LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Marie Bovo dans son exposition "Stances", aux Rencontres d'Arles 2017, festival de photographie

Marie Bovo : "Il y a quelque chose d’impur dans la photographie"

58 min
À retrouver dans l'émission

Enregistrée durant l'exposition "Stances", aux Rencontres d'Arles 2017, festival de photographie, cette masterclasse nous plonge au coeur du travail photographique de Marie Bovo. Elle nous dévoile son regard, son processus de travail, son rapport à la photo...

Marie Bovo dans son exposition "Stances", aux Rencontres d'Arles 2017, festival de photographie
Marie Bovo dans son exposition "Stances", aux Rencontres d'Arles 2017, festival de photographie Crédits : Lucy Vigoureux

Marie Bovo est née en Espagne en 1967. Elle vit et travaille aujourd'hui à Marseille. Quand elle était enfant, elle voulait être sculptrice. Dans sa famille, la tradition était orale, l'art était absent, pas de livre ni de peinture mais une photographie avait capté le regard de la petite fille dans la chambre de sa grand-mère, la photo d'une vierge portant un Christ mort. Pour Marie Bovo, cette sculpture de Vierge photographiée avait le même degré de présence et de réalité qu'une véritable personne photographiée. Le regard de l'artiste et ses questionnements remontent alors à l'enfance.
Durant sa formation à la fac en arts plastiques et littérature, elle s'était intéressée à la photographie. Mais c'est lorsqu'un ami lui offre un appareil photo que naît alors véritablement sa pratique.
Elle questionne aujourd'hui dans son travail par série, la lumière, la nuit, le temps mais aussi l'espace -architecture ou paysage- et la façon dont nous vivons dans ces lieux.

Nous sommes en dialogue avec les autres artistes, peu importe qu’ils soient vivants ou morts. On espère aussi dialoguer avec le futur. Un artiste ne vit pas dans sa tour d’ivoire et ne naît pas d’une graine du jour au lendemain : on devient artiste au contact de l’art.

Marie Bovo, "La voie de chemin de fer 3 mars 2012. 05H18", 2012, Photographie couleur, 142,5 x 180 cm
Marie Bovo, "La voie de chemin de fer 3 mars 2012. 05H18", 2012, Photographie couleur, 142,5 x 180 cm Crédits : © Marie Bovo, Courtesy the artist and kamel mennour, Paris
Marie Bovo, "La voie de chemin de fer 13 avril 2012. 06H05", 2012, Photographie couleur, 142,5 x 180 cm
Marie Bovo, "La voie de chemin de fer 13 avril 2012. 06H05", 2012, Photographie couleur, 142,5 x 180 cm Crédits : © Marie Bovo, Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Pour l’art, la nuit est essentielle. Notre regard rencontre une limite très forte, le noir, ce moment où l’on ne peut plus voir, le retrait. C'est accepter que certaines choses échappent au regard, à la pulsion voyeuriste et exhibitionniste, le propre de nos sociétés contemporaines. On passe notre temps à faire reculer cette présence de la nuit en l’éclairant.

Marie Bovo, "Cour intérieure, 17 février 2009", Tirage ilfochrome marouflé sur aluminium, 120 x 152 cm
Marie Bovo, "Cour intérieure, 17 février 2009", Tirage ilfochrome marouflé sur aluminium, 120 x 152 cm Crédits : © Marie Bovo, Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Je suis toujours bouleversée par la dimension muette et la brutalité d’une photographie ou d’une peinture. Les rencontres, les mots ensuite, fabriquent d’autres récits qui permettent, d’aborder les lieux différemment, pas seulement dans le moment présent mais créent une intimité dans l’espace temps à travers des récits, la littérature est un jeu qu’on incarne en tant que lecteur.

Marie Bovo, "Jours blancs 01H29", 2012, Tirage chromogénique, 130 x 162 cm
Marie Bovo, "Jours blancs 01H29", 2012, Tirage chromogénique, 130 x 162 cm Crédits : © Marie Bovo, Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

L’exil crée un type de culture, et là où l’art et la littérature ont été essentiels pour moi, c’est qu'ils m'ont permis de vivre l’exil d’une manière heureuse.

Marie Bovo et Anaël Pigeat durant l'enregistrement de la masterclasse
Marie Bovo et Anaël Pigeat durant l'enregistrement de la masterclasse Crédits : Juliette Larochette

La photographie, c’est de l’art, même si on sait bien qu’aux origines c’est une technologie qui a surgi et qui est toujours assez étonnante. Les multiples usages de la photographie sont très contradictoires : on a tendance à penser la photo dans son usage positif mais au 19ème siècle c'était aussi la photo policière, le bertillonnage, l’idée de ficher, marquer des individus. Ces contradictions sont intéressantes. Ce processus technologique industriel est aussi marqué par le phénomène d’obsolescence. Il y a quelque chose d’impur dans la photographie, matière vivante et intéressante qu'on ne met pas sur un autel qui lui serait dévolu de toute éternité comme la peinture.

France Culture lance un grand projet inédit en France : une collection de master-classes avec quarante personnalités majeures de la création culturelle dans tous les domaines : littérature, cinéma, arts de la scène, arts plastiques, architecture… Nous entrerons dans l'atelier de fabrication intime des artistes, qui nous expliqueront de façon très concrète comment elles/ils travaillent, de l'idée de départ jusqu'à la finalisation d'une œuvre. Une entreprise collective qui a pour vocation de constituer une collection d’entretiens de référence sur la culture.

Coordonnées par Arnaud Laporte, enregistrées durant l’année, en public ou en studio, les quarante premières productions de cette ambitieuse collection seront diffusées à l’été 2017.

Intervenants
  • Photographe
  • Editor-at-large du mensuel The Art Newspaper édition française, critique d’art et journaliste à Paris Match, productrice de documentaires sur France-Culture, ancienne critique à La Dispute sur France Culture
L'équipe
Coordination
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......