LE DIRECT
"Edma Morisot lisant" par Berthe Morisot (1867)

La peinture de Berthe Morisot : "Une grande fraîcheur des couleurs"

1h
À retrouver dans l'émission

"Chère Berthe Morisot, vous avez réussi à vous imposer en toute discrétion, sans effraction, grâce à votre talent et votre pugnacité".

"Edma Morisot lisant" par Berthe Morisot (1867)
"Edma Morisot lisant" par Berthe Morisot (1867) Crédits : Domaine public

Jean-Dominique Rey, auteur d'une biographie "Berthe Morisot" (Flammarion) et Sylvie Patin, commissaire d'exposition, nous éclairent sur la vie et l'oeuvre de Berthe Morisot.

Je pense qu'il y a eu un coup de foudre certain des deux côtés, de la part de Berthe Morisot, surtout une grande admiration pour ce peintre qui était son aîné et qui était en train de révolutionner la peinture. De la part de Manet, certainement une grande admiration pour cette très belle femme, pleine de talent. Je ne pense pas que cette histoire [d'amour] ait eu lieu, c'était plus une sorte d'admiration réciproque. On a parlé beaucoup de l'influence de Manet sur Berthe Morisot, à l'époque on disait couramment, ce qui énervait profondément Berthe, qu'elle était l'élève de Manet, elle ne l'a jamais été. Il n'a pas été son professeur, simplement une fois il s'est permis de retoucher un de ses tableaux, ce qui l'a rendue du reste assez furieuse ! Jean-Dominique Rey

Elle a toujours voulu être une figure et non pas jouer la copie d'un peintre. Elle a voulu être un peintre. Elle a signé ses peintures Berthe Morisot de son nom de jeune fille. Ses thèmes sont des thèmes intimes. Son salon-atelier reflétait cette personnalité puisqu'on vivait dans son salon et qu'elle rangeait ses pinceaux dans un placard, ses chevalets, ses châssis, ses toiles pour y recevoir. Donc c'est un perpétuel va-et-vient entre ce qu'est la vie de tous les jours, les sujets qu'elle offre et [elle a cherché à] transformer le quotidien en peinture, en merveille mais c'est vrai que son univers est intime. [...] Elle s'est confiée dans sa peinture. Sylvie Patin

Il y a une grande fraîcheur, à la fois beaucoup de lumière et en même temps une sorte de légèreté qui n'est qu'apparente en définitive parce que la légèreté c'est presque un masque qu'elle met devant les personnages, les paysages et petit à petit on s'aperçoit que derrière cette légèreté il y a une profondeur. C'est cela l'une des caractéristiques de la peinture de Berthe Morisot et en même temps aussi une grande fraîcheur des couleurs. Jean-Dominique Rey

Chronique de Clément Dirié sur le parcours et l'oeuvre de Niki de Saint-Phalle (1930-2002).

Bibliographie

Intervenants
  • écrivain et critique d'art
  • Commissaire de l'exposition Monet au Grand Palais oragnisée fin 2010 par le Musée d'Orsay et la RMN
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Chronique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......