LE DIRECT

Les Festivals de jeune création: alibi ou tremplin ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Yves-Noël Genod
Yves-Noël Genod
Jean-Noël Genod ©Kael t Block pour Têtu / Théâtre de Gennevilliers TJCC Il y a beaucoup de monde aujourd’hui autour des micros de France Culture pour discuter de la légitimité et de la nécessité de ces festivals « Jeune création », festivals avec ou sans argent, avec ou sans prix décerné, avec ou sans visibilité médiatique et publique, mais qui, de mai à juin, essaiment un peu partout en terre théâtrale. L’histoire bien sûr ne date pas d’aujourd’hui. Il y a eu "Théâtre en mai", à Dijon, créé par François Le Pillouer, "Turbulences", mené de main de maître par Claudine Gironès, "Berthier", à l’Odéon, initié par Georges Lavaudant. "Premières" n’est pas né au TNS de Strasbourg avec l’arrivée à la direction de Julie Brochen mais avec celle son prédécesseur, Stéphane Braunschweig. On le voit bien : quel que soit le directeur des structures, s’il y a bien une permanence dans la politique artistique menée, c’est ce désir de Festival. A l’approche de l’été, les maisons grandes et petites sont prises du besoin d’aider, à leur façon, les compagnies émergentes, les metteurs en scène à la marge, les inconnus, les futures stars. Pourquoi cette floraison ? Pourquoi attendre si tard dans la saison ? Qui est convié à la fête et qui lance les invitations ?Réponses croisées dans les Mercredis du théâtre avec les interventions enregistrées d’**Agnès Troly** , programmatrice du Festival "Impatience", organisé en juin par l’Odéon, Théâtre de l’Europe, et les prises de parole en direct de **Julie Brochen** , en duplex depuis Strasbourg ou, cette année, le Festival "Premières" n’aura pas lieu, faute de moyens, de **Laurent Goumarre** , grand manitou du festival "Tjcc" (Très jeunes créateurs contemporains), initié à Gennevilliers sur un temps volontairement lapidaire (trois jours), de **Colette Nucci** , responsable du Théâtre 13 à Paris, où la sixième édition du "Prix Théâtre 13 des jeunes metteurs en scène" s’apprête à se dérouler pendant 20 jours. Et puis nous accueillons aussi dans cette émission **Thomas Jolly,** metteur en scène, détenteur du Prix Public 2009 décerné par l’Odéon dans le cadre d’Impatience pour son travail sur Toa, de Sacha Guitry. **Joëlle Gayot**
Festival "Impatience " à l'Odéon
Festival "Impatience " à l'Odéon
Festival "Impatience " à l'Odéon ©Odéon **AGENDA** "[Impatience](http://www.theatre-odeon.fr/fr/la_saison/les_spectacles_2010_11/impatience/accueil-f-361.htm)", festival de jeunes compagnies, se déroule du 9 au 18 juin 2011 entre les Ateliers Berthier du Théâtre de l’Odéon, l’Odéon 6ème arrondissement lui-même et le Centquatre à Paris, devenu cette année partenaire de l’opération. A signaler, donc, dans ce festival la présentation entre autres d’un spectacle de Grégoire Strecker, "Des couteaux dans les poules", ce sera les 14 et 15 juin à Berthier. Mention spéciale également pour "Villégiature", de Goldoni, mis en scène par Thomas Quillardet qui sera présenté au théâtre de l’Odéon les 11 et 12 juin 2011.Le festival "[TJCC](http://www.theatre2gennevilliers.com/index.php/10-tjcc/le-festival-tjcc-4eme-edition.html)", proposé par Laurent Goumarre à Gennevilliers, ouvre ses portes demain 26 mai et se tient sur une durée relativement courte : trois jours, jusqu’au 28 mai. Vous y verrez des spectacles venus du Japon de Finlande et de Suède et des propositions françaises, parmi lesquelles celle de l’un des artistes les plus iconoclastes et les plus réjouissants de la scène alternative actuelle : Yves Noël Genod.Quant au "[Prix Théâtre 13, jeunes metteurs en scène](http://www.theatre13.com/2010_theatre.php?id=23)" qui en est à sa sixième édition au Théâtre 13, il va avoir lieu du 10 juin au 30 juin et permettra de voir les spectacles finalistes 2011. On entendra des textes de Jean Luc Lagarce, "Juste la fin du monde", mis en scène par samuel Theis, des textes de Horvath, Christopher Marlowe, Balzac et, plus innattendu mais c’est une bonne nouvelle, une pièce de Jean François Sivadier, "Italienne Scène", mis en scène par Victorien Robert.
Prix  Théâtre 13 jeunes metteurs en scène
Prix Théâtre 13 jeunes metteurs en scène
Prix Théâtre 13 jeunes metteurs en scène ©Théâtre 13 Et enfin, **Thomas Jolly ** poursuit sa route de metteur en scène avec un travail sur Shakespeare, ambitieux, très ambitieux, autour de "Henry VI" qu’il va développer sur plusieurs mois.A Strasbourg, à défaut de festival, ce sont les jeunes élèves de l’école, le [groupe 39](http://www.tns.fr/fr/ecole/presentation/programme-2010-2011/page-2.html) précisément qui montrent au public leur Atelier spectacle de sortie de Groupe. Atelier dirigé par Jean Pierre Vincent et Bernard Chartreux qui va se dérouler en deux temps : vous verrez ainsi "Fragments Woyzeck", de Buchner, suivi de "Grand Peur et misère de IIIe Reich", de Brecht. Un atelier proposé du 9 au 16 juin à Strasbourg qui vient ensuite en banlieue parisienne, du 23 au 29 juin à Aubervilliers.Depuis le 20 mai et jusqu’au 30 mai, le 4ème arrondissement de Paris soumet à la curiosité de ses riverains un festival jeune public, qui se déroule dans les lieux de patrimoine et d’histoire de l’arrondissement. De 1 à 11 ans, les petits enfants pourront assister à 9 spectacles conçus tout spécialement pour eux. Ils pourront applaudir de la musique, des marionnettes, du nouveau cirque, écouter des contes, apprécier des jongleurs et des danseurs. C’est l’association "Ere de Jeu", très efficace dans le registre jeune public qui a monté l’opération. Titre de la manifestation : "[O 4 vents](http://www.o4vents.fr/o4vents/accueiledito.html)".En région, depuis le 10 mai et jusqu’au 21 juin, se déroule la sixième édition d’un festival très original, le "[Festival de Caves](http://www.culture-besancon.fr/festival-de-caves)". Ce festival se déroule dans des caves de particuliers et d’institutions. Un côté un peu clandestin et sauvage qui donne toute leur saveur aux 16 spectacles représentés devant un public restreint, dans plus de 20 villes situées entre Strasbourg et Lyon. Guillaume Dujardin, initiateur de cette opération singulière, joue la carte du théâtre hors les murs, d’un théâtre d’urgence et de proximité qui croisera théâtre, musique et poésie. Parmi les auteurs convoqués : Arthur Rimbaud, Georges Tabori, Howard Baker, ou encore Ovide, Gide, Rousseau et Dante. Ca bouge aussi du côté du cirque. L’Académie Fratellini propose les 28 et 29 mai : "Les [Impromptus](http://www.academie-fratellini.com/)", une "mise en bringue" signé Philippe Fenwick. Mise en bringue plutôt que mise en scène pour un concentré explosif réunissant les artistes accueillis en résidence à l’Académie, cette sublime cathédrale de bois implantée en banlieue nord, à la Plaine Saint Denis.Du côté de [Théâtre Ouvert](http://www.theatre-ouvert.net/hp.php), on joue la carte de l’esquisse et de la fragilité des projets avec tout de même aux manettes un maître de la mise en scène ; Alain Françon dont on peut voir à la Madeleine sa version de "Fin de Partie", de Beckett, s’est aussi intéressé au texte d’un jeune auteur très doué, Nicolas Doutey. Il signe donc la mise en espace de "Je pars deux fois" et de "Jour", texte interprété par deux très beaux acteurs : Rodolphe Congé et Laetitia Spigarelli. La mise en espace, qui annonce, souhaitons le, un travail plus abouti à venir dans les mois qui viennent, donnera lieu à une unique représentation le lundi 30 mai à 19 h à Théâtre Ouvert. On se transporte maintenant du côté de la mer, des vacances qui approchent. Du 9 au 13 juin, l’Ile de Ré s’offre son festival. Il s’intitule "[Passe-Porte](http://www.festivalpasseportes.com/)". C’est la troisième édition. Il est né de la passion conjuguée de sa fondatrice Catherine Swagemakers pour le théâtre et le village des Portes En Ré où elle vit depuis 30 ans. Pendant 4 ou 5 jours, des nouveaux talents et des artistes confirmés présentent leur travail au public et à des professionnels. Un prix sera décerné à l’une des jeunes compagnies. On trouvera dans ce festival un spectacle signé Frédéric Ferrer dont nous vous parlions il y a peu, on entendra un texte de Lars Noren, "Démons", on assistera à des comédies, des créations collective. Tout cela promet d’être passionnant ! A suivre de près si vous avez la chance d’habiter dans les parages.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......