LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Pas d'émission ce jour

4 min
À retrouver dans l'émission

En raison d’un appel à la grève illimitée de la CGT Radio France, inquiète pour les métiers de la radio dans le cadre d’une expérimentation lancée par la direction, nous ne sommes pas en mesure de diffuser l’intégralité de nos programmes habituels. Nous vous prions de nous en excuser.

En raison d’un appel à la grève de la CGT Radio France, dans le cadre d’un préavis national pour la défense des services publics, nous ne sommes pas en mesure de diffuser l’intégralité de nos programmes habituels. Nous vous prions de nous en excuser.

Il ne vous a pas échappé que l’automne est arrivé à pas de loup avec des petits matins frileux, voire nappés de gelée blanche quand on décide de chausser les bottes. Pour aller où, me direz-vous ? Eh bien se perdre dans les couleurs fauves d’une forêt, d’un bocage avec l’espoir de marauder quelques champignons, de cueillir le cynorrhodon, vous savez le rouge fruit de l’églantier que l’on appelle aussi gratte-cul. Emmanuel Pierrot, mon camarade de Tu mitonnes dans Libération, en fait une fieffée confiture.

Et puis qu’importe si l’on rentre bredouille, il y a toujours le marché pour remplir son panier. Les étals d’octobre ont ceci d’épatant qu’ils sont comme une virgule gourmande entre la prose culinaire de la fin de l’été et celle de l’automne. Les dernières tomates de plein champ voisinent avec les grenades, les haricots verts font de la résistance à côté du raisin, les noix fraîches s’invitent auprès des cèpes et des pieds de mouton. On dirait encore le Sud mais c’est déjà l’Ouest d’où vient la pluie et le Nord-Est où siffle la bise.

Il est temps d’aller farfouiller dans le petit souk des casseroles et des poêles sous l’évier. Bon d’accord, c’est un peu tôt pour exhumer le grand faitout à pot-au-feu même si c’est toujours tentant de tartiner l’os à moelle sur du bon vieux pain grillé avant de monter dans le grand carrousel des viandes et des légumes longuement cuits à feu très doux.

Franchement voici venu le temps de ressortir notre bonne vieille cocotte en fonte émaillée rouge comme un gratte-cul. Si elle pouvait parler, elle raconterait sans doute des dizaines d’heures de mijotage. Les bœufs carottes, les bourguignons, les barbotons, ce ragoût de patates iconique de Saint-Etienne, les poulets en cocotte avec une poignée de champignons. Ma cocotte en fonte, c’est ma moitié aux fourneaux. Je la bichonne, je la ménage. Jamais un mot plus haut que l’autre. Ensemble, on démarre doucement comme dans « Le minimum », la chanson de Jacques Higelin qui m’a souvent esbaudi les jours gris : « Juste quand tu démarre, le minimum,
Juste ce que tu sais faire avant de mettre à pleine gomme,
Juste ce que tu sais faire, le minimum.
Quand tu démarres juste avec moi,
Que tu te prépares pour n'importe quoi,
Avant de mettre à pleine gomme,   Juste ce que tu sais faire, le minimum. »

Alors ce matin avec ma cocotte rouge, le minimum est simple et savoureux comme un kilo de haricots verts à 1,25 euros au marché d’Aligre à Paris, une gironde tomate, une grosse échalote, une tranche de lard fumé, un bouquet de persil. J’équeute les haricots en écoutant Higelin et son album « Alertez les bébés ! ». Je les lave (les haricots, pas les bébés) mais je ne les égoutte pas. Je fais revenir l’échalote ciselée et le lard coupé en lardons dans la cocotte avec un filet d’huile d’olive, j’ajoute la tomate coupée en morceaux. Je laisse mijoter quelques instants, j’ajoute les haricots verts, du sel, du poivre, des herbes de Provence, une feuille de laurier, selon l’humeur, je couvre et je laisse murmurer ma cocotte tout doux jusqu’à ce que les haricots soient tendres mais encore fermes. J’ajoute une pluie de persil deux à trois minutes avant de servir.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......