtres ? Foie gras ? Saumon fumé ? Coquilles Saint-Jacques ? Ballotine de suprême de volaille ? Chapon ?

Des oranges
Des oranges Crédits : Daniel Munoz - Reuters

Poularde aux morilles ? Filet de chevreuil grand veneur ? Lotte à l'armoricaine ? Turbot au champagne ? Brillat-Savarin ? Vacherin de Mont-d'or ? Bûche tiramisu ? Bombe glacée au Grand Marnier ? Salade de fruits exotiques ?

Noël, c'est le grand carnaval de la boustifaille en versions fraîches, surgelés, artisan-traiteur, industrielle, domestiques. Mais il ne suffit pas de s'accorder sur le menu. Désormais il faut donner aussi une tonalité militante au menu : Vegan ? Bio ? Sans gluten ? Anti-Gaspi ? Adepte des circuits couts et de la proximité ? Tendance terroir ? Tout ça à la fois ? Ce n'est plus un menu, c'est le plan de la bataille de Mossoul, une chatte y perdrait ses petits.

On l'aura compris, nous autres nantis du foie gras et du quinoa, avons l'embarras du choix pour le gueuleton de la Nativité. Et si pour une fois, on inversait les mots et donc de l'humeur : Noël, c'est aussi le choix de l'embarras ou pas.

Pour une fois, on pourrait renoncer à notre embarras de gosses de riche pour Noël et aux prescriptions stupides qui nous poussent à l'indigestion avec un menu long comme le Carnaval de Nice. Pour se faire, deux stratégies nous semblent envisageables.

La première, c'est de militer pour le plat unique, de ces frichtis qui vous rassemblent une tablée sans vous plomber l'estomac jusqu'à la Saint-Sylvestre. Une année dans Libération, on avait ainsi proposé un pot-au-feu de cuisses de canard avec carottes, navets, panais, céleri-rave, graines et feuilles de coriandre. C'est un plat d'autant plus malin que vous pouvez le préparez la veille et boire ainsi des coups tranquilles à la table du réveillon. Dans la même veine, on peut envisager une daube provençale, un ragoût irlandais (l'irish stew), un baeckoffe alsacien, un tajine ou un couscous.

Vous pouvez aussi opter pour une méga soupe à boire et à manger comme un bortsch, une garbure béarnaise, une soupe aux pois chiches et à la saucisse ; une harrira ou une chorba...

La seconde, c'est de proposer à chacun de vos invités d'amener un petit frichti à manger qui lui tient à cœur et qui ne coûte pas une blinde. Vous pouvez fixer un budget maximum et ça demande juste un peu d'organisation en répartissant les rôles entre les entrées, les plats et les desserts. L'idée, c'est surtout d'être en résonance avec son soi intime à manger. Ça peut être la terrine confectionnée selon la vieille recette de l'oncle Bob, les dattes fourrées à la pâte d'amande de l'enfance ou d'autres douceurs de Noël.

Ce que j'apporterais, c'est un souvenir d'enfance. C’était il y a un siècle, toujours autour de Noël. La figure paisible du grand-père penchée sur les oranges qu’il en train de peler consciencieusement. On n’en finissait pas de contempler sa pommette gauche, toujours grêlée par de minuscules restes de shrapnel, telles des taches de rousseur. Parfois même, on avait le droit de toucher. Verdun, le Chemin des Dames, des bombes et des hommes. Il enrobait les fruits de sucre dans un saladier. Puis faisait chauffer un peu d’eau-de-vie sur la cuisinière à bois. Chut ! On éteignait la lumière. Le vieux versait l’alcool chaud sur les oranges et craquait une allumette. Ça flambait joliment bleu alors qu’il remuait doucement le mélange. Après, on avait le droit de suçoter doucement ces quartiers de luxure qui sentaient bon la gnôle sucrée. Longtemps, longtemps après, on a appris que le brûlot était le réconfort des poilus dans les tranchées.

Intervenants
  • Journaliste culinaire à Libération et chroniqueur le samedi sur les Matins de France Culture
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......