LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jonathan Knowles.
Épisode 2 :

Couleurs de peau et racisme

59 min

Magali Bessone nous parle des couleurs de peau. Quitte à classer les hommes en fonction de critères visibles, autant ouvrir les yeux et dépasser le noir et le blanc en étant attentifs aux nuances : visage et cheveux d'or, teint de safran, beige tendre et café au lait, peau aux nuances olive...

Jonathan Knowles.
Jonathan Knowles. Crédits : Getty

La philosophe Magali Bessone s'intéresse dans cette émission aux rapports entre gens de couleurs différentes aux États-Unis, un pays où la dichotomie Noirs/Blancs est particulièrement marquée. Cela s'explique bien sûr par l'histoire propre à ce pays, avec l’esclavage et la ségrégation, qui a largement contribué à rendre invisible tout une partie de la population. Invisible en effet, puisque l'attention à la couleur de peau entraîne une réduction de certaines personnes à leur apparence, ce qui revient à nier leur intériorité, comme l'explique Magali Bessone :

Il faut dénoncer la réduction de l'intégralité d'une personne à la superficie et la superficialité qu'est la couleur de sa peau.

En même temps, ces personnes persécutées finissent souvent elles-mêmes par revendiquer précisément leur couleur extérieure pour mieux affirmer leur identité intérieure. Il s'agit de récupérer le concept de "peau noire", ou d'autres concepts stigmatisants, pour en faire des instruments de lutte. En se le réappropriant, l'historien William Du Bois (1868-1963) met ainsi par exemple en cause le concept de "race", que Magali Bessone définit ainsi :

La race est un système d'oppression visant une catégorie de population précise, celle qui a été victime de l'esclavage, et qu'on a redéfinie au cours du XXe siècle grâce aux lois Jim Crow selon le principe de la "one-drop rule".

Si certains, comme William Du Bois, réinvestissent ce genre de notions, d'autres, comme Frantz Fanon (1925-1961), au contraire, veulent oublier la couleur, rappelant qu'elle n'est que superficielle. Dénonçant le schéma épidermique racial, le psychiatre élargit la relation dichotomique à l'opposition entre dominants et dominés. Alors que Du Bois essaie de donner à la couleur noire une dimension historique et culturelle, Fanon, lui, relate l'expérience d'une couleur vécue comme étant toujours le signe d'un enfermement dans son propre corps. Magali Bessone résume ainsi leurs divergences :

Du Bois a pu être revendiqué comme l'ancêtre de la négritude, alors que Fanon est très nettement opposé à l'idéologie de la négritude : selon lui, il n'y a pas des valeurs noires et des valeurs blanches, il n'y a pas de culture noire et de culture blanche en opposition radicale. Il dénonce la "grande erreur blanche" et le "grand mirage noir" comme des manières de substantialiser quelque chose qui n'est qu'un schéma épidermique racial.

Elle souligne cependant que, dans tous les cas, il s'agit d'une approche historique de la couleur : "on ne peut pas séparer la couleur d'une histoire de cette construction coloriste, dans les deux cas" déclare Magali Bessone. 

La philosophe revient ainsi sur les différentes conceptions et perceptions des diverses couleurs de peau, et en particulier celles de la peau noire aux États-Unis. 

Par Adèle Van Reeth. Réalisation : Nicolas Berger. Lectures : Georges Claisse. Prise de son : Bruno Gagnaire.

Lectures :

  • Homme invisible, pour qui chantes-tu ?, Ralph Ellison
  • Les âmes du peuple noir, William E. B. Du Bois
  • Œuvres, Frantz Fanon

Extraits audio :

  • Discours de Frantz Fanon au Congrès international des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne du 19 au 22 septembre 1956
  • Le Mirage de la vie, Douglas Sirk

Musiques :

  • Un petit négro, Michel Simon
  • Day, Silent Poets
  • We the people who are darker than blue, Curtis Mayfield
  • Blue calx, Alarm will sound
  • Four women, Nina Simone
Intervenants
  • professeure de philosophie politique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......