LE DIRECT

Equerre d'argent 2010, L'architecte grec Dimitris Pikionis (1887-1968)

59 min

Nous nous rendons à Oloron-Sainte-Marie, rencontrer l'architecte Pascale Guédot, lauréate de l'Equerre d'argent 2010, pour une médiathèque qu'elle a très joliment posée entre ses deux torrents; ce sera en compagnie de Stéphane Darrius, urbaniste à la communauté d'agglomération du Piémont oloronais.

Puis nous évoquerons l'œuvre d'un remarquable architecte grec de l'après-guerre : Dimitris Pikionis auquel le musée Benaki d'Athènes consacre en ce moment une exposition.

Indications bibliographiques

AMC-Le Moniteur Architecture n°202, janvier 2011, 2010, une année d'architecture en France, les 100 bâtiments de l'année , 256 pages, 42 euros.


Δημήτρης Πικιώνης 1887-1968 , Πικιώνη Αγνή, Ρόκου-Πικιώνη Ντόρα επιμ., (Dimitris Pikionis 1887-1968, Pikioni Agni and Rokou-Pikioni Dora ed.), Μουσείο Μπενάκη, Musée Benaki, Athènes, 2010, 318 pages, 35 euros.

Δημήτρη Πικιώνη. Η Αρχιτεκτονική της Χίου – Επιτομή, (Dimitris Pikionis. The Architecture of Chios, Epitome ), Musée Benaki, Athènes, 2001, 172 pages, 30 euros.

Dimitris Pikionis, Architect 1887-1968. A Sentimental Topography , coll. (Kenneth Frampton, Dimitris Antonakakis, Savas Condaratos, Alison and Peter Smithson, Agnis Pikionis, and a photographic essay by Hélène Binet), Architectural Association, London, 1989, 100 pages.

Δημήτρης Πικιώνης (Dimitris Pikionis), Athènes, décembre 1968, livret de 12 pages et 18 planches de dessins sous étui.

Dimitris Pikionis (1887-1968), Alberto Ferlenga, Electa, 2000, 352 pages, 100 euros.

Un site grec, en grec et en anglais, donne un certain nombre d'illustrations relative au travail graphique et architectural de Pikionis, et de nombreux textes, dont son autobiographie.

www.eikastikon.gr/arxitektoniki/pikionis

Alexander Tzonis et Liane Lefaivre, Dimitris Pikionis, régionaliste des années 50, in AMC n°99, juin-juillet 1999.

Bâtir la vie , un architecte témoin de son temps, Georges Candilis, propos recueillis par Michel Lefebvre, Stock, 1977, 314 pages.


Mεταπολεμική Aρχιτεκτονική στήν Eλλαδα, Post-War Architecture in Greece , 1945-1983, Orestis B. Doumanis, introduction by Alexander Tzonis and Liane Lefaivre, Architecture in Greece Press, Athens, 1984, 162 pages.

H ιδεολογική κρίση της νεοελληνικής αρχιτεκτονικής, Ideological and cultural Issues in the architecture of modern Greece, 1827-1940, Helen Fessas-Emmanouil, chez l'auteur, Athènes, 1987, 116 pages.

Le IV° congrès international d'architecture moderne à Athènes, la ville fonctionnelle, numéro spécial 44-46 de Teknika Kronika (Les Annales techniques ), octobre-novembre 1933; réédition TEE, Athènes, 1983, 200 pages.


Continuity and change, preservation in city planning , Alexandros Papageorgiou-Venetas, Pall Mall Press, 1971, 186 pages.

Athéna, dokimes kai theoreseis , Alexandros Papageorgiou-Venetas, Ekdoseis Odysseas, 1996

Hauptstadt Athen, Ein Stadtgedanke des Klassizismus , Alexandros Papageorgiou-Venetas, Deutscher Kunstverlag, 1994, 404 pages.

Athènes majeure , intégration urbaine, Alexandros Papageorgiou-Venetas, Vincent et Fréal, Paris, 1970.

Lecture

Asli Erdogan, Geçmiş ülkesinden bir konuk , 1996, nouvelle traduite du turc par Jean Descat, Une visite surgie du passé , parue dans le recueil Les Oiseaux de bois , Actes Sud 2010.

Musique

Melina Mercouri, Na me thimase , Nα με θυμασαι (pour que tu ne m'oublie pas), musique de Stavros Xarhakos, paroles de Vangelis Goufas

Maurice Ravel, Cinq mélodies populaires grecques , par Georges Prêtre, avec Victoria de Los Angeles, Le Réveil , Là-bas , etc., EMI 1963.

Calendrier

Exposition et disparition

Une rubrique Exposition qui ouvre sur un décès, curieusement, tragiquement.

1802-0304, A Nantes, une exposition devait célébrer l'architecte Georges Evano, 84 ans. Fort malade, il est par extraordinaire mort d'un cancer du poumon, quelques heures seulement après l'ouverture de la manifestation qui lui est consacrée. Né en 1927, ancien élève de Le Guillou à l'école de Nantes, puis d'Otello Zavaroni à Paris, il avait commencé sa carrière auprès d'un architecte départemental, Maurice Ferré, puis mené une double activité d'architecte libéral à partir de 1953 et de responsable du service architecture de la ville durant trente ans, entre 1963 et 1993, traversant cinq mandatures différentes. Il a donc été l'un des principaux acteurs des transformations qu'aura connu la préfecture de Loire-Atlantique, depuis la période des grands ensembles.

Il a beaucoup construit, en son nom : écoles et collèges (plus de 600 classes au total), crèches, centres sociaux, maisons des jeunes, une vingtaine de gymnases, des centres commerciaux, des milliers de logements et quatre grands ensembles. Parmi ceux-ci, la Zup de Beaulieu-Malakoff (1966-1973), un peu inspirée des Courtillières d'Emile Aillaud à Pantin, opération qui totalise 1 658 logements, onze tours et cinq grands et hauts immeubles de plan cintré, et qui aujourd'hui fait l'objet d'une rénovation urbaine, qui s'achève, puisqu'il a connu peu ou prou les mêmes problèmes que les autres grands ensembles français.

On lui doit l'église Saint-Michel (1966), le siège local du Crédit agricole (1973-1980), la reconversion (à l'époque, 1977, assez célèbre) de la Manufacture des tabacs, transformée en un complexe de logements sociaux, d'équipements de proximité, d'activités culturelles et de services administratifs. Toutes opérations souvent conçues, bien sûr, en collaboration avec d'autres architectes. Et notamment avec son associé et cadet Jean-Luc Pellerin (né en 1938 et qui aujourd'hui se consacre à sa peinture), l’ancienne école d’architecture du parc de la Mulotière, ouverte en 1974, avec des espaces intérieurs fluides, ouverts et communicant, caractéristique des idéaux pédagogiques de l'après 68, ainsi que la grande salle omnisports de l'Ile de Beaulieu (1967-1979), volume sculptural et expressif de verre sombre, avec une belle ordonnance intérieure des gradins, des charpentes métalliques légères et un socle de béton armé peint d'un rouge vif. Il avait abandonné en 1983 ses activités libérales pour se concentrer sur ses fonctions municipales.

On trouvera un portrait de Georges Evano par Fabienne Cornée et Dominique Amouroux, dans l'ouvrage collectif Architectures et Patrimoines du XX° siècle en Loire-Atlantique , Christophe Boucher et Jean-Louis Kerouanton, dir., Caue 44, Coiffard, Nantes, 2006, 224 pages.


2502 Après-midi d'hommage à Georges Evano. A 14h00 un parcours découverte à pieds, suivi de la visite commentée de l’exposition (il faut s'inscrire à Office de tourisme de Nantes-Métropole, au 08 92 46 40 44). Puis un café-rencontre avec le journaliste Dominique Amouroux, Alain Chenard, Paul Ferré et Jean-Luc Pellerin, la rencontre étant animée par Jacques Dabreteau, de la direction du Patrimoine et de l’Archéologie. Château des ducs de Bretagne, 4, place Marc Elder, 44000 Nantes, au rez-de-chaussée du bâtiment du Harnachement, 18h30.

Expositions

2002-2703 www.villanoailles-hyeres.com A Hyères, la villa de Noailles, œuvre de Mallet-Stevens, confie depuis plusieurs années son exposition annuelle d'architecture à Florence Sarano. Cette année, après Ricciotti, Bouchain, Lacaton et Vassal, Merlini, Lefèvre et Aubert, et l'an dernier le travail de deux équipes d'architectes à caractère écologisant (le jeune groupe norvégien Tyin, et l'Allemande Anna Heringer, pour des travaux en Thaïlande, en Afrique du Sud, au Mozambique et au Bengladesh), elle présente un photographe. Un photographe âgé de 35 ans, encore peu connu, mais qui travaille notamment avec Rem Koolhaas : Iwan Baan (1975). Il présente 52 photographies prises au long des 52 semaines de l'année 2010, avec des œuvres de Toyo Ito, Sou Fugimoto, Herzog et de Meuron, Sanaa, Ryue Nishizawa, Steven Hol, Zaha Hadid, etc. Iwan Baan, 2010 autour du monde, journal d'une année d'architecture , Villa de Noailles, montée de Noailles, 83400 Hyères.

Conférences

2402 A Liège présentation d'un numéro spécial de la revue des historiens de l’art et archéologues Art&fact consacré à l'architecture du XXe siècle à Liège et conférence de Joseph Abram : Histoires, théories et luttes patrimoniales, l’architecture des années 1950-1970 en France . Ce soir à 19h00, à 19h00, salle des professeurs (1er étage), Université de Liège, 7, place du 20-Août, 4000 Liège.

0203 www.marseille.archi.fr A Marseille, conférence de l'architecte tessinois Guidotti, de Monte Carasso, à l'école d'architecture, 184, avenue de Luminy, 13009 Marseille à 19h00.


1512-1303 www.benaki.gr A Athènes, exposition Dimitris Pikionis 1887-1968 , Musée Benaki, 138 avenue Pireos, Athènes

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......