LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Qatar : le double jeu ?

2h31
À retrouver dans l'émission

Rachat du PSG, Al Jazeera bientôt en français, acquisition dans l’industrie de luxe mais aussi dans les quartiers sensibles, Coupe du monde 2022… la liste des investissements du Qatar est longue et ne s’arrête pas là. France Culture enquête sur la volonté de puissance de l’émirat du Golfe ce vendredi 22 mars.

"Comment une nation aussi petite que l'Irlande peut-elle jouer un tel rôle sur la scène mondiale"? Président Kennedy

Références musicales : Yas - "Gamil" extrait de l'album "arabology"

Willy Le Devin

Journaliste, spécialiste de la banlieue.

Signe les articles sur les liens entre le Qatar, les banlieues et l’islam de France ?

Mohammed El Oifi

Politologue, spécialiste des medias et des opinions publiques dans le monde arabe, enseigne à l’Institut d’études politiques de Paris et à la Sorbonne-Nouvelle Paris III. Spécialiste d’Al Jazeera

Co-auteurs de Qatar, les nouveaux maitres du jeu (Demopolis)

Jean-Marie Fardeau

Directeur du bureau français de Human Rights Watch

Les dossiers des Matins, par Christophe Payet et Tanguy Blum :

Pour la diplomatie française, il ne fait aucun doute que la "relation privilégiée" entretenue entre la France et le Qatar doit être approfondie, dans tous les domaines. Ecoutez Jean-Christophe Peaucelle, ambassadeur de France au Qatar , interrogé par Christophe Payet (@christophepayet) :

Écouter
1 min
Écouter

- Le Soft Power du Qatar

La puissance de ce tout petit Etat qu'est le Qatar, aujourd'hui : c'est le Soft Power, à commencer par la télévision...

Leur outil d'influence le plus visible c'est bien sûr Al Jazeera. La chaîne crée en 1996 par l'émir est la vitrine du pays dans l'ensemble du monde arabe. C’est plus de 400 journalistes dans une soixantaine de pays. On lui prête même d’avoir eu de l’influence sur les printemps arabes. Et les journalistes de la chaine contribuent, malgré leur professionnalisme reconnu, à servir la diplomatie d'influence du Qatar.

Mohamed Krishen, présentateur vedette d’Al Jazeera , joint à Doha par Christophe Payet :

Écouter
1 min
Écouter

Désormais le rayonnement d’Al-Jazeera ne s'arrête absolument pas au monde Arabe. Une version Anglophone de la chaine a été lancée en 2006. Et cette semaine, le directeur du groupe a confirmé qu'une chaine francophone verrait prochainement le jour.

Ecoutez toujours le présentateur Mohamed Krishen, d'Al Jazeera , interrogé par Christophe Payet :

Écouter
58 sec
Écouter

Le français est loin d’être anecdotique dans la stratégie d’influence du Qatar. D'ailleurs le pouvoir qatari se montre volontiers francophile. Le Qatar a même intégré l’organisation internationale de la francophonie le 13 octobre dernier.

Politiquement c’est loin d’être anodin. Ecoutez Clément Duhaime, administrateur de l’organisation internationale de la Francophonie , interrogé par Christophe Payet :

Écouter
1 min
Écouter

En off, un diplomate explique tout de même que le comité chargé de l’examen de la candidature qatari avait recommandé un simple statut d’observateur. Mais ce sont les Etats membres qui votent souverainement. Et en fait, les Etats africains ont massivement voté pour que le Qatar devienne membre associé de la Francophonie, sous l’influence d'un intense lobbying...

Le lobbying qatari c’est aussi dans ce que l’on appelle le smart power. C'est à dire l'éducation et la recherche. L’émir du Qatar a créé en 1995 la Qatar Foundation. Elle a financé un campus à Doha, qui accueille huit universités étrangères, dont la prestigieuse école française HEC.

Bernard Ramanantsoa, directeur d'HEC, interrogé par Tanguy Blum (@tacbloom) :

Écouter
1 min
Écouter

- Les droits de l'Homme au Qatar
Le soft power du Qatar passe aussi évidemment par le sport, et la préparation de la coupe du monde 2022 se fait à l’encontre des droits de l’homme, et notamment des droits du travail…

Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération Syndicale Internationale, se penche activement sur les droits des travailleurs du Qatar. Elle explique que si les travailleurs Qataris sont parmi les personnes les plus riches du monde, les travailleurs immigrés sont traités comme des esclaves…

Au Qatar, il y a environ 200 000 Qataris et 1 million 500 000 immigrés. Les immigrés représentent donc près de 90 % de la population.

Sharan Burrow, de la Confédération syndicale internationale, interrogée par Tanguy Blum :

Écouter
1 min
Écouter

Le processus de recrutement des travailleurs immigrés est fondé sur le parrainage. Si vous êtes Pakistanais par exemple, vous signez un contrat avec un « sponsor » ou un « parrain », avant de venir au Qatar. Une fois sur place, ce sponsor est censé vous protéger et garantir le respect de votre contrat de travail. Le problème, c’est que le sponsor, c’est le chef de l’entreprise dans laquelle vous venez travailler, ce qui donne lieu à de nombreux abus.

Tanguy Blum a recueilli le témoignage d'une travailleuse immigrée au Qatar . Elle a souhaité rester anonyme. Elle a 29 ans, elle est venue à Doha depuis les Philippines, et son travail consiste à amener des enfants à l’école puis à les ramener chez eux. Ces enfants, ce sont ceux de travailleurs immigrés plus qualifiés : des ingénieurs ou des managers qui travaillent pour QAFCO. QAFCO, c’est la plus grosse entreprise d’engrais chimique au monde, basée au Qatar.

Son témoignage :

Pour cette travailleuse immigrée au Qatar, la contestation est impossible, sous peine de se voir renvoyer chez elle :

Mais les droits de l’Homme ne concernent pas que les travailleurs, ils concernent aussi la liberté d’expression. Il y a un cas emblématique de cette absence de démocratie au Qatar : c’est le poète Mohamed Al-Ajami. Il a été arrêté le 16 novembre 2011 pour avoir lu un poème. Il a d’abord été condamné à perpétuité en première instance pour « atteinte aux symboles de l’Etat et incitation à renverser le pouvoir ». En appel, sa peine a été réduite à 15 ans.

L’affaire doit maintenant passer devant la cour suprême, qui va statuer sur la forme et non sur le fond.

Pour le poète, c’est l’audience de la dernière chance. Mais son avocat n’est pas du tout optimiste et voudrait saisir cette opportunité pour démontrer les dysfonctionnements de son pays.

Christophe Payet a contacté à Doha l'avocat du poète, Mohammed Neijib al-Naimi :

Écouter
1 min
Écouter

> Découvrez notre dossier complet sur journée spéciale Qatar

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......