LE DIRECT
Temps suspendu, le temps d'un cheese-cake aux fraises (et spéculoos).

Ô temps, suspends ton vol en cuisine !

3 min
À retrouver dans l'émission

Oubliez votre montre quand vous êtes aux fourneaux et concoctez un cheese-cake fraises et spéculoos.

Temps suspendu, le temps d'un cheese-cake aux fraises (et spéculoos).
Temps suspendu, le temps d'un cheese-cake aux fraises (et spéculoos). Crédits : Ivan - Getty

Il faut que je me dépêche d’expédier cette chronique car j’ai un soufflé dans le four et un poisson dans la poêle qui risque d’être trop cuit.

Je galèje Chloé mais le temps ou plutôt sa perception, son évaluation m’ont beaucoup appris en cuisine. Je vais vous faire une confidence : j’ai beau être un marmiton de la semaine et du dimanche aux fourneaux, jamais, au grand jamais, je ne lis les temps de préparation et de cuisson indiqués par les livres de cuisine. Très peu pour moi les bouquins de recettes  qui vous promettent un dîner pour quatre en trente minutes chrono, une semaine de menus à préparer à l’avance en deux heures. Pire, ils me font fuir, prendre mes jambes à mon coup pour aller me réfugier dans un jambon-beurre.

Pourquoi donc cette aversion ? Parce le temps m’effraie en cuisine. Ou plutôt le comptage du temps avec l’horloge, la minuterie, le chronomètre du smartphone. Il y a de la dictature à vouloir suivre les minutes et même parfois les secondes pour faire griller le steak, blanchir les blettes, dorer la brioche. Il m’arrive parfois d’acheter un de ces plats surgelés qui vous promettent un festin à coup de micro-ondes. Et là, c’est la cata : comment ça 6 minutes à 600 watts ? Et pourquoi pas 7 à 500 watts ? Je panique, je décabane et c’est carrément la Bérézina dans l’assiette. J’ai des envies de meurtre avec le micro-ondes et le congélateur.

Pourquoi tant de haine me direz-vous ? Parce que pour moi, le temps en cuisine ne se mesure pas avec un mode d’emploi ou une montre. C’est une affaire de sens, des cinq sens. A force de fricasser mais aussi et surtout, d’avoir regardé et écouté les autres, j’ai appris que l’on peut savoir que le beurre est noisette rien qu’au crépitement qu’il fait dans la petite casserole ; que la bonne température d’un viande ou d’un poisson se mesure au toucher avec la phalange. Tout comme la cuisson de la tarte aux pommes dans le four est autant affaire du parfum qu’elle dégage que de coup d’œil. J’aime caresser et soupeser la pâte à pain pour évaluer sa pousse ; goûter le hareng pour savoir s’il a suffisamment mariné.

En revanche, ne me demandez jamais le temps qu’il faut pour garder un steak haché saignant ou les asperges al dente. J’en serais franchement incapable.

Car, en fait, mon grand bonheur en cuisine, c’est de m’être affranchi de la mesure du temps pour le confier aux sensations de mon corps. C’est ma joie ce temps suspendu. Comme celle de remonter une vénérable quille de la cave et la déboucher à l’avance pour lui offrir ce temps précieux de la liberté à l’air retrouvé. Je crois qu’ainsi le vin n’en sera que meilleur.

Alors, s’il vous plaît, arrêtez votre pendule en cuisine, montez le son des Nocturnes de Chopin ou de Bashung. Pétrisssez, braisez, pochez et fermez la porte aux fâcheux qui viendront vous demander : « Quand est-ce que l’on mange ? ». Le contre-la-montre, ce n’est pas pour les fourneaux ; c’est pour le vélo.

Je vous ai posté ici la recette de cheese-cake fraises et spéculoos du célèbre pâtissier Christophe Michalak  parue dans « Ever green food ». C’est aux éditions de La Martinière. Choisissez les fraises Gariguette, Label rouge, elles ont un parfum vraiment délicieux.

La recette de cheese-cake fraises et spéculoos

Pour six, huit personnes, il vous faut : 

  • 200 g de spéculoos ; 
  • 110 g de beurre mou ; 
  • 500 g de fraises Gariguette Label rouge ; 
  • 100 g de confiture de fraises. 

Pour l’appareil à chees-cake : 

  • 600 g de fromage blanc triple-crème (Philadelphia, Kiri…) ; 
  • 50 g de crème épaisse ; 
  • 3 œufs entiers un jaune d’œuf ; 
  • 180 de sucre semoule ; 
  • 5 g de farine.

1. Préchauffez votre four à 85 degrés. Dans le bol d’un robot, broyez les spéculoos en une fine poudre, ajoutez le beurre mou et mélangez complètement. 

2. Etalez ce mélange dans un moule à manqué de 32 cm de diamètre, dont le fond est amovible, et lissez à l’aide d’une cuillère.

3. Dans une jatte, mélangez à la spatule le fromage triple-crème avec la crème épaisse et le jaune d’œuf. 

4. Ajoutez ensuite les œufs un par un, puis le sucre et la farine, en mixant soigneusement avec un fouet. 

5. Etalez ce mélange dans le moule, sur le fond croquant aux spéculoos. Faites cuire environ une heure au four.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......