LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait de Valérie Belin

Valérie Belin : "La chronologie de mon travail est aussi la chronologie d'une vie"

59 min
À retrouver dans l'émission

Auteure d'une oeuvre aussi imposante que fascinante, la photographe Valérie Belin explore depuis ses débuts la notion de métamorphose, et le lien entre les objets et les êtres. A l'occasion de Paris Photo, au sein de la MEP, Valérie Belin déploie sa grammaire photographique au micro d'Aude Lavigne.

Portrait de Valérie Belin
Portrait de Valérie Belin Crédits : Liza Rose

Depuis le milieu des années 1990, Valérie Belin crée méthodiquement et rigoureusement, des séries photographiques aux formats évolutifs, souvent éblouissants et imposants. Son oeuvre poursuit la même idée depuis le début, la même obsession, celle des corps, des apparats aux apparences, de la mutation des objets, des transformations entre la vie et la mort, entre le vivant et l'inerte. En seulement trente ans, Valérie Belin a signé près de 45 séries photographiques à ce jour. Pour ne citer que quelques unes : Voitures (1998), la célèbre Bodybuilders en 1999, Les Transsexuels en 2001 ou encore Michael Jackson (2003), Black Womens II (2006), Painted Ladies en 2017 jusqu'à sa dernière en date titrée Reflection (2019). Multi-primée, exposée dans le monde entier, Valérie Belin a notamment reçu le Prix Pictet en 2015. 

En processus de création, on est perpétuellement en quête de sujets, et de choses. La photographie est un art du regard, ce n'est pas un art de l'objectivisation. Il transforme les choses et fait des choix. Le mouvement contredit la vision de la mort. 

Photo de gauche : Lady_Round_Brush (Painted Ladies), 2017 / Photo de droite : Beltline Burgers, Atlanta (Reflection), 2019
Photo de gauche : Lady_Round_Brush (Painted Ladies), 2017 / Photo de droite : Beltline Burgers, Atlanta (Reflection), 2019 Crédits : Valérie Belin Courtesy de l’artiste et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles

Née en 1964, Valérie Belin a suivi une formation à l'école nationale des Beaux-Arts de Bourges, avant de poursuivre des études de philosophie de l'art à la Sorbonne. 

Pendant mon enfance, l'art était un moyen d'échapper à l'ennui. J'ai intégré les Beaux-Arts sans trop me poser de question. Je n'étais pas totalement douée pour l'art. Qu'à cela ne tienne, c'était un challenge d'aller vers la difficulté. Il faut être un peu inconscient pour être artiste. Mes enseignants ont été des pierres angulaires à l'édifice de mon enseignement. Ils transmettaient une passion avec des arguments intelligibles. Mon premier professeur de photographie était très misogyne. Lorsque je suis revenue avec mes photos, il m'a dit que "ce n'était pas des photos de femme". C'était choquant mais déterminant pour la suite. 

L'art de l'entrelas pour aller vers l'humain

Elle expose pour la première fois son travail en 1994, à Paris, en présentant une série de photographies en noir et blanc, d'objets en cristal. Jusqu'à la fin des années 1990, Valérie Belin s'intéresse à l'objet, comme individualité expressionniste, soumis à un processus d'objectivation. C'est en 1999 que la figure humaine et la couleur apparaît dans son oeuvre avec la série des Bodybuilders. Elle s'engage alors dans une recherche sur les questions existentielles et identitaires de l'être. Son travail oscille entre les êtres et les choses, entre le vivant et l'objet, entre l'abstraction et l'incarnation frontale, entre l'organique et le sublime. Son oeuvre évolue au rythme des outils technologiques comme le manifeste ses dernières séries. 

Au début, ça m'était difficile de faire un portrait. Les objets ont été mes premiers personnages, et ils me permettaient de repeupler un univers qui était au point de non retour. Mon travail est issu du courant moderniste, qui se définit par le lien avec le médium. C'est la lumière qui fait l'objet de la photographie. Je suis intégrée dans la photo, je suis le médiateur. Le passage de l'objet à l'humain s'est fait par des chemins détournés. Je me situe toujours sur la limite entre montrer un objet et l'abstraction pure. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C'est en 1999 que la figure humaine et la couleur apparaît dans son oeuvre avec la série des Bodybuilders. Elle s'engage alors dans une recherche sur les questions existentielles et identitaires de l'être. Son travail oscille entre les êtres et les choses, entre le vivant et l'objet, entre l'abstraction et l'incarnation frontale, entre l'organique et le sublime. Son oeuvre évolue au rythme des outils technologiques comme le manifeste ses dernières séries.

Les bodybuilders sont des gens en représentation, en recherche de sublimation. Ce sont des êtres, qui sont entre l'humain et l'objet. Ils sont transparent, on voit l'intérieur de leur corps, c'est une des raisons inconscientes pour lesquelles j'ai été attirée. Ils sont dans une situation d’aliénation très forte, ils sont à côté d'eux-mêmes. C'est le pouvoir de destruction de l'image. 

Valérie Belin Bodybuilders II, 1999
Valérie Belin Bodybuilders II, 1999 Crédits : Valérie Belin Courtesy de l’artiste et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles

Pour aller plus loin

Toutes les séries photographiques de Valérie Belin, sont réunies sur son site officiel.

L'exposition Reflection, de Valérie Belin, est à voir au Victoria & Albert Museum à Londres, jusqu'au 31 août 2020. 

Reflection, une exposition de Valérie Belin à voir du 6 février au 4 avril 2020 à la Galerie Nathalie Obadia, à Paris. 

Valérie Belin est aujourd'hui représentée par la Galerie Nathalie Obadia. 

Bibliographie

Monographie de Valérie Belin

Valérie BelinValérie BelinGrafiche Damiani, 2017

Intervenants
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......