LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Vive le haricot !

Une faim des haricots

3 min
À retrouver dans l'émission

Ode au plus breton des fayots, le coco de Paimpol.

Vive le haricot !
Vive le haricot ! Crédits : Westend61 - Getty

Aujourd’hui, j'ai une faim de haricots. Et tout ça, c’est la faute à mon petit café du matin au bistrot à contempler les étals du marché et les belles cosses des haricots qui ne demandent qu’à livrer leurs grains de bonheur pour une flopée de recettes du monde entier. 

Je veux bien sûr ici parler des haricots demi-secs, c’est-à-dire les haricots à écosser qui se récoltent frais entre l’été et l’automne. Contrairement aux haricots secs que vous pouvez trouver toute l’année en paquets dans les linéaires ou mieux en vrac dans les épiceries bio et orientales, ils ne nécessitent pas de trempage préalable et leur temps de cuisson est réduit. A titre de comparaison, les haricots secs cuisent autour de deux heures dans mon faitout cabossé avec un bouquet garni et des épices quand les demi-secs cuisent en trois quarts d’heures. En fait tout dépend de la saison et de votre humeur. Si vous êtes du genre sieste au long cours, préférez un bon vieux haricot blanc ou rouge sec qui chante doucement tandis que vous ronflotez alors que la cuisson du coco de Paimpol permet de savourer (avec modération) quelques gorgées de chardonnay en relisant des poèmes d’«Alcools » de Guillaume Apollinaire, comme « Les colchiques » : « Le pré est vénéneux mais joli en automne / Les vaches y paissant / Lentement s’empoisonnent / Le colchique couleur de cerne et de lilas / Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là / Violâtres comme leur cerne et comme cet automne / Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne. »

Alors ce matin, fêtons le coco de Paimpol.  Enfin de Paimpol, ça n’a pas toujours été le cas car comme souvent dans les histoires de bouffe, voici un fayot baroudeur, comme le raconte si bien Marie-France Bertaud dans son délicieux « Petit traité du haricot », c’est aux éditions Le Sureau. Elle écrit : « Avant d’être baigné par les embruns iodés de Bretagne, le coco n’avait pas encore l’appellation de Paimpol et se la coulait lascif sous la douceur argentine. C’est un marin breton qui l’a rapporté d’une virée en Argentine, en 1928. Les femmes de marins-pêcheurs se le sont approprié, bienheureuses de cultiver ce légume et nourrir leurs familles, après les disettes de la Grande Guerre. Plus de tango argentin pour chalouper le beau coco, mais les refrains de la « Paimpolaise » de Théodore Brotel. Pas de quoi le perturber car il s’est acclimaté sous le soleil (entre paranthèses, point d’exclamation) breton. »

Savez-vous comment on appelle la récolte du coco de Paimpol qui consiste à séparer les gousses de la tige et des feuilles de la plante ? Le plumage. Chaque année, de juillet à octobre, plus de 2 000 cueilleurs investissent les champs pour « plumer » le coco,  qui a été semé à partir de la mi-mars. Pour Marie-France Bertaud, il a le look le coco de Paimpol. « Beau à l’intérieur comme à l’extérieur. Belle gueule grâce à une joli peau blanche laiteuse, parfois striée de fines veines mauves, chair tendre et fondante, bref ! il a tout pour plaire. »

A noter que le coco de Paimpol bénéficie d’une appellation d’origine protégée (AOP).

Cocos à la bretonne. 

Je vous ai posté ici  la recette des cocos à la bretonne, dénichée sur le site www.mangeons-local.bzh qui met en relations directes producteurs et consommateurs bretons.

1. Faites revenir dans une cocotte deux oignons émincés dans un petit bouillon de légumes.

2. Faites ensuite bouillir, et ajoutez trois gousses d’ail et deux échalotes. 

3. Ajoutez cinq grosses tomates et un poivron coupés en dés. Laissez bouillir avant d’y mettre 400 grammes de cocos de Paimpol et poivrez le tout. 

4. Les grains doivent être recouverts. Ajustez avec du bouillon de légumes si nécessaire. 

5. Laissez cuire environ 45 minutes, et ne salez que 10 minutes avant la fin. Servez tel quel pour un repas végétarien ou bien avec une viande ou un poisson.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......