LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Charlie Hebdo peut-il continuer à diviser ?

2h31
À retrouver dans l'émission

« Tout est pardonné ». Une semaine après qu’on ait dit l’avoir tué, Charlie Hebdo est aujourd’hui ressuscité. Et quelle résurrection… Des dessins et chroniques des disparus, bien sûr, mais aussi des textes et des dessins des « survivants » comme ils se présentent eux-mêmes, qui ont voulu composer un numéro « normal ». Et normal, pour Charlie Hebdo, ça veut dire des caricatures assez peu catholiques du Pape et de Sœur Emmanuelle, des dessins de djihadistes, de François Hollande, d’Angela Merkel, des critiques de Manuel Valls et de ceux qui pourraient tenter de récupérer les événements de cette semaine… et puis, bien sûr cette une. « Tout est pardonné », écrit Charlie Hebdo, au-dessus d’un dessin de Mahomet, larme à l’œil, tenant une pancarte « Je suis Charlie ». Mais seulement trois jours après que des millions de français aient été « Charlie », les bonnes vieilles habitudes n’ont pas tardé à reprendre pour Charlie Hebdo, puisque dès hier, l’autorité musulmane égyptienne Dar al-Ifta a « mis en garde » contre la publication de ce dessin, qui serait une « provocation injustifiée pour les sentiments d’1,5 milliards de musulmans à travers le monde ». Charlie Hebdo, une provocation ? Voilà de quoi rassurer les contributeurs du numéro de cette semaine, dont beaucoup semblent presque craindre que Charlie Hebdo ne soit devenu en quelques heures bien trop consensuel.

Un des dessins de Louison
Un des dessins de Louison Crédits : Louison - Radio France

Alors, après avoir fait descendre des millions de français dans la rue, Charlie Hebdo peut-il, doit-il, continuer à diviser ? Mourrait-il vraiment s’il devenait consensuel ? Et puis, alors que c’est une nouvelle caricature de Mahomet qui est publiée aujourd’hui, faut-il un droit au blasphème pour que la tragédie de Charlie ne se reproduise plus ?

Un droit au blasphème, c’est ce que propose notre invité de ce matin Christophe Deloire, journaliste, documentariste,et depuis 2012 directeur général de Reporters sans frontières. Il milite pour que les autorités religieuses reconnaissent un droit au blasphème. Nous sommes aussi avec Alain Cabantous, professeur d'histoire moderne à l'université de Paris I, et auteur de l’Histoire du blasphème en Occident paru chez Albin Michel en 1998. Et puis, pour lire avec nous ce numéro de Charlie Hebdo et nous accompagner ce matin en dessins, nous sommes avec Louison, dessinatrice chez Marianne et Voici.

> Ce qui nous arrive demain avec Nicolas Martin : Big Bazar > ce qui nous arrive en musique avec Matthieu Conquet : Qui aime la musique : Philharmonie > Ce qui nous arrive avec Olivier Poivre d'Arvor
Extraits musicaux :

  • "Eau et gaz à tous les étages" de Serge Gainsbourg (1979)

  • "La Marseillaise" de Serge Gainsbourg (1979)

  • "Salva humanidade" de Tom Zé (2014)

Intervenants
  • Secrétaire général de Reporters sans Frontières
  • Dessinatrice chez Marianne et Voici
  • Historien, professeur émérite d'histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......