LE DIRECT
Michel Fau

Michel Fau : "Je suis un acteur lyrique qui poétise la vie"

59 min
À retrouver dans l'émission

Le comédien et metteur en scène Michel Fau fait sa masterclasse et répond aux questions d'Arnaud Laporte. Entrez dans la loge de l'extravagant Michel Fau.

Michel Fau
Michel Fau Crédits : Eric Fougere - Getty

Michel Fau est un amoureux du jeu théâtral, un esthète fasciné par les œuvres classiques et un comédien qui apprécie le théâtre de boulevard. Populaire, il sait qu'il peut paraître "rétro" aux yeux de certains et se l'explique par son lyrisme. 

Je passe pour un acteur rétro mais je ne le comprends pas trop. (…) Je pense que je suis un acteur lyrique qui poétise la vie, qui réinvente la vie. Donc c’est peut-être ce qu’on peut qualifier de "rétro", enfin, on peut dire la même chose de Fabrice Luchini ou de Jean-Pierre Léaud ou de Delphine Seyrig ou de Nicole Calfan. (…) Ils ne sont pas sur le non-jeu, ils sont dans l’incarnation, donc ça chante. 

Après une formation avec Yves Pignot et Julie Ravix, Michel Fau entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris de Pierre Vial, Michel Bouquet et Gérard Desarthe. 

À 18 ans, j’ai été à Paris, totalement inconscient, je pensais que tout allait très bien se passer, je n’avais aucun doute, je me disais "je vais faire le Conservatoire, ensuite je vais rentrer à la Comédie-Française". Tout était très tracé ! Et puis je me suis rendu que ça ne se passait pas comme ça...

Cette confiance en son avenir de comédien est nourrie par un amour du jeu qui s'exprime dès l'enfance et ses premières pièces en tant que spectateur : 

Ma mère m’a offert des marionnettes quand j’avais 5 ans, donc j’ai fait beaucoup de la marionnette de 5 à 10 ans, après elle m’a emmené voir des opérettes, des opéras et puis du théâtre. Ce qui est formidable, c’est qu’elle m’amenait voir tous les styles de théâtre, aussi bien du classique, du boulevard que de l’avant-garde, donc mon goût a pu se forger comme ça. À 10 ans, je me suis dit "j’ai envie d’être comédien" et je n’ai pensé qu’à ça. 

Sa rencontre avec le metteur en scène Olivier Py est décisive : avec lui, il jouera dans La Servante, Le Visage d’Orphée, L’Apocalypse Joyeuse, Le Soulier de Satin de Paul Claudel, L’Orestie d’Eschyle, Les Enfants de Saturne... Michel Fau a mis en scène de nombreuse actrices et acteurs : Julie Depardieu dans Le Misanthrope de Molière (nomination pour le Molière 2014 du meilleur metteur-en-scène) et dans Nono de Sacha Guitry, Charlotte de Turckheim, Gaspard Ulliel dans Que faire de Mister Sloane ? de Joe Orton, Léa Drucker dans Demain il fera jour de Henry de Montherlant, Audrey Tautou dans Maison de poupée de Henrik Ibsen. 

L’année dernière, c’est aux côtés de Michel Bouquet, dans Le Tartuffe de Molière que ses talents de comédien et de metteur en scène s’exprimaient. Michel Fau met également en scène des opéras (Bastien et Bastienne de Mozart, Madame Butterfly de Puccini, Eugène Onéguine de Tchaïkovski, Rigoletto de Verdi…). De riches expériences qui lui ont permis d'enseigner au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris ainsi qu'au Cours Florent.

Avec Michel Fau, on peut se demander s’il faut vraiment dissocier le comédien du metteur en scène. Au théâtre, il joue souvent dans ses propres mises en scène. Mais c'est de cette manière qu'il trouve son équilibre artistique.

J’ai toujours voulu faire de la mise en scène et jouer. Toute l’histoire du théâtre jusque dans les années 80, les metteurs en scène étaient acteurs. Evidemment on parle de Jouvet, de Copeau, mais même plus proche de nous : Vilar, Planchon, Mesguich, Vitez, Alfredo Arias, Jérôme Deschamps, sont tous des comédiens qui faisaient de la mise en scène. Et puis dans les années 80, on a commencé à dire que le metteur en scène doit être extérieur au spectacle, je ne sais pas, il y a eu toute une vague de metteurs en scène qui n’étaient pas acteurs. C’est en train de revenir maintenant, on le voit avec Thomas Jolly, Rodolphe Dana, les collectifs, tout ça. 

Mettre en scène et jouer, ça se passe très bien parce que mon ego de metteur en scène est tout de suite calmé parce que je dois aller sur scène et mes angoisses d’acteur sont calmées parce que je dois gérer le spectacle, donc c’est très sain. 

Cette aisance dans les deux rôles, celui de comédien et de metteur en scène, lui vaut de nombreuses nominations et prix dans les deux catégories. En 2006 il joue Illusions comiques d’Olivier Py au Théâtre du Rond-Point et reçoit le prix du meilleur comédien du syndicat professionnel de la critique. En 2015, la pièce Fleur de cactus, qu’il met en scène et interprète, lui vaudra 6 nominations aux Molières, dont celle du meilleur acteur et celle de la meilleure mise en scène.

Il aime la musique des vers et des alexandrins, mais aussi la prose des romans dans lesquels il se plonge depuis l'enfance : 

J’étais un cancre à l’école, je ne faisais rien, mais je rentrais vite chez moi pour dévorer des livres. Je me souviens d’une professeur de philosophie qui m’avait dit : tu n’as pas le bac mais tu es dix fois plus cultivé que tous ceux qui l’on eu. Je lisais Dostoïevski, Montherlant, Camus… Je trouvais ça tellement plus intéressant que tout ce qu’on m’apprenait à l’école.

Dans un autre art, on a aussi pu le voir au cinéma dans des films réalisés par Albert Dupontel, Dominik Moll, François Ozon, Benoit Jacquot, Noémie Lvovsky, Jean-Michel Ribes, Xavier Giannoli, Christophe Honoré, Edouard Baer ou encore André Téchiné. Le cinéma, toujours en tant que comédien pour Michel Fau, il ne se voit pas passer de l'autre de la caméra. 

Je ne m'imagine pas réaliser un film, c'est trop technique, et je n'ai aucune patience. Je pense que si je tournais, je serais comme Jean-Pierre Mocky ou Josée Dayan, je gueulerais tout le temps, je serais impatient tout le temps. Et puis je n'ai pas le temps.

>>> Pour aller plus loin, une sélection d'Annelise Signoret >>>

Michel Fau est invité de l’émission A l’affiche, sur France 24.

Entretien avec Michel Fau, comédien trans-genre(s) : à lire sur le site de la revue de critique culturelle, Rhinocéros

Toutes les pièces avec Michel Fau, ses mises en scène… sur le site des Archives du spectacle

Michel Fau répond au questionnaire de Socrate dans Philomag

Rencontre avec Michel Fau, proposée par la revue théâtrale Tchaika

Lors de la cérémonie des Molière 2011, Michel Fau parodie la chanson Quelqu’un m’a dit, de Carla Bruni-Sarkozy

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......