LE DIRECT
Anne & Patrick Poirier

Anne et Patrick Poirier : "Notre œuvre est complètement commune"

59 min
À retrouver dans l'émission

Le binôme artistique Anne et Patrick Poirier fait sa masterclasse et répond aux questions d'Anaël Pigeat. Un entretien à trois voix, sur le travail à quatre mains d'un véritable duo d'artistes.

Anne & Patrick Poirier
Anne & Patrick Poirier Crédits : Courtesy Galerie Mitterrand, Photo : Pierre-Antoine Champenois.

Avec Bernd et Hilla Becher ou Gilbert et George, Anne et Patrick Poirier ont été parmi les pionniers de ces duos d’artistes des années 60. Aujourd’hui, on voit apparaître un grand nombre de binômes dans les collectifs et les écoles d’art, il n’est pas rare non plus de les voir se séparer… Mais le duo Anne et Patrick Poirier, quant à lui, dure solidement depuis 50 ans, et expose dans les plus grands musées : à la Maison européenne de la photographie, au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne, au Musée des Beaux-arts de Nantes, Geschichte Institut, Centre Pompidou, ou encore MoMa. Ils ont également participé à la prestigieuse Biennale d’Art contemporain de Venise à trois reprises. Sans jamais se lasser.

Je n’ai jamais eu l’impression d’être deux. On a vraiment l’impression d’être une seule personne. (...) Par exemple, quand on a demandé d’être professeurs, c’était impossible d’être deux. Ça nous était égal d’avoir un seul salaire, mais ça n’était pas possible pour l’administration – c’est là qu’on s’apercevait qu’on était deux.  Patrick Poirier

Ce qui distingue notre travail des autres couples qui travaillent ensemble, c’est qu’on n'a aucune spécialisation. Même si Patrick préfère faire certaines choses et moi d’autres, tout est signé ensemble. On considère notre œuvre comme complètement commune et on participe chacun à toutes les étapes de la fabrication et de la réalisation d’un travail ou d’un projet.  Anne Poirier 

 Anne et Patrick Poirier, aux "Champs De Sculpture", à Paris, en 1999.
Anne et Patrick Poirier, aux "Champs De Sculpture", à Paris, en 1999. Crédits : Raphael GAILLARDE - Getty

Après leurs études à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, Anne et Patrick Poirier passent quatre ans à la Villa Médicis de Rome. C’est dans cet endroit propice à la création qu’ils décident de travailler ensemble, d'unir leurs idées et leurs sensibilités, et de signer en commun les œuvres nées de ce partage inconditionnel. Ce ne sont dès lors plus des artistes solitaires reclus dans leurs ateliers en quête d’un langage personnel, mais un binôme de voyageurs qui, ensemble, arpentent le monde et découvrent de nouvelles civilisations. 

Je ne peux pas dire que j’ai aimé ces années d’études à l’Ecole nationale des arts décoratifs, mais j’ai aimé être avec des jeunes passionnés, j’ai aimé les travaux de groupe. Je me suis très vite rendue compte que je n’étais pas du tout faite pour la publicité ou la décoration. (...) Je voulais vraiment être artiste. J’ai laissé tomber le diplôme, par contre j’ai passé le prix de Rome et je l’ai eu. À ce moment-là, j’ai pu faire ce que je voulais, c’est-à-dire de la sculpture.  Anne Poirier

Ils se souviennent de leur rencontre, devant le tableau de Poussin "Et in arcadio ego" exposé au Louvre. 

J’avais déjà repéré cette jeune fille. Un jour en allant au Louvre, je tombe sur elle à côté de cette peinture que je trouvais plutôt pas mal. On a commencé à voyager ensemble et c’est là qu’on s’est aperçu que c’était idiot de faire deux choses, chacun de notre côté, et puis, quand même, dans cette école [les Arts Décoratifs] on travaillait en groupe, donc c’était assez logique de travailler à plusieurs. (…) Moi j’étais un peu trop rapide, Anne était plus lente, c’était une manière de s’équilibrer. Patrick Poirier

J’admirais beaucoup sa rapidité, sa puissance de travail, et puis… il était beau garçon, ça compte quand même ! On s’est mariés en 68, à l’époque où personne ne se mariait !  Anne Poirier

Leur œuvre, d’une très grande diversité formelle de médium et d’échelle, porte sur la question de la mémoire, de la lutte contre l’oubli et s'attache à rendre compte de la fragilité du monde, notamment via la forme plastique de l’empreinte. Leur premier grand travail prenait la forme d’une maquette imaginaire en terre cuite de la ville antique d'Ostia Antica, matérialisant à grande échelle (6 m × 12 m) le souvenir de leur déambulation dans cette ville romaine devenue terrain de fouilles. Déjà, leur volonté de sonder les traces du passé les menait à exprimer l'expérience de la perte.

On travaille toujours par métaphore. Par exemple avec "Antica" la première grande maquette qu’on ait faite, on était frappés par la ruine. L’idée de ruine n’était pas seulement de prendre le style romain comme modèle d’architecture, pas du tout, c’était une métaphore pour exprimer le temps qui détruit tout, une espèce de grande vanité ou la destruction de l’histoire. Anne Poirier

Ils ont refusé d’être désignés comme "sculpteur" et "peintre", pour endosser les rôles d’ "archéologue" et "architecte". 

Nous étions beaucoup plus proches de l’archéologie et de l’architecture [Patrick]. Si vous vous présentiez comme artistes, vous étiez traités comme des rigolos, aux frontières, c’était très compliqué, tandis que si vous vous présentiez comme architecte et archéologue, vous étiez considérés comme des gens importants, et on pouvait se faire ouvrir plein de portes, comme celles des sites archéologiques. En fait on est des imposteurs ! [Anne]. Patrick et Anne Poirier

L’archéologie, ça nous permet de regarder le passé, et l’architecture, de construire aussi. Donc notre travail continue toujours comme ça.  Patrick Poirier

Comment s’organise leur travail à deux ? 

Cela part souvent de voyages et de lieux sur lesquels nous sommes allés. On fait toujours des travaux sur le lieu, parfois ce sont des empreintes avec un papier très léger, quelquefois ce sont des notes, des dessins, ou un plan. On s’attribue le lieu, on y reste, on réfléchit, on collecte tout ce qu’on peut, des plantes, des fragments. C’est un matériel qui reste, qui mûrit et tout à coup il y a quelque chose qui se déclenche, l’un de nous commence. Si on voit que l’autre n’est pas d’accord, ça ne fonctionne pas, on laisse tomber. On n’est pas toujours d’accord.  Patrick Poirier

Pensent-ils à la postérité ? 

Tous les artistes qui ont consacré leur vie à un travail, ne peuvent pas dire qu’ils ne pensent pas à la postérité, parce que ça, ça me fait rire. Tant mieux si notre travail reste, tant pis s’il ne reste pas. On aura eu une vie formidable, passionnante. Il y a des arts merveilleux qui ne durent pas, comme la danse, le théâtre. Ce qui compte, c’est ce qu’on a fait, au moment où on le fait. Anne Poirier

>>> Pour aller plus loin, une sélection d'Annelise Signoret >>>

Biographie publiée par l’encyclopédie canadienne, Agora

Biographie proposée par la bibliothèque du Centre d’Études Olympiques du CIO

Site de la Fondation Coubertin située à Saint-Rémy les Chevreuse

A l'occasion de la 11ème Olympiade en 1936, Pierre de Coubertin, fondateur et président d'honneur des Jeux Olympiques, évoque son oeuvre et les caractéristiques de l'olympisme. 12’ à écouter sur le site de l’Ina

Bibliographie pour mieux connaitre Coubertin, proposée par Jean Durry sur le site du comité Coubertin

L’avenir de l’Europe : un ouvrage signé Pierre de Coubertin, en ligne sur le site de la Bnf, Gallica

"Une chevalerie sportive" mise au service de la responsabilité sociale : généalogie du projet politique de Pierre de Coubertin : article de Shirine Sabéran (1971-2013), chercheur associé à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne (en ligne sur le site de l’Université de Picardie

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......