LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Robert Cantarella / Christian Schiaretti

1h
À retrouver dans l'émission

Robert Cantarella
Robert Cantarella
Robert Cantarella © RF / EG Pour cette émission, tout est parti d'une phrase : *"Ce sont des humains qu'il nous faut"* . Une phrase à déplier comme un livre à ouvrir. Une phrase que **Robert Cantarella** , (metteur en scène, co-directeur avec **Frédéric Fisbach** de ce fameux et encore en fabrication *"104 rue d'Aubervilliers"* ), a choisie en guise de titre pour un ouvrage publié par les éditions Théâtrales, ouvrage-mémoire, somme d'une expérience menée pendant six ans, à Dijon, en tant que directeur du Centre Dramatique National. Un autre temps... Ce livre-témoignage est aussi une boîte, dans laquelle on trouve un passé, des souvenirs, une famille, un avenir. On y croise une équipe artistique, des auteurs, des principes de mise en scène, du concret et de l'abstrait, des scènes de théâtre sens dessus-dessous, des photos de décors, des photos de comédiens, des photocopies et des lettres, des notes sur des textes classiques, des réflexions dramaturgiques et déjà, nous dit-on, l'amorce, le reflet, le pendant littéraire d'un projet encore en chantier mais qui prend vie, de plus en plus, le *"104 rue d'Aubervilliers"* . Ce soir, **"Sur Scènes"** invite **Robert Cantarella** pour parler de ce livre, des journées de rencontres qui en découlent (hier à Paris, bientôt à Avignon), et on se retrouve à faire le grand écart entre *"Hyppolite"* de **Garnier** , et une forme nettement plus expérimentale et performative à l'intitulé intriguant, *"Aura comprise"* : deux faces d'un travail proposé en juillet, par l'artiste, en Avignon. Avant cela, on aura fait un tour par Lyon, via le téléphone, au bout duquel un autre metteur en scène nous attend. **Christian Schiaretti** . Même génération que Cantarella. Même boulimie de travail. Même exigence artistique, mais les esthétiques empruntées et les trajets parcourus sont plus que divergents. Christian Schiaretti directeur du **Théâtre National Populaire de Villeurbanne** , c'est le garant de ce que le service public, côté décentralisation, a de plus emblématique. C'est aussi, pour ce qui nous occupe aujourd'hui, le passeur volontaire et décidé d'une mémoire : celle de **Paul Claudel** , dont ce week-end, le château de Brangues va réanimer la langue. **Les Rencontres de Brangues** : trois jours de débats, discussions, échanges, lectures, mises en scènes, pour honorer l'auteur du *"Soulier de Satin"* . Trois jours de conversations, de passation et de transmission qui sont la face visible et spectaculaire d'un projet beaucoup plus ambitieux dont Christian Schiaretti, président de *l'Association pour un centre culturel de rencontres à Brangues* va, vraisemblablement, nous parler... Bref, ce soir, **"Sur Scènes"** commence par **Paul Claudel** et son souvenir entretenu dans le château où il est mort au coeur de la région Rhones-Alpes, pour finir par le *"104, rue d'Aubervilliers"* , un lieu où (presque) tout est à faire, un pur chantier, avec **Robert Cantarella** que le **Festival d'Avignon** accueille, en ses murs, à deux reprises dès le mois de juillet. **Joëlle Gayot**
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......