LE DIRECT
La sculpture "Balloon Dog" de Jeff Koons au Centre Pompidou le 25 November 2014.

Jeff Koons : 'J'essaye d'amener les gens à un certain point de vue. Et je suis responsable jusqu'à ce point-là de tout sentiment, toute émotion.".

2h32
À retrouver dans l'émission

La première grande rétrospective en Europe de l’œuvre de l’artiste américain Jeff Koons vient de s'ouvrir au Centre Pompidou, où les Matins sont en direct aujourd’hui en présence du célèbre plasticien.

La sculpture "Balloon Dog" de Jeff Koons au Centre Pompidou le 25 November 2014.
La sculpture "Balloon Dog" de Jeff Koons au Centre Pompidou le 25 November 2014. Crédits : Sabine Glaubitz - Getty

En 2008, le premier voyage en France de ses œuvres les plus connues, on peut citer le Balloon Dog, ce chien en ballon géant, le Homard suspendu, ou encore la statue en porcelaine de Michael Jackson et de son singe, ce premier voyage donc ne s’était pas fait sans bruit. Les œuvres de Jeff Koons avaient été exposées au Château de Versailles, et du Roi soleil au roi du Kitsch, certains craignaient un léger choc des cultures… « Jeff Koons s'est fait connaître en montrant son sexe et présenter ses œuvres est un outrage à Marie-Antoinette », argumentait Arnaud-Aaron Upinsky, le chef de file des dubitatifs de 2008.

Alors qu’en sera-t-il six ans plus tard au Centre Pompidou ? Car si Jeff Koons est devenu en 2013 l’artiste vivant le plus cher au monde, il n’y a pas que Marie-Antoinette qu’il dérange. Certains voient en lui un simple provocateur, et d’autres au contraire une fois devant ses œuvres se rendent à l’évidence, Jeff Koons est un des artiste les plus considérables des XXe et XXIe siècle. Un homme d’affaires certes mais un artiste, dans la tradition de l’entertainment américain. Nous avons tous jusqu’au 27 avril pour venir se faire ici une idée, au milieu de la centaine de peintures et sculptures de Jeff Koons exposées, des aspirateurs Hoover aux fameuses sculptures en acier inoxydé, les ballons de basket en passant même par une salle interdite aux moins de 18 ans dédiée aux œuvres de Jeff Koons le mettant en scène avec son ancienne épouse, la Cicciolina.

Quel message faut-il voir dans l’œuvre de Jeff Koons ? Y a-t-il une ironie cachée ? Et ici, au Centre Pompidou, au milieu de la plus grande collection d’art moderne et contemporain d’Europe, quelle place et quel rôle peut-on attribuer à Jeff Koons dans l’histoire de l’art ?

Toutes ces questions, nous les évoquons avec Jeff Koons , qui est notre invité ce matin. Et nous sommes aussi avec Alain Seban,  le Président du Centre Pompidou depuis 2007, et avec Fabrice Bousteau , directeur de la rédaction de Beaux Arts Magazine.

Écouter
18 min
Jeff Koons invité des Matins le 27/11/2014 (1/2)

J'essaye de continuer à être ce que je suis, à devenir ce que je suis, d'être le meilleur être humain que je puisse être. Et être le meilleur artiste. Pendant les décennies passées à travailler comme artiste, j'ai compris  que vous pouviez vous libérer et faire ce qui est important pour vous-même. L'important c'est d'exercer cette liberté dans la vie. Jeff Koons

L'entretien se poursuit avec un parallèle entre son art et celui du ready-made de Marcel Duchamp dont la collection est située à côté de la rétrospective de Jeff Koons. Il explique se sentir appartenir à la même famille d'artistes, "Duchamp c'est un grand-père pour moi", affirme t-il et il voit une continuité dans son travail artistique. Il parle d'un "dialogue" avec l’œuvre Duchamp et, lui, proposerait un rapport plus "biologique" dans sa création d'où "l'on peut sentir la connexion avec l'humanité".

Écouter
23 min
Jeff Koons invité des Matins le 27/11/2014 (2/2)

En ce qui concerne la critique, je ne crois pas au jugement. C'est très simple et très aisé de rabaisser les gens mais si vous êtes dans le soutien, si vous savez accepter dans votre vie, alors tout doit pouvoir jouer l'un avec l'autre. Il n'y a pas de ségrégation, il n'y a pas de différence, tout peut être incorporé, inclus. C'est le fait de savoir si l'on peut accepter les choses pour leurs valeurs intrinsèques, quelle que soit cette chose.

L'artiste américain dit ne pas vouloir s'occuper des objets comme le faisait Marcel Duchamp avec ses ready-made, mais s'occuper des individus et c'est dans cette direction qu'il a "mis en place [son] œuvre". "C'est au sujet de nous-mêmes", voilà de quoi parle son art.

Où se produit l'art, ce n'est pas à la surface des objets, ni à l’intérieur de l'objet. L'art se produit à l'intérieur de la personne qui voit l'art... Jeff Koons

Jeff Koons explique vouloir provoquer des sensations avec son art, c'est son but, "c'est la récompense" quand "l'art transforme votre vie". Cela peut se faire sous forme d'un choc, mais lui il chercherait plutôt "les lumières", "le dialogue".

Au cours de l'entretien, il livre son opinion sur l'accessibilité de l'art à notre époque et sur la relation entre argent et art. Il ne trouve pas que l'argent soit "une valeur" dans l'art, ce n'est pas cela qu'il recherche par exemple en collectionnant les tableaux de Courbet.

Moi, je trouve la pertinence et la valeur de Courbet chaque jour dans ma vie. C'est tellement riche, ça vous illumine tellement et ça a une telle valeur pour moi mais je ne trouve pas que l'argent soit une valeur, ce n'est pas ça la valeur. Jeff Koons

> Ce qui nous arrive demain avec Nicolas Martin : Le satellite qui venait du froid
> Ce qui nous arrive en musique avec Matthieu Conquet : Etienne Jaumet, la Visite : dada et psyché
> Ce qui nous arrive avec Jean Birnbaum en partenariat avec le journal Le Monde des livres
Extraits musicaux : 

  • Applause" de Lady Gaga (2013)
  • "An Eloquent" de Shaka Ponk (2014)
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......