LE DIRECT

Sur l'Europe et l'Euro, émission en direct de Bruxelles

2h36
À retrouver dans l'émission

**> Découvrez notre dossier spécial sur la zone euro en question**
<source type="image/webp" srcset="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAfACoDASIAAhEBAxEB/8QAGAAAAwEBAAAAAAAAAAAAAAAAAgMEAQD/xAAmEAACAQIFAwUBAAAAAAAAAAABAgADEQQSITFBE1FhFTJScZGh/8QAFgEBAQEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAEC/8QAGBEBAQEBAQAAAAAAAAAAAAAAABEBEiH/2gAMAwEAAhEDEQA/AMBgZ2LEAbQVcnicy3Y8RmkipqgNMLzEM5DWAiS7ot9xCqEm3cy5voaCba7zrwAr6KTqZhSpfcxSEYZnY2yk ZX0nt7TJ6GLSkMrXH1KRj0K5VJt5EzVifEAqAJpuHSMrVVdNdeJqoCq3G0nS8jXWrcnaO6ifE/kQaoo6k/yB6gvc/kdEf/Z "data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/5cb4d71e-008e-11e1-9fc1-842b2b72cd1d/838_marc.webp"class="dejavu"><img src="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAfACoDASIAAhEBAxEB/8QAGAAAAwEBAAAAAAAAAAAAAAAAAgMEAQD/xAAmEAACAQIFAwUBAAAAAAAAAAABAgADEQQSITFBE1FhFTJScZGh/8QAFgEBAQEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAEC/8QAGBEBAQEBAQAAAAAAAAAAAAAAABEBEiH/2gAMAwEAAhEDEQA/AMBgZ2LEAbQVcnicy3Y8RmkipqgNMLzEM5DWAiS7ot9xCqEm3cy5voaCba7zrwAr6KTqZhSpfcxSEYZnY2yk ZX0nt7TJ6GLSkMrXH1KRj0K5VJt5EzVifEAqAJpuHSMrVVdNdeJqoCq3G0nS8jXWrcnaO6ifE/kQaoo6k/yB6gvc/kdEf/Z " alt="Marc Voinchet et Quentin Dickinson" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/5cb4d71e-008e-11e1-9fc1-842b2b72cd1d/838_marc.jpg" width="800" height="600"/>
Marc Voinchet et Quentin Dickinson Crédits : N. Lopès

                                                                                                            <em itemprop="copyrightHolder">Radio France</em></span></figcaption></figure> 

« Chaque avancée de l’Europe s’est faite à l’occasion d’une crise. Plus celle-ci était profonde, plus les progrès de la construction européenne ont été importants. Alors, aujourd’hui, il y a toutes les raisons d’espérer… », disait il y a quelques jours Joshka Fischer, ancien ministre Vert des affaires étrangères allemand (cité dans l’edito du Monde, 26/10/11). C’est effectivement l’une des crises les plus importantes de son histoire qu’est en train de vivre l’Union Européenne : les difficultés financières de certains pays de la zone euro sont en train de mettre à mal la stabilité de l’Europe dans son ensemble, par un phénomène de contagion dans lequel les banques jouent un rôle fondamental. Alors que le parlement allemand avait hier laissé les mains libres à Angela Merkel pour négocier avec ses partenaires européens au cours du sommet de la zone euro, reste-t-il des raisons d’espérer une sortie de crise « par le haut » ?

Michel Barnier
Michel Barnier Crédits : N. Lopès - Radio France

Notre invité, Michel Barnier , ancien ministre des Affaires Etrangères (2004-2005) et de l’Agriculture et de la Pêche (2007-2009), est, depuis février 2010, commissaire européen chargé du marché intérieur et des services. Au lendemain du sommet de la zone euro qui avait notamment pour objectif d’apporter des solutions claires aux difficultés économiques de la Grèce et de l’Italie, il nous aidera à comprendre si l’avenir de l’Europe s’est éclairci au cours des dernières heures…

Intervenants
  • Commissaire européen au Marché intérieur et aux Services
À venir dans ... secondes ...par......