LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
John Irving

John Irving : "J'ai toujours écrit ce qui me faisait peur, ce que je crains, ce que j'aime le moins"

59 min
À retrouver dans l'émission

Masterclasse en public du Festival America à Vincennes avec John Irving, dont le roman culte "Le Monde selon Garp" a 40 ans.

John Irving
John Irving Crédits : Steve Russell/Toronto Star via Getty Images - Getty

John Irving est né en 1942, a grandi dans le New Hampshire et a vécu dans le Vermont avant de s’installer au Canada. Le Monde selon Garp l’a propulsé en 1978 sur la scène littéraire internationale, où il n’a cessé d’accumuler les succès. Son œuvre est traduite dans une quarantaine de langues. 

Pour l'écriture de ces premiers romans, il a été entraîneur de lutte gréco-romaine et professeur de littérature anglaise.

On ne choisit pas de raconter des récits cauchemardesques, c'est une obligation, une contrainte. J'ai toujours écrit ce qui me faisait peur, ce que je crains, ce que j'aime le moins. 

40 ans après la première publication du Monde selon Garp, John Irving se révolte de ce que rien n'a changé.

Je sentais que la révolution sexuelle n'était pas allée assez loin. Ce livre est un récit d'assassinat sexuel : une femme qui est une bonne mère, qui ne veut rien avoir à faire avec les hommes est assassinée par un homme qui hait les femmes. Et son fils qui a tous les défauts des hommes dans sa façon de traiter les femmes sera assassiné par une femme qui hait les hommes. 

Je pensais que ce serait un roman marqué par le temps, qui serait daté. Garp était donc aussi un roman comique, c'est un hommage au mouvement des femmes mais aussi une satire comique des extrémistes opposés au mouvement des femmes. Mais aujourd’hui cela ne me semble pas comique du  tout. Je ne pensais pas cela persisterait. 

Je ne suis pas un polémiqueur même si mon livre L'Œuvre de Dieu, la Part du Diable a été jugé polémique. 

... moins de la moitié de mes romans sont politiques. Je ne me mets pas volontairement à écrire un roman politique. Je me mets à écrire un récit sur des personnages que j'aime et qui vont être cruellement blessés, tués, ou dont les rêves ne se réaliseront pas. 

Je reçois le sentiment que quelque chose s'est produit qui a détruit des personnages. Je vois l'après de quelque chose de terrible et j'ai cette image d'abord, le sentiment de quelque chose qui s'est passé.

John Irving se livre sur l'un de ses tatouages : la dernière phrase de Moby Dick '"Only found another orphan". C'est un roman tellement long, mais la fin semble présente dès le début. vous pensez savoir tout ce qui va se produire, mais il y a 20 pour cent que vous ne voyez pas. 

Ce roman de Melville a marqué sa méthode de travail.

Je commence toujours par la fin, par la dernière phrase. Par contre, je change le début sans cesse. Je peux changer beaucoup de l'architecture des romans. Un roman attend, mûrit  7, 8 ans avant que je ne commence l'écriture. Mais quand je commence à écrire, je sais déjà exactement tout ce qui va se produire. 

Je ne veux alors penser qu'au langage, qu'aux phrases. (...) Je n'écoute pas du tout mes personnages ! Ils ne parlent pas, sinon, ils rencontreraient leurs morts très rapidement !

La vraie vie c'est le désordre, le hasard. Dans un roman, on construit une architecture, il y a quelque chose qui la rend plus parfaite que ce que vous avez dans la vraie vie. La vraie vie est décevante comme le dit David Copperfield...

>>> Pour aller plus loin, une sélection d'Annelise Signoret >>>

The Long, Cruel History of the Anti-Abortion Crusade : Tribune “pro-choice” de John Irving publiée dans le New York Times le 23 juin 2019.

Même s'il n'est pas un "écrivain majeur", voici pourquoi il faut lire John Irving : entretien avec Karine Placquet-Wiltord, maître de conférences en littérature anglophone à l'Institut catholique de Toulouse et l’une des rares spécialistes de son œuvre en France. A lire dans le Huffington Post du 20 février 2018.

John Irving fête les 40 ans de son roman Le Monde selon Garp sur le plateau de La Grande Librairie en septembre 2018.

En France, John Irving est publié dans la collection Points.

Patricia Mercader : Bisexualité et différence des sexes dans l'œuvre de John Irving, article paru dans Cliniques méditerranéennes, 2001/1 (n°63).

Jean-Pierre Albert : Du Roman au mythe Lecture de John Irving. In: L'Homme, 1989, tome 29 n°111-112. Littérature et anthropologie

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......