LE DIRECT
Costa-Gavras

Costa-Gavras : "Au cinéma, on essaye de reconstituer le réel mais pas la réalité"

59 min
À retrouver dans l'émission

Le cinéaste et président de la Cinémathèque Costa-Gavras revient sur les détails de la fabrication de ses films lors de cette masterclasse enregistrée au studio 106 de la Maison de la radio.

Costa-Gavras
Costa-Gavras Crédits : C. Mayot - Radio France

Costa-Gavras est cinéaste et Président de la Cinémathèque, il a réalisé depuis les années 60 une vingtaine de films, dont Z (1969), L'aveu (1970), Missing (1982), Amen (2002) ou plus récemment, Le capital (2012). La plupart de ses films ont l'ambition de faire la lumière sur ce que l'on ne voit pas : chacun nous fait entrer dans la tête d'individus en prise avec le pouvoir : ceux qui font le pouvoir, qui le subissent, ou qui y participent... A notre tour de rentrer dans la tête de Costa-Gavras en prise avec un tout autre pouvoir : celui de la fabrication d'un film. S'inspire-t-il de l'actualité ? Sa mise en scène est-elle politique ? Comment veut-il montrer la réalité autrement grâce au montage ? De l'idée à sa sortie en salles, quel est donc le pouvoir de Costa-Gavras sur ses films ?

Je pense que le cinéma ce n’est pas une école, il ne donne pas de leçon. C’est plutôt pour avoir des sentiments. Et avec ceux-ci les spectateurs font ce qu’ils veulent. Nous faisons du spectacle.

Z est un film sur la résistance.

D’une certaine manière, tout ce que nous faisons est une relation politique.

Mon exigence principale c’est de respecter l’éthique des personnages.

Le problème du cinéma c’est qu’il faut de l’argent pour faire un film. Ce n’est pas comme l’écriture. Mais en France, il y a eu une volonté qui s’est exprimée le lendemain de la libération en décidant que la France devait avoir son cinéma. […] En France on peut faire des films sur des sujets beaucoup plus difficiles que dans d’autres pays.

Quand vous lisez un livre, vous projetez des images. On se met à écrire le scénario, qui est la première matière, très souvent sans être payé. Puis on le donne au producteur et on s’approche des acteurs. […] Mais quand on fait un scénario, il faut juste penser à l’histoire.

Chroniques

0H00
30 min

Les Nuits de France Culture

Entretien avec Cosey, Grand Prix du festival d'Angoulême 2017
Intervenants
L'équipe
Coordination
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......