LE DIRECT
Que serait la vie sans gratin ?

La vie, c’est souvent "gratinée"

3 min
À retrouver dans l'émission

Eloge du gratin à tout faire avec pommes de terre, céleri et haddock.

Que serait la vie sans gratin ?
Que serait la vie sans gratin ? Crédits : Richard Villalon - Maxppp

Oui, posons-nous une question fondamentale ? Que serait la vie sans le gratin ? Non, je ne vous parle pas ici du gratin de Davos ou du CAC 40. Mais de toutes ces recettes infinies qui bronzent sous la chapelure ou le fromage pour nous rendre le quotidien un peu moins gratiné par les emmerdes et la routine.

Parce que le gratin, ça vous réchauffe à coup sûr autant l’humeur que les papilles. Des hivers rugueux du Grand Est, on a gardé cette drôle d’habitude de faire chauffer le four quand la cuisine est trop frisquette. Et forcément, on songe gratin. « Tu fais d’une pierre deux coups, disait le Vieux quand il faisait ronfler le four de sa cuisinière à bois. Tu te prépares un frichti et tu réchauffes la piaule. » Même qu’après avoir sorti le gratin du four, on prenait soin d’y placer des briques. Oui des briques d’argile à construire les murs que l’on faisait gratiner dans le four. Enfin, je dis « gratiner », c’est juste pour rester dans notre tambouille radiophonique. Il s’agissait avant tout de les chauffer un max avec le concours d’un gros rondin de chêne. Puis de les envelopper dans des vieux torchons avant de les déposer sous les couvertures pour réchauffer le lit froid et humide. Et franchement, nous, on préférait la brique chaude à la bouillote en fer ou en caoutchouc.

Pour en revenir au gratin, c’est un monde en soi. Ou plutôt une croisière où le plat à four fait office de paquebot. C’est comme l’arche de Noé, on peut y embarquer un peu près tout et n’importe quoi. Evidemment, il y a ce vaisseau amiral qu’est le gratin dauphinois mais vous pouvez aussi mettre le cap sur les macaronis, les blettes, le potiron, la queue de bœuf, l’aubergine, le reblochon, le jambon, l’endive, la béchamel, les haricots blancs… En version sucrée, on en pince pour les pommes et les figues au four…

Aujourd’hui, on va ferrer le haddock parce qu’il n’y a pas mieux que le poisson salé et fumé pour se tenir chaud face aux embruns givrants de l’hiver. On aurait pu aussi sortir la Morteau de la cambuse parce que ce qui compte, au fond, c’est de fumer la bectance pour s’évader des jours gris. Le fumé et le salé sont des drogues dures quand on se gèle les amourettes. Ils vous en mettent plein le pif dès les premiers murmures dans la cocotte et au four. Humer le haddock ou la saucisse de Montbéliard, c’est un peu comme se faire rôtir les doigts de pied devant la cheminée, ça fait du bien à la carcasse et à l’humeur. Et en plus, ça vous régale.

La recette du gratin "céleri, pommes de terre et haddock"

Tentez donc un gratin « céleri, pommes de terre et haddock ». Il faut : 

  • une moitié de boule de céleri ; 
  • six pommes de terre (charlotte), 
  • 350 g de haddock, 
  • du lait, 
  • de la crème liquide, 
  • de la chapelure, 
  • du sel, 
  • du poivre et de la muscade. 

1. Epluchez le céleri et coupez-le en bâtonnets. Epluchez les pommes de terre et coupez-les en rondelles plutôt minces. Placez les légumes dans une casserole et recouvrez de lait avec quelques tours de moulins à poivre et une pointe de muscade. Faites cuire doucement jusqu’à ce que pommes de terre et céleri soient tendres. 

2. Egouttez en gardant le lait, dans lequel vous ferez cuire à petits bouillons le haddock entre dix minutes et un quart d’heure, selon la taille des filets. Sortez le poisson et conservez encore le lait. Dans un plat à gratin beurré, disposez une couche de légumes, puis le haddock émietté et une autre couche de légumes. 

3. Dans un bol, mélangez le lait et la crème dans des proportions à votre goût. Rectifiez l’assaisonnement et recouvrez le gratin avec ce liquide. Ajoutez la chapelure et enfournez autour de 200 degrés, jusqu’à ce que le gratin soit bien doré.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......