LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le théâtre sait-il philosopher ?

1h
À retrouver dans l'émission

Emission qui va, aujourd'hui, naviguer dans les hauteurs. Hauteur de la pensée convoquée dans l’enceinte du théâtre, avec Gilles Deleuze et hauteur du théâtre slalomant sur une pensée virtuose avec Pirandello. Deux invités sont avec nous pour traiter de ce théâtre penseur, de ce théâtre philosophe, de ce théâtre philosophant : Robert Cantarella et Marie José Malis. Marie José Malis, metteur en scène de « On ne sait comment », pièce méconnue de l’auteur italien, Pirandello. Pièce vertigineuse, où se déploie un dialogue serré entre vérité et mensonge, réel et apparence, illusion et certitude. Marie José Malis, chef de troupe de la compagnie La Levantina, signe un travail remarquable qui rend compte de toute la dialectique déployée par Pirandello dans une fausse comédie de couples adultères. Sous sa coupe, ce qui pourrait passer pour une farce légère se leste d’une gravité logée à chaque coin de phrase. Travail d’orfèvre qui donne à la représentation un poids étonnant, une tournure passionnante.Robert Cantarella, metteur en scène, ex directeur du 104, aujourd’hui rendu à la liberté et qui use de cette liberté pour se livrer à une surprenante performance. Chaque premier lundi du mois, pendant un an, Cantarella « fait le Gilles ». Devenu acteur du lundi, il dit les mots de Gilles Deleuze et s’apprête à livrer ainsi l’intégralité du séminaire du philosophe sur « L’image, le mouvement et le cinéma » dans des séances aux durées variables devant des spectateurs qui prennent, fait extraordinaire, des tas de note pendant la représentation. Ce qui réunit Marie-José Malis et Robert Cantarella, c’est une certaine idée du théâtre comme vecteur d’intelligence et générateur de pensées. Là où Marie José Malis écrit : « la pensée est difficile, exigeante, violente, mais elle est joie ». Robert Cantarella pourrait répondre : « Si l’humain se pense, c’est qu’il peut se voir faire. Le théâtre est un des noms donnés à cette opération. En y allant, on peut assister à la parole en train de traverser des corps vivants, comme nous, et ainsi déployer des comportements, des attitudes, des langages encore inouïs ». Pour Marie José Malis et Robert Cantarella, le plaisir théâtral, c’est l’émotion, mais c’est aussi, (surtout ?) l’excitation intellectuelle que l’on éprouve à réfléchir à plusieurs, la jouissance de la compréhension ou de l’apprentissage. Un théâtre qui pense, un théâtre où ca pense, un théâtre où l’on pense, ce n’est pas, forcément, comme on l’entend parfois, un théâtre rébarbatif, élitiste ou arrogant. Pourquoi ce malentendu et comment concilier (réconcilier ?) théâtre et philosophie, théâtre et pensée ? C’est l’objet de notre émission a laquelle participera, comme chaque semaine, l’une de nos jeunes chroniqueuses. Et c’est Alice Ramond qui nous a rejoint."

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......