LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Marie-Agnès Gillot

Marie-Agnès Gillot : " Ma vie est une succession d'inspirations"

59 min
À retrouver dans l'émission

Marie - Agnès Gillot fait sa Masterclasse en public à la Maison de la Radio : elle fera une arabesque si vous le souhaitez.

Marie-Agnès Gillot
Marie-Agnès Gillot Crédits : Pool CATARINA/VANDEVILLE / Contributeur - Getty

Dans le parcours de Marie-Agnès Gillot, il n'y a pas grand-chose de raisonnable : danseuse étoile et chorégraphe, elle va toujours trop vite, elle est de ceux qui font recommencer le monde en imposant leurs règles.
Ayant grandi à Caen, elle a intégré l'école de danse de l'Opéra de Paris à 9 ans ; à 14 ans, plus tôt que la normale, le corps de ballet ; et à 28 ans, nommée étoile du ballet de l'Opéra de Paris, la première à l'être après une pièce contemporaine, Cygne de Caroline Carlson.
Marie-Agnès Gillot peut ralentir quelquefois, mais jamais ne s'arrête.

On peut aussi se reposer en travaillant, le travail ça ne fait pas de mal. Pour moi le repos ce n'est pas le non-mouvement, ça peut aussi être travailler un peu plus calmement que d'habitude. Le repos ce n'est pas rester allongé dans un lit à rien faire.

Elle raconte comment la danse est venue à elle.

Je n'ai pas eu l'idée toute seule de faire de la danse classique, c'est parce que je mettais les pieds sur les tables et je marchais sur demi-pointes, du coup ma mère m'a dit "si tu veux faire ça, je crois que ça s'appelle la jambe sur la barre en cours de classique, donc ça serait mieux que tu y ailles".

Et ce que la danse représentait pour elle enfant.

Quand on est enfant, on ne sait pas qu'il faut être la meilleure et on ne sait pas non plus qu'on aura plus de liberté, plus de choix, de temps, si on est étoile. C'est la position qui fait qu'on a plus de temps, qu'on travaille à part, donc on n'enchaîne pas des heures et des heures. On répète de notre côté, puis on rejoint le groupe. Je ne formulais pas "je veux être la meilleure", je voulais juste être danseuse.

Ainsi que ce qui l'a propulsée sur le devant de la scène.

Je ne lutte pas trop, c'est juste que je ne lâche pas en fait. Je ne donne pas des coups, mais j'endure, plus facilement que les autres.

Très vite, j'ai compris que je pourrais me servir de toutes les techniques contemporaines pour améliorer mon classique.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Elle s'attarde par la suite sur le rapport de la danse au corps, à l'émotion, voire même à l'imagination.

L'improvisation c'est un grand ressenti, c'est le corps qui parle, on laisse parler les sensations, les actions, il n'y a pas de jugement, il n'y a pas de regard sur soi. Mais c'est très difficile d'improviser en classique, très rarement les danseurs classiques savent improviser. En classique, il faut toujours préparer le prochain mouvement dans sa tête et dans son corps, donc en improvisation, c'est plus difficile. 

Mon corps change suivant les chorégraphes avec lesquels je travaille. Le corps se sculpte selon l'oeuvre sur laquelle je travaille. 

Moi je pense que tout est possible, donc c'est difficile pour les autres. 

On enchaîne, on respire et on est, on est ce qu'on joue, il n'y a pas à penser entre. A ce niveau-là on ne fait plus des mouvements après des mouvements, on fait déjà des phrases. Les grands danseurs, ils ne font pas des mouvements, ils font des phrases. 

Maintenant que sa carrière de danseuse étoile est en grande partie derrière elle, elle s'adonne à la chorégraphie, la création et à l'enseignement.

La pédagogie c'est de trouver sa danse, son identité. Si on vous mâche le travail, bien sûr, c'est plus facile, mais ce n'est pas très intéressant je trouve. 

Je me suis aperçue que plus on me donne de contraintes, plus on me donne de cadre, mieux je me porte. Il faut juste le supporter, mais ça permet à l'artiste de créer, je ne sais pas pourquoi, moi en tout cas ça me fait partir, parce que je sais exactement ce que je ne dois pas faire et en même temps je peux tout faire. 

La pédagogie, l'interprétation et la création ça me... Ce n'est pas les mêmes choses, ce n'est pas les mêmes métiers et normalement on n'est pas censé savoir faire les trois. Mais moi je m'éclate dans les trois.

>>> Pour aller plus loin, une sélection d'Annelise Signoret >>>

Biographie sur le site de l’Opéra de Paris

Souvenirs de douleurs et d’étoiles pour la danseuse Marie-Agnès Gillot, à retrouver sur le site de France 24

INTERVIEW. Dans la loge de Marie-Agnès Gillot à Garnier : rencontre avant les adieux Par Sophie Jouve Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse. Culture box avril 2018

Chanter, Danser, par Natalie Dessay et Marie-Agnès Gillot qui interprètent un extrait d'Alcina. Chorégraphie de Marie- Agnès Gillot. Un film d’Esther Esti Gerber

Marie-Agnès Gillot a littéralement dansé dans le lac des cygnes. À l'occasion du dîner des amis du Palais de Tokyo 2016 mardi soir, la danseuse étoile s'est produite dans un bassin, entourée de deux cygnes.

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......