LE DIRECT

Histoire des obsessions de l'Antiquité à Freud

58 min

HISTOIRE DE L’OBSESSION

Quelle audace ! Imaginez qu’il soit possible d’écrire une histoire de nos empêchements, de nos ratages, de nos pannes existentielles, de nos embarras intérieurs, de toutes nos contraintes, de nos obsessions, et que de cette histoire, il ressortit une évidence : notre culture a donné à l’expérience de la contrainte intérieure une portée monstrueuse. Une telle histoire, de l’antiquité à nos jours, de l’assomption de la conscience chrétienne au désenchantement du monde, prendrait corps dans ce qu’il faudrait bien appeler l’inexorable métamorphose de la civilisation de l’esprit. Ce serait comme l’incroyable histoire de la moralisation de l’Occident, sur fond de péché originel, suivie de sa démoralisation, puisqu’il est convenu d’admettre qu’avec la sortie de la religion, un changement radical s’est opéré.

Comment est-on passé de la peur de soi, ces maladies du scrupule, si fréquentes dans les couvents sous Louis XIV, à la peur d’être soi ? Comment est-on passé de la neurasthénie si répandue en Europe au XIX siècle à la névrose obsessionnelle, pour aboutir de nos jours au sacre de l’obsessionnel compulsif, ayant recours le plus souvent à des psychotropes et à des TCC (Thérapies cognitives ou comportementales) ? L’ampleur de ces questions est phénoménale. Il s’agit en réalité de saisir comment la vie mentale a choisi de divorcer de la vie morale et comment l’homme malade a cédé le pas au cerveau malade. Pierre-Henri Castel, directeur de recherche au CNRS et psychanalyste, est cet homme audacieux qui a réussi ce tour de force de répondre à ces questions (1).

Il est l’invité des NCC.

Intervenants
  • philosophe, psychanalyste, directeur de recherches au CNRS, EHESS/Paris Sciences et Lettres, LIER-Fonds Yan Thomas

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......