LE DIRECT
En cette fin de mai, nous avons rendez-vous avec les cerises...

Il est revenu le temps des cerises

3 min
À retrouver dans l'émission

Ode au meilleur des fruits défendus quand on le maraude dans l’arbre.

En cette fin de mai, nous avons rendez-vous avec les cerises...
En cette fin de mai, nous avons rendez-vous avec les cerises... Crédits : Westend61 - Maxppp

Dieu a fait une queue aux cerises pour que l’on s’en accroche une paire derrière l’oreille. Dieu a donné un noyau à la cerise pour donner du goût au clafoutis. Dieu a inventé la cerise pour qu’on la cueille sur l’arbre. Si, si, souvenez-vous, quand on était môme, les cerises étaient encore meilleures quand elles étaient mangées sur la branche. Car vous pouvez gauler les pommes ou les noix, mais pour une poignée de burlats ou de griottes, il faut s’exposer au vertige ascensionnel du maraudeur. C’est une autre caractéristique de ce fruit : on aime grappiller, picorer la cerise, plus que la pomme ou la prune. 

Mais franchement, on est injuste avec ce fruit printanier quand on lui attribue la malchance qui a inspiré un texte magnifique et juteux d’argot à Alphonse Boudard qui, dans sa préface de _La Cerise aux éditions La table ronde, écrit : «Beaucoup de gens ignorent que la cerise c’est la guigne, la poisse, la malchance. Une vieille pote à moi, ma chère compagne, mon amoureuse folle que je retrouve à tous les coins de rue de mon parcours. Si elle me colle au train, la salope ! Me saoule, m’ahurit ! Toujours là, fidèle à tous les rendez-vous ! Fidèle comme un chien, fidèle à la mort.»_

Nous, la cerise, on a rendez-vous avec elle de la fin mai à l’orée de l’été. Mais bien avant, on se régale de son arbre quand il ponctue l’horizon, en fleurs, en jeunes feuilles, puis en fruits offrant une riche palette carminée. 

Et puis, on a une vraie tendresse pour le cerisier sauvage qu’est le merisier. C’est un arbre qui a vraiment de l’allure avec son fût droit et élancé. Savez-vous que le merisier est un bois très recherché en ébénisterie. Il présente une belle palette de brun clair rehaussée de reflets rouges et acajou qui offrent un rendu très chaleureux. Pourtant, lui aussi est accusé de tous les maux. Il est soupçonné d’abriter les démons dans la mythologie germanique. Dans la tradition albanaise, on brûle des branches de merisier les nuits du 23 décembre, 1er et 6 janvier pour éliminer les démons qui y sont cachés.

La merise, on la cueille d’abord et il faut avouer qu’il faut du courage pour faire un kilo de merises car c’est un fruit peu charnu mais qui offre une belle palette de goûts, allant du sucré à l’amer, du doux à l’aigrelet. On peut faire de la gelée de merise mais aussi du vin de merisier (à consommer avec modération évidemment) avec ses feuilles. Tout cela est expliqué par Linda Louis dans son excellent « L’appel gourmand de la forêt », c’est aux éditions La Plage. J’en profite d’ailleurs pour vous donner sa recette de merises à l’aigre-douce. Ce condiment sauvage, acidulé et aromatique, accompagne avec bonheur le fromage de brebis. Et si vous êtes hors de portée d’un merisier, ne désespérez pas, vous pouvez remplacer les merises par les griottes du jardin ou d’autres cerises.

La recette de merises à l'aigre-douce

Pour un bocal de 50 cl, il vous faut : 

  • 300 g de merises ; 
  • une branche de thym ; 
  • une branche d’estragon ; 
  • cinq grains de poivre noir ; 
  • 5 grains de coriandre ; 
  • une pincée de graines de moutarde ; 
  • 12,5 cl de vinaigre de cidre ; 
  • 50 g de sucre de canne.

1. Triez les merises et ne gardez que les plus belles, sans taches ou blessures. Coupez leur pédoncule en ne laissant qu’un centimètre. 

2. Lavez les merises et séchez-les délicatement sur un linge. 

3. Disposez-les avec les herbes et les épices dans un petit bocal parfaitement propre. 

4. Versez le vinaigre, 3 cl d’eau, le sucre de canne et une cuillère à café de sel dans une casserole. 

5. Portez à ébullition, puis versez sur les merises. Elles doivent être complètement recouvertes de saumure vinaigrée. 

6. Fermez le bocal puis placez-le dans un endroit sec et à l’abri de la lumière. Remuez de temps en temps. 

7. Patientez un mois avant de consommer ces merises à l’aigre-douce

Chroniques

8H54
4 min

Les Envies du week-end

"Think" d'Aretha Franklin et un hommage à Guy Bedos acteur
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......