LE DIRECT
Alain Bublex

Alain Bublex : "Donner une forme à une chose, c’est toujours répondre à une question"

59 min
À retrouver dans l'émission

Alain Bublex, l’un des artistes plasticiens français les plus singuliers de sa génération, dévoile, à l'occasion de cette Masterclasse en public, sa conception de l'art et de l'image photographique en particulier, son rapport aux objets d'art et du quotidien.

Alain Bublex
Alain Bublex Crédits : Anisia Kuzmina

A la fois urbaniste, chercheur et voyageur, il a su réinventer depuis les années 1990 l’idée du paysage, de la ville et de l’architecture. En tant qu’artiste, il a toujours placé la photographie au cœur de sa pratique plastique tout en la combinant (ou non) au dessin vectoriel. Fasciné par les voyages et la route, Alain Bublex a traversé de nombreux pays d’Est en Ouest et du Nord au Sud. 

Il n’y a pas de formes d’art qui me nourrissent plus que les objets du quotidien. Je ne vois pas la différence entre un film et une passoire. En réalité, l’intérêt est équivalent, derrière chaque objet de la production humaine, je perçois un rapidement un projet. Qu’est-ce qui a porté cette chose-là à jour ? Et tout devient passionnant en réalité. Mes idées viennent de rencontres, d'interconnexions j'attrape les choses qui volent autour de moi ... dans les objets aussi il peut y avoir du sens. Alain Bublex

De designer chez Renault, à une pratique personnelle

Au cœur de son travail depuis les années 1990, il y a l’image, qu’il travaille sous des formes variées, la photographie, le polaroïd, des tirages numériques en grand format, des dessins d’animation mais aussi des maquettes, des automobiles et même un kiosque à hot dog. Des milliers de clichés constituent aujourd’hui une gigantesque base de données dans laquelle il puise les images qu’il tire telles quelles ou qu’il retravaille mêlant paysage réel et paysage imaginaire, constructions existantes et architectures utopiques. Né en 1961, Alain Bublex a récemment exposé à la Fondation Cartier et à la Bibliothèque Nationale à Paris, au Musée des Confluences à Lyon ou au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Genève qui lui consacre une exposition personnelle en 2007.

J'avais une grande curiosité pour l'automobile, petit habitacle qui se déplace dans l'espace, surtout en fin de journée. Nous sommes trois ou quatre dans un univers et une atmosphère relativement réduit avec des odeurs, des sons, et on traverse des paysages. En dessinant une voiture, on peut organiser l'expérience du monde dans le paysage et la vitesse mécanique. C'est devenu mon premier appareil photo. Je fais des photographies continuellement et pour autant la photographie comme médium, comme image ne m’intéresse pas tellement. Les photos d’une manière générale ne sont pas des images, mais des endroits et des moments. Ce à quoi j’aspirais, c’est à retrouver ces moments et ces lieux, plutôt qu’à fabriquer à ces images. Ce qui est différent. La photographie ouvre une relation au monde, sans permettre de témoigner du monde. Le moment de la photographie, c’est celui de la prise, bien plus que celui de l’exposition. On sort son appareil photo pour être attentif au monde. Alain Bublex

Alain Bublex : Plug-in City (2000) - Un Week End à la Mer (2012)
Alain Bublex : Plug-in City (2000) - Un Week End à la Mer (2012) Crédits : Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris

Son œuvre fait partie d’importantes collections privées et publiques dont celle du MAC VAL, le CNAP, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, la Maison Européenne de la Photographie ou le FMAC, pour n’en citer que cinq. Alain Bublex est représenté par la Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois depuis 1992. 

« American Landsape », c’est un dessin animé qui prend appui sur un film, une idée que j’ai depuis longtemps et que j’attendais d’être dans l’obligation de le faire. Je suis toujours méfiant avec mes idées. Je n’aime pas fabriquer des choses qui ne soient pas totalement utiles. J’aime bien aussi qu’on ne soit pas certain que ce soit une œuvre. J’aime que ce soit indécis, et que la décision reste à prendre.(...) J'ai tendance à dire que je ne travaille pas. Je n'ai pas d'horaire, pas d'atelier, mon activité se dissout dans les pièces où je vis, au milieu de ceux qui sont là. Ou bien je travaille tout le temps, c'est ce que les gens pensent, ou je ne travaille jamais, c'est ce que je pense ! Alain Bublex

Pour aller plus loin

Le site officiel d'Alain Bublex. Il est représenté par la galerie Vallois.

L'exposition Alain Bublex, un paysage américain (générique) est à voir jusqu'au 8 mars 2020 au Centre de création contemporaine Olivier Debré à Tours. 

Sa page sur le site du Centre Pompidou.

Le futur n’existe pas, affirmait Alain Bublex au magazine Usbek & Rica en septembre 2016.

Première diffusion : le 31 juillet 2019

Intervenants
L'équipe
Production
Coordination
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......