LE DIRECT

Christiane Taubira au marché de Cayenne

4 min
À retrouver dans l'émission

Depuis la Loire où il est en reportage pour "Libération", Jacky Durand s'adresse à Christiane Taubira.

Avant d'aller taquiner la friture d'eau douce, j'ai eu envie d'écrire un petit mot à Christiane Taubira. 

Chère Madame, quand j'ai appris que vous étiez l'invitée de cette matinale, je me suis souvenu d'un article sur vous où il était question de nourriture. Mais impossible de remettre la main dessus. Je me suis donc adressé aux bonnes fées de la documentation de Libération qui sont plus affûtées que le KGB, la CIA et la DGSE réunies. Et vous savez quoi ? Elles l'ont retrouvée l'aiguille dans la botte de foin de ma mémoire.

Il s'agit d'un article paru dans Paris-Match du 1er au 8 janvier 2014. Vous êtes madame la ministre de la Justice de retour pour les fêtes de fin d'année dans votre Guyane natale. Vous posez à la pointe Buzaré, pieds nus sur les rochers, le vent souffle dans vos cheveux et vous avez un drôle de petit panier à la main, pas vraiment pratique pour faire les courses qu'on se dit. Pourtant, on vous retrouve sur une photo au marché de Cayenne. Faut qu'on vous dise, on a une vrai tendresse pour les story photos dans les magazines people. Même si on se dit parfois que la vie doit être moins simple que dans les mises en scènes lêchées pour Leïca et Kodachrome.

Mais vous savez comme c'est la vraie vie, le diable se loge dans les détails. Ainsi dans l'article de Paris Match, il y a une photo pleine page de vous avec vos sœurs Nicole et Monique dans la cuisine de Nicole. La légende dit de vous : « Ici, elle retrouve des plaisirs simples : préparer un colombo avec ses deux soeurs ».

Bon, le coup des « plaisirs simples », on connait depuis un bail et cette communication politique qui dit, il ou elle qui font la une des journaux sont comme vous. Il ou elle aime comme vous un carré de chocolat avec une gorgée de Bordeaux ; faire la sieste le samedi après-midi et chanter du Johnny sous la douche. C'est ainsi qu'on nous a fait gober Giscard jouant de l'accordéon, Mitterrand et ses chaussures de randonnée neuves pour gravir la roche de Solutré ; Sarkozy faisant son jogging en s'agitant comme un papillon de nuit sous un néon.

Donc, madame Taubira, on ne sait pas si vous êtes une cordon bleu du colombo ou pas. Mais ce qu'il y a de sûr, c'est que votre main en train de touiller ce plat des Antilles ne fait pas semblant. Vous êtes à côté de la marmite qui a visiblement des dizaines d'heures de vol au dessus de la cuisinière. Tout en touillant le frichti, vous avez la tête tournée vers vos sœurs. Vous êtes visiblement en train de tailler une bavette.

Il y a dans cette photographie, une évidence qui ne trompe pas : celle de la cuisine qui rassemble, qui célèbre les retrouvailles, qui raconte des histoires de familles. On est loin ici de la cuisine immaculée où l'on pose à côté d'une coupe opulente de fruits et d'une cafetière à expresso rutilante. On est ici dans le petit bordel délicieux de l'intime, des confidences et des souvenirs.

Intervenants
  • Journaliste culinaire à Libération et chroniqueur le samedi sur les Matins de France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......