LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Mona Ozouf en 2001

Mona Ozouf : "J'ai eu une enfance submergée par les livres"

59 min
À retrouver dans l'émission

Mona Ozouf fait sa Masterclasse à la BNF, dans le cadre de la Nuit des idées. Elle y raconte son parcours, fait de hasards, de rencontres et de nécessités, son goût de l'Histoire mais aussi de la littérature.

Mona Ozouf en 2001
Mona Ozouf en 2001 Crédits : Raphael GAILLARDE / Gamma-Rapho - Getty

Mona Ozouf est historienne de l'école, de la Révolution et de la République et directrice de recherche au CNRS. Elle est également une grande lectrice de Roman : elle a récemment écrit sur Henry James et George Eliot et est l'auteure de nombreuses critiques littéraires pour le Nouvel Observateur. Mona Ozouf a publié entre autres : La fête révolutionnaire, codirigé Le dictionnaire critique de la révolution française avec François Furet et a donné une nouvelle impulsion historiographique à cette occasion dans l'histoire de la révolution.

Mona Ozouf revient sur son enfance bretonne, son arrivée à Paris, ses premières rencontres et ses débuts dans l'écriture. C'est l'occasion pour elle de revenir avec force détails sur son enfance en Bretagne, dans un cercle familial marqué par un fort sentiment d'appartenance et de fierté vis-à-vis de la culture bretonne. 

J'ai eu une enfance perplexe. Perplexe parce que ce qu'on m'enseignait à la maison était contradictoire de ce qu'on m'enseignait à l'école. Par ailleurs, l'église, que je fréquentais aussi était à la fois antinomique des deux autres lieux, de l'école et de la maison. J'ajoute que l'école et la maison ne faisaient qu'un seul et même lieu parce que mon enfance toute entière s'est faite de manière tout à fait claustrale dans une maison d'école : j'habite le logement de fonction de l'institutrice. Mona Ozouf

Si elle va à l'école républicaine, ce qu'on y enseigne laisse parfois perplexes les parents de Mona Ozouf. Une ambiguïté dont elle fera le récit dans son ouvrage Composition française :

Les héros de l'école sont ceux que la maison considère avec beaucoup plus de distance.[...] L'école les honore, la maison les méprise ou en tous les cas les tient presque pour des traîtres.[...] Cela fait une existence un peu perplexe. Quand je reviens à la maison en disant que nos ancêtres sont les gaulois, ma mère me dit que nous avons des ancêtres plus convenables qui sont les gallois et les celtes. C'est une enfance où je ne me sens jamais tout à fait là où il faut. Et ça introduit un doute dans mon esprit.

Elle raconte aussi sa rencontre et ses échanges, adolescente, avec l'écrivain Louis Guilloux, à Saint-Brieuc. Puis l'arrivée à Paris, les rencontres, et les interrogations sur son orientation professionnelle. Interrogée sur sa manière de faire de l'histoire, Mona Ozouf parle de son rapport à la "méthode" : 

Ce qu'Alphonse Dupront - mon maître en histoire, grand historien des religions, duquel j'ai beaucoup appris - m'a transmis, c'est qu'il faut avoir un certain recul, une certaine distance par rapport à la "méthode". Il n'aimait pas le mot "méthode", il préférait de beaucoup le mot d'attitude, qu'il empruntait du reste à Alain, le philosophe. Ce qui était important pour lui, devant un sujet, c'était une attitude de compréhension ouverte et presque immédiate. Ce qu'il m'apprend, c'est un certain recul à l'égard d'une lourde méthodologie historique . Et ça rejoint chez moi quelque chose que je percevais, c'est qu'au fond, tout sujet appelle sa méthode propre. 

Enfin, elle revient sur ses travaux autour de la Révolution française. La fuite à Varennes, ou surtout le Dictionnaire critique de la Révolution française qu'elle élabore en toute amitié avec François Furet au moment du bicentenaire en 1989 et qui donne lieu à quelques polémiques :

Je pense que le Dictionnaire a son originalité dans la mesure où il montre, à travers ses différents articles, que l'essentiel pour comprendre la Révolution française n'est pas l'histoire sociale mais l'histoire politique. Et que la Révolution est de bout en bout un événement politique. 

Pour aller plus loin

Mona Ozouf, femme des Lumières, film documentaire de Juliette Senik (Schuch productions, 2011)

Le livre qui a changé ma vie (La Grande Librairie, France 5, 12/2018)

Mona Ozouf, conversation sur l’histoire littéraire,avec Philippe Le Guillou (Le Rendez-vous des Lettres à la BnF, 02/2019)

Mona Ozouf évoque son enfance, sa mère et sa grand-mère (J.-C. Raspiengas pour La Croix, 07/2018)

Rediffusion du 29 juillet 2019

Intervenants
L'équipe
Production
Coordination
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......