LE DIRECT
La Chari'a est souvent incomprise, tant par les Occidentaux que par les Orientaux
Épisode 3 :

Qu'est ce que la Charia ?

53 min
À retrouver dans l'émission

Avec la Chari'a, le Coran fait-il loi ? C'est une lecture juridique que nous vous proposons, à partir notamment du terme de Chari'a, souvent mal compris car souvent mal défini, voir même mal traduit. Ce qui nous conduit naturellement à réfléchir aux rapports entre lois divine et loi humaine.

La Chari'a est souvent incomprise, tant par les Occidentaux que par les Orientaux
La Chari'a est souvent incomprise, tant par les Occidentaux que par les Orientaux Crédits : Alex Potemkin - Getty

Le terme de Chari'a n'apparaît qu'une seule fois dans tout le Coran, à la Sourate 45, au vers 18 : "Nous t'avons ensuite placé sur une voie, procédant de l'ordre, suit là donc et ne suit pas les passions de ceux qui ne savent rien." Chari'a signifie donc "voie" ?

Chari'a veut dire chemin, d'ailleurs dans l'Arabe moderne, ça veut tout simplement dire la rue. Dans le Coran effectivement, le terme n'apparaît qu'une seule fois, mais en plus, ce verset ne joue pas du tout un rôle important. Je dirais même que les exégètes, les théologiens et les juristes musulmans n'en ont pas besoin. Il n'y aurait pas d’occurrences de Chari'a dans le Coran, ça ne changerais rien.          
La particularité de la conception islamique de la loi, c'est qu'elle est une voie pour obtenir le salut, chose qu'on ne doit jamais oublier. C'est-à-dire que la relation de la créature, de l'Homme à Dieu, est une relation à une autorité supérieure qui lui indique le bon chemin à suivre. A lui de le suivre, ou non, pour obtenir la récompense. Effectivement il y a une dimension normative, mais il ne faut pas l'entendre au sens où l'on entend la loi dans les sociétés Occidentales modernes, qui est une loi réservée au domaine mondain, au monde, à l'ici-bas, à la vie terrestre. Tandis que la Chari'a c'est la voie qui permet d'obtenir le salut dans l'autre monde.          
Mohammed Hocine Benkheira

Mohammed Hocine Benkheira
Mohammed Hocine Benkheira Crédits : Radio France

Les juristes islamiques ne disent pas que la description qu'ils font de la loi est la véritable loi, c'est une probabilité. On ne peut pas parler réellement de dogme en matière juridique. Tout est sujet à controverse et à discussion. Autant on peut, selon les juristes théologiens, combattre quelqu'un pour des raisons théologiques, par exemple si on avance que Dieu à un fils, un visage ou des choses comme ça qui sont considérée comme des hérésies, autant on ne peut pas combattre quelqu'un qui défend des théories juridiques différentes.

  • Extrait du film Le Destin (1997) de Youssef Chahine.
  • Extrait de la série House of Cards, saison 3, épisode 4.
  • Extraits du film Persepolis (2007) de Marjane Satrapi.

Références musicales :

  • Karim Baggili et le trio Joubran , Big Fish , extrait de l'album Kali City , 2013.

Lectures :

Le Coran , sourate XXIV, 54-56, trad. Denise Masson, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, 1963.
Michel Foucault,  extrait de Dits et écrits vol. 2 (1970-1975) , Gallimard, 1994, p.694.

Extraits

Extrait du film Le Destin  (1997) de Youssef Chahine.
Extrait de la série House of Cards , saison 3, épisode 4.
Extraits du film Persepolis  (2007) de Marjane Satrapi.

Par Adèle Van Reeth
Réalisation : Michel-Ange Vinti
Lectures : Georges Claisse

Mattei L'homme dévasté
Mattei L'homme dévasté Crédits : Radio France

Aujourd'hui troisième temps de notre semaine consacrée au Coran, en partenariat avec le Hors série de Philosophie magazine.

Hors-série Philo Mag
Hors-série Philo Mag
Intervenants
  • directeur d’étude à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, section des sciences religieuses – Groupe Société Religions Laïcités du CNRS.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......