LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Réforme du collège : les enseignants ont-ils voix au chapitre ?

2h31
À retrouver dans l'émission

En ce mercredi 19 mai, les enseignants hostiles à la réforme du collège sont en grève. Après avoir entendu les politiques et les intellectuels s’exprimer sur le sujet, place aux enseignants qui mettront en application cette réforme. Partagent-ils le constat largement répandu d’un collège en échec ? Pensent-ils que cette réforme va dans le sens d’une baisse des inégalités ? Pourquoi l’école semble-t-elle si difficilement réformable ?

Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Education Nationale
Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Education Nationale Crédits : Philippe Wojazer - Reuters

En 2014, 19.5% des élèves de 3e étaient incapables de résoudre un problème de mathématiques de niveau CM2. C’est le résultat d’une étude du Ministère de l’Education Nationale publiée ce dimanche. C’est presque 5 points de plus qu’en 2008. Si l’on ajoute à cette récente information la 25e position de la France au classement PISA des 65 pays de l’OCDE, le constat semble des plus inquiétants.

Qualifié de « maillon faible » du système éducatif français, le collège est donc en première ligne. Dans le but affiché de contrer cette chute libre, la Ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem a présenté le 11 mars dernier sa réforme du collège immédiatement sous le feu des critiques. Deux mois plus tard, la contestation bat toujours son plein. Les enseignants opposés à cette réforme sont d’ailleurs dans la rue aujourd’hui même.

Après avoir entendu les politiques et les intellectuels de tous bords, place à ceux qui devront mettre en application cette réforme, les enseignants eux-mêmes. Partagent-ils le constat largement répandu d’un collège en échec ? Voient-ils dans l’accroissement de leur autonomie un signe de confiance ? Pensent-ils que cette réforme va dans le sens d’une baisse des inégalités ? Pourquoi l’école semble-t-elle si difficilement réformable ?

Ce sont quelques unes des questions que nous poserons à nos nombreux invités de ce matin. Nous recevons Marie Desplechin, écrivaine, Bruno Riondel, professeur d’histoire dans l’enseignement secondairequipublie le 20 mai « Considérations inconvenantes, sur l’école, l’islam et l’histoire en France à l’heure de la mondialisation » (Editions du Toucan), Claire Krepper ,secrétaire Nationale de l’UNSA, Marie-Caroline Le Gall, professeure de Français dans un collège en Seine-Saint-Deniset Claude Seibel, inspecteur général honoraire de l’INSEE.

> Ce qui nous arrive demain avec Nicolas Martin : Oh, un nouveau bocal ! > Ce qui nous arrive en musique avec Matthieu Conquet : Róisín Murphy et ses jouets imberbes > Ce qui nous arrive avec Bertrand de Saint-Vincent en partenariat avec Le Figaro

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......