LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La couleur constitue un problème philosophique d'une grande complexité : le philosophe, dès qu’on lui parle de couleur, se met en rage.
Épisode 1 :

La perception de la couleur, de Locke à Wittgenstein

59 min

Le philosophe Claude Romano retrace les enjeux philosophiques de la couleur, véritable machine à produire des concepts.

La couleur constitue un problème philosophique d'une grande complexité : le philosophe, dès qu’on lui parle de couleur, se met en rage.
La couleur constitue un problème philosophique d'une grande complexité : le philosophe, dès qu’on lui parle de couleur, se met en rage. Crédits : Artur Debat - Getty

On a spontanément en tête l'idée que la perception de la couleur passerait toujours par le filtre d'une certaine logique à l'œuvre, que les couleurs seraient une affaire subjective : le daltonien serait un bon exemple du fait que nous ne les percevons pas tous de la même manière. Ainsi, comme l'explique dans cette émission le philosophe Claude Romano, on aborde souvent le problème de la couleur d'une façon surdéterminée par la philosophie, puisque dans l'histoire de la philosophie s'est imposée notamment à partir de Descartes et plus encore à partir de Locke une conception qui établit une différence très forte ente les qualités premières (les propriétés intrinsèques de l'objet) et les qualités secondes (purement subjectives), dont ferait partie la couleur. 

On peut néanmoins tenter de dépasser cette opposition entre couleur objective et couleur subjective en suivant l'idée de Locke tirée de son Essai sur l'entendement humain (1689), selon laquelle il existe une disposition permettant la perception de la couleur par l’œil humain : l'origine de la couleur se situerait précisément dans la rencontre entre le regard et l'objet. 

Selon Claude Romano, cette idée n'est pourtant pas satisfaisante. Il faut d'après lui se demander si la question en elle-même est correctement posée : des philosophies comme celles de Locke ou de Descartes présupposent que la perception des couleurs a pour but de détecter des invariants physiques ; or, on pourrait soutenir que la perception vise plutôt à détecter des invariants "écologiques", c'est-à-dire qui concernent notre relation à notre environnement, dans une visée adaptative (par exemple, les animaux repèrent le rouge des baies pour pouvoir se nourrir). Romano propose donc une conception plus pratique de la couleur, qui serait une propriété relationnelle concernant les rapports d'un animal avec son environnement vital. Dès lors, peu importe de savoir si la couleur est objective ou subjective, elle est tout simplement nécessaire à notre survie. 

Claude Romano pose aussi la question du statut de la couleur dans la mémoire (par exemple pour quelqu'un qui devient aveugle), afin d'expliquer que l’imagination humaine n'est en réalité pas vraiment libre, et qu'il existe en fait des impossibilités en termes de couleurs :

Il existe une forme de logique des couleurs. On ne peut par exemple pas imaginer un orange qui ne tendrait ni vers le jaune ni vers le rouge. Il y a des nécessités et des impossibilités dans le champ de la couleur. Ce qui rend problématique un pur objectivisme, puisque, du point de vue du spectre magnétique, il n'y a rien qui corresponde à ces impossibilités. 

Le philosophe aborde enfin la question de la dimension poétique de la couleur, en s'appuyant sur les Voyelles d'Arthur Rimbaud. Selon Claude Romano, ce texte permet surtout de voir, à travers la notion de synesthésie, à quel point nos sens communiquent entre eux, et donc à quel point la couleur est partie intégrante de notre rapport au monde :

La couleur n'est pas seulement un objet de perception, c'est au fond une des dimensions de notre être au monde.

Claude Romano retrace ainsi ici les divers enjeux philosophiques de la couleur, ce concept qui donne tant de fil à retordre aux grands penseurs.

Par Adèle Van Reeth. Réalisation : Nicolas Berger. Lectures : Georges Claisse.

Lectures :

  • John Locke, Essai sur l'entendement humain (Livre II, chapitre 8)
  • Wittgenstein, Remarques philosophiques
  • Arthur Rimbaud, Voyelles

Musiques :

  • Developpement durable Die grünen, Rochell Laurent
  • Noir est ta couleur, Christophe
  • Threads Echoing Far Away from Sea Cost, Chihei Hatakeyama
  • Die vogel sangen draussen ihre ungereinte melodie, Kammer Flimmer Kollektief
  • Danse des couleurs, Pierre-Jean Crozet
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......