LE DIRECT
Agnès b en 2017

Agnès b. : "Je veux des vêtements pour simplifier la vie, des vêtements pour vivre, pour s'embrasser"

59 min
À retrouver dans l'émission

Son petit cardigan en coton et boutons à pression et ses blousons fifres l'ont rendue célèbre. À travers ce grand entretien, la styliste Agnès b. se confie sur son enfance, son parcours mais également ses inspirations et ses méthodes de travail.

Agnès b en 2017
Agnès b en 2017 Crédits : ALAIN JOCARD - AFP

Agnès b. est née à Versailles. Son père, avocat, lui fait partager très tôt son goût pour la musique et pour l’art, si bien que son rêve d’enfant est de devenir conservateur. À 17 ans, elle se marie à un homme passionné par les livres et le cinéma, l’éditeur Christian Bourgois. 

Elle se souvient de l'ambiance au Flore, avec Sartre, Beauvoir, les frères Giacometti, Edouard Glissant, Gilles Deleuze, Felix Guattari

J'ai toujours été styliste. Le journal "Elle" m'avait remarqué lorsque j'avais vingt ans, j'étais habillée aux puces, avec des drôles de combinaisons de vêtements. Elle commence alors à travailler pour "Elle", puis chez "Dorothée Bis". Agnès b. 

Elle gardera toujours l’initiale de ce nom qui deviendra sa signature de styliste : agnès b. En 1973 elle dépose sa propre marque et ouvre sa première boutique en 1975 dans une ancienne boucherie du quartier des Halles.

On travaillait au milieu des oiseaux, qui faisaient leurs nids avec les chutes de tissus, les fils, la poussière... Agnès b. 

En 1984, elle inaugure une galerie d’art attenante, la galerie du jour. En 1997, la galerie du jour s'installe rue Quincampoix et se dote d’une librairie, la librairie du jour.

J'ai eu envie d'ouvrir la galerie du jour pour donner à voir. J'aime proposer des choses, et voir comment les gens les apprécient. Agnès b. 

Agnès b. a ouvert plus d’une centaine de boutiques à travers le monde. Avec l’artiste Christian Boltanski et le commissaire d’exposition Hans-Ulrich Obrist, elle crée un "périodique hybride", aujourd’hui distribué gratuitement à 100 000 exemplaires dans le monde. 

En 2010 elle reçoit la Croix d’Officier de la Légion d’Honneur des mains de Stéphane Hessel. En 2012 c’est Gilles Jacob qui lui remet la médaille de "Commandeur des Arts et des Lettres". Pour couronner son engagement pour la conservation marine à travers la goélette Tara, elle reçoit en 2012 le prix SeaKeepers à Monaco. Agnès b. s’est vu remettre la médaille de commandeur de la Légion d’honneur par François Hollande en 2016.

Je propose des vêtements pour qu'on les mélange à sa manière. Ce ne sont pas des vêtements datés, on peut les garder toujours. Je veux des vêtements pour simplifier la vie, pour que l'on puisse s'embrasser, des vêtements pour vivre, qui fassent plaisir. Je ne veux pas créer de vêtements pour paraître.

Je fais des vêtements pour simplifier la vie, pour que les matières soient douces et faciles à porter. On est plus dans l'être que dans le paraître. Il y a beaucoup trop de paraître aujourd'hui. J'essaye de faire des vêtements bien conçus et qui font plaisir. Agnès b. 

J'adore les idées, il faut les attraper au vol. Comme des papillons. Agnès b. 

Le sexy ne veut pas dire le dévoilé. il ne faut pas en dire trop. Agnès b. 

Dans cette masterclasse, vous l'entendrez aussi parler de quelques vêtements qui sont devenus des icônes : le blouson fifre (elle a donné le sien à Patty Smith), la combinaison (qu'elle porte le jour de sa venue, et elle revient sur les transformations du modèle), le cardigan pressions... 

Elle nous parle aussi organisation du temps de travail et défilé

J'aime bien créer des personnages. Les mannequins ne sont pas des stéréotypes. J'ai envie que ce soient elles qui se montrent. Agnès b. 

>>> Pour aller plus loin, une sélection d'Annelise Signoret >>>

La maison b. sur le site officiel d’Agnès b.

Portrait d’Agnès b. publié sur le site du magazine L’Histoire, en janvier 2018.

Avoir la foi et être de gauche est absolument cohérent, déclare Agnès b. au Monde (9 avril 2017).

Site de la Galerie du jour, Agnès b.

Site du magazine d’art contemporain créé en 1997 par Agnès Troublé (b.) et Ulrich Obrist, Point d’ironie. 

Pourquoi la célèbre styliste Agnès b. soutient aussi passionnément la scène électronique française ? Réponse sur le site du magazine Trax (janvier 2019).

Intervenants
L'équipe
Production
Coordination
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......