LE DIRECT
Noémie Lvovsky

Noémie Lvovsky : "Ce sont mes films qui prennent le pouvoir sur moi"

59 min
À retrouver dans l'émission

Actrice, scénariste et réalisatrice, Noémie Lvovsky plane depuis les années 90 sur le cinéma français. Elle raconte avec sa grande sensibilité et son intelligence son aventure dans le cinéma à Géraldine Mosna-Savoy, en public du Centre Pompidou, dans le cadre du festival IMAGINE.

Noémie Lvovsky
Noémie Lvovsky Crédits : Xavier LEOTY / AFP - AFP

Noémie Lvovsky retrace son parcours; très tôt, elle a ressenti l'envie et le besoin du cinéma, mais elle ignorait tout de la manière dont cela fonctionnait. Une journée a été décisive: elle a été figurante dans un court-métrage et a rencontré Arnaud Desplechin. Elle commence par apprendre à écrire des scénario. "J'aimais écrire mais je ne me sentais pas capable d'écrire beaucoup de choses. J'avais coché tout ce que je ne pouvais pas écrire. Dans cette liste, il n'y avait pas le scénario". 

Les sujets et les rôles ne l'attirent pas, mais l'état: 

Pour elle, "un scénario ne part pas d'un sujet, d'un thème, d'une histoire mais d'un état: par exemple l'état d'être égaré, état de la jeunesse. L'état donne le premier élan, puis viennent les sentiments et les émotions (l'ambivalence d'une jeune fille, l'ivresse, l'amour fou pour une mère.... Des émotions et des sentiments naissent des personnages qui deviennent des personnes presque réelles. L'histoire arrive presque en dernier.

Je me sens dépassée tout le temps par le film. Le film vit son mouvement. Il peut ne pas vouloir d'un scène. Il est comme un organisme vivant avec ses poumons, ses bras, ses jambes, son foie... 

Noémi Lvovsky se livre également sur sa manière de diriger les comédiens, de tourner ses films, sur sa collaboration avec Florence Seyvos qui co-écrit ses films, et sur son travail d'actrice, venu plus tard. 

J'ai été rattrapée par un grand désir d'enfant d'être clown puis d'être comédienne au théâtre, mais j'avais renoncé. Une vie d'actrice me faisait trop peur. J'aurais eu peur de devenir folle. C'est un métier qui dépend trop des autres. 

Elle parle aussi de son travail avec Riad Sattouf pour Les Beaux Gosses. 

Et sur ce que peut le cinéma

Si  le spectacle peut aider à vivre, c'est merveilleux. Les films que j'ai aimé m'aident à vivre oui. 

Un bon film ce serait un film qui transforme ma vie. Quand je sors; en étant transformée, en mieux. Ce qui compte avant tout c'est l'esprit du film, même s'il y a des imperfections. Un film est le scanner de celui le fait: on doit le voir non seulement tout nu, mais aussi sous sa peau.

Pour aller plus loin, une sélection d'Annelise Signoret :

Sa bio-filmographie sur le site Allociné.fr

Je ne sais pas vraiment ce qui mène au bonheur. Entretien avec Noemie Lvovsky pour le site Hors Champ, rencontres de cinéma.

Entretien Post-it pour la chaîne YouTube de Télérama, 2018.

Noémie Lvovsky présente Baisers volés de F. Truffaut, son film fétiche (LaCinetek, 2019).

Septembre 1982, la réalisatrice Noémie Lvovsky découvre pour la première fois un plateau de cinéma. C’est sa Journée particulière qu’elle raconte au micro de Zoé Varier sur France Inter, 2019.

Les Ciné-débats de La Sorbonne : Rencontre entre Noémie Lvovsky et Valeria Bruni-Tedeschi  filmée au Forum des Images en novembre 2009.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......