LE DIRECT
Rene Descartes dans son atelier.

Descartes sur table (2/4) : l'âme et le corps, passionnément

59 min

Si l’âme et le corps sont deux substances distinctes, l’une, immatérielle, l’autre, matérielle donc étendue, alors comment expliquer qu’une décision de l’âme puisse avoir pour conséquence un mouvement physique ?

Rene Descartes dans son atelier.
Rene Descartes dans son atelier. Crédits : © Historical Picture Archive - Getty

Suite aujourd’hui de notre semaine cartésienne. Hier, au milieu d’une forêt, c’est en compagnie de Denis Moreau que nous avons évoquée la morale par provision. Aujourd’hui, pour continuer à marcher bien droit jusqu’à la lisière du bois, il est temps de s’interroger sur ce qui met le corps en mouvement. Si l’âme et le corps sont deux substances distinctes, l’une, immatérielle, l’autre, matérielle donc étendue, alors comment expliquer qu’une décision de l’âme puisse avoir pour conséquence un mouvement physique ? Descartes est le premier à avoir considéré la pensée comme l’attribut principal de la substance incorporelle, et l’étendue, comme celui de la substance matérielle, mais cette distinction aboutit, dans la 6ème méditation métaphysique, à leur union, au sein de ce qu’il nomme la troisième notion primitive. De cette union, nous faisons l’expérience quotidienne – la douleur nous attriste ou nous énerve, le plaisir nous met en joie, mais comment l’expliquer sans renoncer au dualisme ? Et surtout, si l’action  de l’âme sur le corps paraît évidente, que penser de la passion , qui affecte l’âme en contrant sa volonté ? A quel prix la chose pensante peut-elle admettre cette soumission à autre chose qu’elle-même ? En d’autres termes les passions de l’âme ne sont-elles pas la meilleure preuve de la passivité de la pensée ?

Jean-Luc Marion
Jean-Luc Marion Crédits : MC - Radio France

Lectures:

  • Descartes ,* Les passions de l'âme*  (Flammarion GF)
  • Descartes ,* Lettre à Elisabeth du 21 mai 1644*  in Oeuvres et Lettres  (Gallimard, Pléiade)

Musique:

  • Camille , Ta douleur
  • Gainsbourg , Un poison violent c'est ça l'amour

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Philippe Baudouin

Lectures : Jean-Louis Jacopin

Intervenants
  • professeur à l'université de Chicago, professeur émérite de l'université Paris-Sorbonne, membre de l'Académie française

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......