LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jacques Bonnaffé dans "La fabrique des sentiments"

Jacques Bonnaffé : "Le métier d'acteur est une indiscipline : on doit se contredire un peu"

59 min
À retrouver dans l'émission

Jacques Bonnaffé fait sa Masterclasse en public à la Maison de la Radio : il nous parle de son Nord natal, de son agitation permanente et de Jean-Luc Godard.

Jacques Bonnaffé dans "La fabrique des sentiments"
Jacques Bonnaffé dans "La fabrique des sentiments" Crédits : MOUNE JAMET / COLLECTION CHRISTOPHEL - AFP

Jacques Bonnaffé est un comédien et un metteur en scène, aux œuvres, aux bandes, aux registres, aux langues et aux voix multiples. Un acteur qui se garde bien de choisir entre théâtre et cinéma, parce que dit-il « c’eut été se priver de la moitié du plaisir ». 

C'était inévitable de devenir comédien en ce qui me concerne, j'avais cette agitation et peut-être un besoin d'exhibition. Il me fallait trouver une scène, un échange avec des partenaires, et ces rencontres que l'on fait par la voix dans le théâtre.

Il joue devant les caméras de Jean-Luc Godard, Jacques Rivette, Jacques Doillon, Philippe Garrel, Michel Deville ou Eugène Green.

Mon intérêt pour le théâtre vient d'un sens de la fête, du carnaval beaucoup plus que d'une estime intellectuelle sage auprès des plus grands. J'ai beaucoup travaillé l'expression corporelle dans des clubs de théâtre : un travail qui se démarquait absolument du mime à la Marceau. On faisait de l'anti-Marceau. 

Le métier d'acteur est une indiscipline : on doit se contredire un peu, il y a une désobéissance au geste que l'on vient de pratiquer. Il va y avoir un problème du comédien lorsqu'il trouve l'intention juste de son personnage : il va devoir le refaire et le refaisant toujours aussi bien, il lui manquera d'avoir changé de direction. 

Et puis au théâtre, dirigé Gildas Bourdet, Alain Françon, Didier Bezace, Christian Schiaretti ou Denis Podalydès.

Il ne faut pas toujours aller vers le beau, il faut aller vers le laid, le carnavalesque. Il faut sortir les bosses. L'acteur doit sortir ses démons, exorciser ses bêtes dans le travail préparatoire. Parfois la 7e prise est mauvaise, la 8e, la 9e et la 10e le seront aussi, mais on ne peut pas aller directement à la 11e, donc on sera mauvais pendant encore trois prises. Finalement il faut détruire. Puis détruire la destruction.

Et il y a aussi bien sûr dans ce parcours l’importance de la poésie, nos auditeurs réguliers en connaissent bien la musique puisque depuis deux ans, Jacques Bonnaffé lit de la poésie de 15h55 à 16h sur France Culture.

>>> Pour aller plus loin, une sélection d'Annelise Signoret >>>

Biographie sur le site de sa compagnie, la compagnie Faisan

Jacques Bonnaffé, parrain du Printemps des Poètes (2015)

Les 5 et 6 mai 2012, Jacques Bonnaffé en représentation aux Annuelles du Père Tienne, à Sologny (71). 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Biographie et actualités de Jacques Bonnaffé sur le site Théâtre contemporain.net

Amitié : la dernière retouche d'Ernst Lubitsch : un texte de Samson Raphaelson, écrivain et co-scénariste de Lubitsch lu par Jacques Bonnaffé. 

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......