LE DIRECT

Bac Philo (1ère session) 3/4 : Peut-on être heureux dans un monde injuste ?

59 min

Pour traiter le sujet "Peut-on être heureux dans un monde injuste ?", Adèle Van Reeth est allée à la rencontre de Marie-Claude Héron et de ses élèves, au lycée Kerichen à Brest.

Marie-Claude Héron et Adèle Van Reeth
Marie-Claude Héron et Adèle Van Reeth Crédits : Radio France

Extraits :

  • Kent-Zo, "Injustices

  • Barbara, "Il n'y a pas d'amour heureux"

  • Les enfoirés, "Chanson des restos"

Lectures :

  • Pascal, Pensées

  • Baudrillard, La société de consommation

Plan : Problème : A quelles conditions est-il possible et légitime de vivre satisfait parmi des hommes insatisfaits, de ressentir l'harmonie dans un monde disharmonieux ?

I/ Examen de l'hédonisme contemporain : oui, on peut être heureux dans un monde injuste

A/ Première évidence : le bonheur reconnu comme droit

B/ Deuxième évidence : le monde est, a été, sera toujours injuste. L'injustice est une donnée, il nous faut donc faire avec. C'est même une raison de plus pour chercher à être heureux.

Transition : Mais cet hédonisme contemporain ne nous fait exister que comme consommateur. N'est-ce pas un bonheur illusoire, égoïste, peu humanisant ?

II/ Examen de la conscience tragique de l'injustice du monde : on ne peut être heureux dans un monde injuste, le bonheur dans de telles circonstances serait illégitime.

A/ Critique de la position antérieure : hédonisme contemporain comme déni, évitement de la réalité, et comme illusion. Contradiction ? I/ B/ Evidence de l'injustice comme donnée. Pourquoi illusion ?

B/ Est-il pour autant définitivement impossible d'être heureux dans un monde injuste ?

Malheur à vivre sous la forme de 1/ le scandale, 2/ la compassion, 3/ l'amor fati, la soumission à l'ordre du monde.

Transition : nécessité de repenser l'idée de bonheur sous une forme compatible avec l'injustice dans le monde.

III/ Examen d'une possibilité de réconciliation : le bonheur retrouvé, conquis de haute lutte, fragile.

A/ Le bonheur par le travail et par l'action : compenser les injustices, réparer les fautes.

B/ Les conditions d'un bonheur compatible avec l'injustice dans le monde : bonheur altruiste et non égoïste; volonté du peuple et non de l'individu; éducation à être libre, donc plus enclin à être heureux; agir en tant que citoyens et non en individus privés.

Conclusion : la liberté, risque du malheur et de l'injustice, mais aussi la seule voie légitime et réelle vers plus de bonheur et plus de justice. Bonheur fragile. L'homme est imparfait mais perfectible (cf Rousseau).

Marie-Claude Héron et Adèle Van Reeth
Marie-Claude Héron et Adèle Van Reeth Crédits : Radio France

Bbliographie :

  • Baudrillard, La société de consommation

  • Hannah Arendt, La crise de la culture

  • Epicure, Lettre à Ménécée

  • Sophocle, Antigone

  • Aristote, Ethique à Nicomaque

  • Pascal, Pensées

  • Kant, Fondements de la métaphysique des moeurs

  • Rousseau, Du Contrat Social , et l'Emile

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

Lecture des textes : Georges Claisse

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......